Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fasciite plantaire

(Fasciite plantaire)

Par Kendrick Alan Whitney, DPM, Associate Professor, Department of Biomechanics, Temple University School of Podiatric Medicine

La fasciite plantaire est une douleur provenant de l’épaisse bande de tissu appelée « aponévrose plantaire », qui s’étend du talon à la base des orteils (avant-pied).

  • Le tissu conjonctif entre le talon et l’avant-pied peut être lésé et douloureux.

  • La douleur, qui empire souvent lors des premiers mouvements en charge le matin et après une période de repos, est ressentie sur la partie inférieure du talon.

  • Le diagnostic repose sur l’examen du pied et sur les résultats des examens d’imagerie.

  • Les étirements, l’application de glace, le changement de chaussures, le port de dispositifs dans les chaussures destinés à amortir, soutenir et rehausser le talon peuvent aider, tout comme parfois les infiltrations de corticostéroïdes.

L’aponévrose plantaire relie la partie inférieure de l’os du talon à l’avant-pied. Elle est essentielle à la marche, à la course et à l’élasticité du pied.

L’affection de l’aponévrose plantaire est appelée « fasciite plantaire ». Cependant, le terme fasciite plantaire n’est pas correct. Le terme fasciite signifie inflammation de la fascia (ou aponévrose), mais l’affection de l’aponévrose plantaire résulte d’un traumatisme répété de l’aponévrose et non d’une inflammation.

« Enthésopathie calcanéenne » et « syndrome de l’épine calcanéenne » (épine calcanéenne, Qu’est-ce qu’une épine calcanéenne ?) sont d’autres termes utilisés pour décrire cette affection. Une épine calcanéenne est une excroissance osseuse pointue au niveau de l’os du talon. Elle survient progressivement à cause de l’augmentation des tractions de l’aponévrose et d’un dysfonctionnement du pied. Cependant, il peut y avoir ou non une épine calcanéenne. Souvent, une petite déchirure résulte d’une sollicitation excessive de l’aponévrose plantaire. La fasciite plantaire est une des causes les plus fréquentes de la douleur au talon.

La fasciite plantaire peut se développer chez les personnes sédentaires, portant des talons hauts, ayant des pieds creux ou plats, des muscles du mollet fins ou un tendon d’Achille rigide (le tendon qui relie les muscles du mollet à l’os du talon). Les personnes sédentaires sont généralement touchées lorsqu’elles augmentent soudainement leur niveau d’activité ou qu’elles portent des chaussures qui maintiennent moins bien, comme des sandales ou des tongs. La fasciite plantaire est également fréquente chez les coureurs et les danseurs en raison de la sollicitation accrue de l’aponévrose, en particulier si la personne a une mauvaise posture des pieds. Le développement de cette affection douloureuse survient le plus souvent chez des personnes dont l’activité implique la station debout ou la marche sur des surfaces dures pendant des périodes prolongées.

Les affections qui peuvent causer ou aggraver la fasciite plantaire sont l’obésité, la polyarthrite rhumatoïde et d’autres types d’arthrite. Un excès d’injections de corticostéroïdes peut contribuer à l’apparition de la fasciite plantaire en endommageant l’aponévrose ou le coussinet de graisse de l’avant-pied.

Symptômes

Une personne présentant une fasciite plantaire peut avoir une douleur à n’importe quel endroit de l’aponévrose plantaire, mais elle se trouve le plus souvent à son point d’insertion sur l’os du talon. La personne ressent souvent une douleur plus intense lorsque le pied est mis en charge, en particulier lorsqu’elle doit de nouveau supporter son poids en posant le pied à terre le matin. La douleur diminue temporairement en 5 à 10 minutes, mais peut revenir dans la journée. Elle empire souvent lorsque le talon est soulevé du sol (en marchant ou en courant) et après des périodes de repos. Dans ce cas, la douleur irradie de la partie inférieure du talon vers les orteils. Certaines personnes ressentent une sensation de brûlure ou de blocage le long du bord de la plante du pied, à la marche.

Qu’est-ce qu’une épine calcanéenne ?

Une épine calcanéenne est une excroissance osseuse pointue au niveau de l’os du talon (calcanéum). Elle peut se former lorsque l’aponévrose plantaire, le tissu conjonctif qui s’étend de la partie inférieure de l’os du talon à la base des orteils (avant-pied), tire excessivement sur le talon. L’épine peut être douloureuse en cours de développement, mais elle peut l’être moins ensuite car le pied s’y adapte. Les épines calcanéennes n’entraînent pas toutes des symptômes. La plupart des symptômes causés par des épines du talon peuvent être traités sans intervention chirurgicale.

Diagnostic

  • Examen du pied par le médecin

  • Parfois, radiographies

Le médecin peut poser le diagnostic de fasciite plantaire après avoir examiné le pied. Le diagnostic est confirmé si les patients présentent une sensibilité au toucher là où l’aponévrose plantaire pénètre dans l’os du talon.

Les radiographies peuvent montrer une épine calcanéenne, saillant au bord inférieur et antérieur du calcanéum. Cependant, les personnes présentant une fasciite plantaire n’ont souvent pas d’épines calcanéennes et la plupart de ces personnes ne ressentent pas de douleur, donc l’existence d’une épine calcanéenne ne confirme pas forcément une fasciite plantaire.

D’autres tests diagnostiques, tels que l’imagerie par résonance magnétique (IRM), peuvent être réalisés si les médecins pensent que l’aponévrose du patient est déchirée.

Traitement

  • Étirement, orthèses et attelles nocturnes

Pour soulager la douleur et les sollicitations de l’aponévrose, la personne peut faire des pas plus courts et éviter de marcher pieds nus. Les activités entraînant des impacts sur la jambe, comme la course à pied, doivent être évitées. La perte de poids est parfois utile. L’étirement des muscles du mollet et du pied accélère souvent la guérison. Les orthèses (dispositifs placés dans la chaussure) peuvent aider à amortir, soutenir et rehausser le talon.

La kinésithérapie et l’utilisation d’une attelle la nuit permettent d’étirer les muscles du mollet et l’aponévrose lors du repos au lit.

Les strappings adhésifs ou les bandages soutenant la voûte, le froid et les massages avec de la glace, l’administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les infiltrations de corticostéroïdes dans le talon constituent d’autres mesures qui peuvent s’avérer nécessaires. Les infiltrations de corticostéroïdes ne sont généralement pas effectuées plusieurs fois, sous peine d’aggraver l’affection.

Si ces mesures sont inefficaces, les patients peuvent recevoir des corticostéroïdes par voie orale et un plâtre peut être appliqué. Si les symptômes persistent, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour soulager en partie la pression sur l’aponévrose et procéder à l’ablation des épines calcanéennes si elles semblent contribuer à la douleur.

Dans un nouveau traitement, appelé traitement par onde de choc (extracorporeal pulse activtion therapy [ESAT]), les médecins utilisent un dispositif envoyant des ondes de choc de pression au talon. Les ondes de pression stimulent la circulation sanguine, ce qui peut faciliter la guérison.

Ressources dans cet article