Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Douleur de l’avant-pied (métatarsalgie)

Par Kendrick Alan Whitney, DPM, Department of Biomechanics, Temple University School of Podiatric Medicine

La douleur de l’avant-pied est appelée « métatarsalgie ». Elle peut avoir de nombreuses causes (dont l’arthrite, un défaut de vascularisation, la compression des nerfs entre les orteils, des problèmes posturaux et différentes maladies). Cependant, le plus souvent la douleur est causée par l’altération d’un nerf ou par une anomalie des articulations situées à proximité de l’avant-pied (articulations métatarsiennes). Le développement d’une affection causant une douleur à l’avant-pied contribue souvent au développement d’une autre affection causant une douleur au même endroit.

Maladie de Freiberg

La maladie de Freiberg se caractérise par la mort des tissus (nécrose) des parties de l’os de l’avant-pied, en général l’orteil proche du gros orteil (seconde tête métatarsienne).

La cause réside dans une lésion de l’os, qui survient généralement chez les filles à l’âge de la puberté et qui grandissent rapidement ou chez les personnes dont l’os relié à la base du gros orteil est court. Dans les deux cas, la deuxième tête métatarsienne peut être soumise à des traumatismes répétés.

La douleur empire généralement en charge, en particulier lorsque la personne place le poids de son corps sur le pied ou lorsqu’elle porte des chaussures à talon. L’articulation peut être gonflée et raide. Les médecins examinent les radiographies pour confirmer le diagnostic. La douleur peut être soulagée par des infiltrations de corticostéroïdes et la mise en place d’une attelle ou d’un plâtre. Des chaussures à bas talon, des semelles ou d’autres dispositifs placés dans la chaussure pour modifier la position ou l’amplitude de mouvement du pied afin de soulager la pression sur les articulations touchées ou les régions douloureuses (orthèses) s’avèrent utiles.

Lésion des nerfs du pied

(Douleur du nerf interdigital ; névrome de Morton)

L’irritation des nerfs interdigitaux (à l’avant-pied) peut causer un élargissement des nerfs, ce qui entraîne une douleur de l’avant-pied.

  • Les symptômes typiques sont une douleur légère autour du troisième ou du quatrième orteil, qui évolue vers une sensation de brûlure ou de fourmillement.

  • Le diagnostic est basé sur les antécédents de la personne et un examen du pied.

  • L’infiltration d’un corticostéroïde ou, parfois, l’application de froid extrême (cryothérapie) peut aider à soulager les symptômes.

Causes

Les nerfs innervant le dessous du pied et les orteils (nerfs interdigitaux) passent entre les os des orteils. La douleur de l’avant-pied peut être causée par une irritation des nerfs depuis une période prolongée. L’irritation entraîne souvent la formation d’excroissances de tissu nerveux (névromes) non cancéreuses (malignes), généralement entre la base et le troisième ou le quatrième orteil (névrome de Morton). Cependant, ces excroissances peuvent survenir entre n’importe lesquels des orteils. Les névromes se développent généralement sur un seul pied et sont plus fréquents chez la femme. De nombreux facteurs contribuent à l’irritation des nerfs, comme l’amincissement de la graisse autour des nerfs, une mauvaise posture du pied et des chaussures inadaptées ou n’offrant pas un soutien suffisant.

Symptômes et diagnostic

Au début, le névrome n’est responsable que d’une légère douleur autour du troisième ou du quatrième orteil. Il s’accompagne parfois d’une sensation de brûlure ou de fourmillement au niveau des orteils, en particulier lorsque l’affection évolue. Ces symptômes s’accentuent généralement lorsque la personne porte certains types de chaussures, en particulier des chaussures trop serrées sur l’avant-pied, notamment les chaussures pointues. L’évolution donne lieu à une sensation de brûlure permanente, irradiant au bout des orteils, quelles que soient les chaussures portées. La personne peut également avoir une sensation de bille ou de petit caillou sous l’avant-pied.

Les médecins diagnostiquent l’affection d’après les antécédents du problème et les résultats de l’examen du pied. Les radiographies, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et l’échographie ne permettent pas d’identifier avec précision cette affection, mais elles peuvent être utiles pour déterminer s’il existe d’autres affections causant des symptômes similaires.

Traitement

L’infiltration d’un mélange de corticostéroïdes/d’anesthésiques dans la zone sensible du pied et le port de chaussures adaptées et parfois d’orthèses peut soulager les symptômes. Le repos et l’application de glace peuvent également être recommandés. Il peut être nécessaire de répéter les infiltrations toutes les semaines ou toutes les deux semaines. La cryothérapie (application de froid) ou l’injection d’alcool dans le névrome peut également soulager la douleur. En cas d’échec de ces traitements, l’excision chirurgicale du névrome supprime souvent complètement la gêne, mais peut provoquer un engourdissement permanent de la zone.

Douleur de l’articulation métatarsienne

La douleur des articulations proches de l’avant-pied (articulation métatarsophalangienne) peut provenir des articulations elles-mêmes.

Causes

La douleur de l’articulation métatarsienne résulte fréquemment d’un mauvais alignement des surfaces articulaires, qui comprime la membrane des articulations et détruit son cartilage. Une légère chaleur et un gonflement peuvent être présents.

Le mauvais alignement de l’articulation métatarsophalangienne peut également être causé par des affections, comme la polyarthrite rhumatoïde, qui crée une inflammation des articulations. Dans la polyarthrite rhumatoïde, des orteils en marteau ( Orteil en marteau) peuvent se développer, ce qui peut aggraver la douleur et le mauvais alignement des articulations. Les tissus graisseux, qui permettent d’amortir les articulations en charge, peuvent être poussés vers l’avant sous les orteils, ce qui entraîne une perte d’amortissement à l’avant-pied. Cette perte d’amortissement survient normalement avec l’âge, mais les personnes sont plus sensibles à la douleur en cas de traumatisme ou de lésion répété de l’avant-pied (par exemple, en cas de forte intensité de la course ou de la marche).

La douleur des articulations métatarsophalangienne peut également entraîner une arthrose ou une raideur des articulations de l’avant-pied, souvent au niveau de l’articulation du gros orteil. La plupart des gens atteints de ces affections effectuent un mouvement anormal du pied en charge et lors de la marche.

Symptômes et diagnostic

La marche est douloureuse. Avec le temps, la douleur et la raideur peuvent être invalidantes.

Les médecins peuvent généralement diagnostiquer l’affection d’après les symptômes de la personne et un examen, même si une analyse est effectuée en cas de suspicion d’infection ou d’arthrite.

Traitement

Les orthèses constituent généralement un traitement efficace. Des chaussures avec une semelle épaisse et des talons arrondis (appelées « modifications par semelle à bascule ») permettent également de réduire la pression et le mouvement anormal. Parfois, lorsque ces mesures sont inefficaces, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Sésamoïdite

La sésamoïdite est une douleur autour d’un petit os (sésamoïde) sous la tête métatarsienne là où il rejoint le gros orteil (la première tête métatarsienne).

La sésamoïdite est généralement liée à des lésions répétées. Parfois, l’os est fracturé ou l’os ou les tissus adjacents sont inflammatoires. La sésamoïdite est particulièrement fréquente chez les danseurs, les adeptes de la course à pied et les personnes ayant les pieds arqués ou portant fréquemment des talons hauts.

La douleur de la sésamoïdite est ressentie sous l’avant-pied au niveau du gros orteil et empire généralement à la marche, en particulier lorsque la personne porte des chaussures à semelle fine ou souple ou à talons hauts. La région peut être chaude ou gonflée.

Le médecin pose le diagnostic à partir d’un examen du pied. Le diagnostic peut être confirmé par des radiographies pour déterminer si l’os sésamoïde est fracturé.

Il peut suffire d’éviter de porter les chaussures qui entraînent la douleur. Si les symptômes persistent, cependant, des chaussures avec une semelle épaisse, un talon bas, des orthèses ou une combinaison de ces éléments peuvent contribuer à réduire la pression sur l’os sésamoïde. La prise de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) par voie orale ou des infiltrations d’un mélange de corticostéroïdes/d’anesthésiques dans la zone touchée peuvent permettre de soulager la douleur.