Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndrome du canal tarsien

(névralgie du nerf tibial postérieur)

Par Kendrick Alan Whitney, DPM, Associate Professor, Department of Biomechanics, Temple University School of Podiatric Medicine

Le syndrome du canal tarsien se traduit par une douleur de la cheville, du pied et parfois des orteils, causée par une compression ou une lésion du nerf qui innerve le talon et la plante (nerf tibial postérieur).

  • Les symptômes incluent brûlure ou picotements douloureux survenant lorsque les personnes marchent ou portent certaines chaussures.

  • Le diagnostic repose sur l’examen du pied et des études de la conduction nerveuse.

  • Des injections de corticostéroïdes, des orthèses et, parfois, une chirurgie, sont nécessaires pour soulager la douleur.

Le nerf tibial postérieur court de la partie postérieure du mollet jusqu’au talon et à la plante du pied, à travers un canal fibreux (canal tarsien). Lorsque les tissus proches du canal tarsien sont inflammatoires, ils peuvent gonfler et comprimer le nerf, ce qui provoque la douleur.

Les affections pouvant causer le syndrome du canal tarsien ou y contribuer sont les fractures, le gonflement de la cheville en raison d’une insuffisance cardiaque ou d’une insuffisance rénale et l’activité insuffisante de la glande thyroïde (hypothyroïdie). De même, des affections comme la goutte ou l’arthrose peuvent causer une inflammation des articulations. Une mauvaise posture du pied peut également y contribuer si la cheville effectue une rotation interne trop importante et traumatise le nerf du canal tarsien.

Symptômes

La douleur, le symptôme le plus fréquent du syndrome du canal tarsien, crée généralement une sensation de brûlure ou de fourmillement, survenant en station debout, à la marche ou lorsque la personne porte un type de chaussures spécifique. La douleur siège à la cheville (en général, la face interne), irradie aux orteils et s’aggrave généralement lors de la marche. Elle est soulagée au repos. Lorsque la maladie progresse, la douleur peut également survenir au repos.

Diagnostic

  • Examen du pied par le médecin

  • Parfois, études de la conduction nerveuse

Le médecin met en évidence cette pathologie en palpant le pied atteint au cours d’un examen clinique. Par exemple, la percussion de la région lésée ou comprimée juste sous l’os de la cheville déclenche souvent des fourmillements (appelés « signe de Tinel »), irradiant au talon, à la voûte plantaire ou aux orteils.

Des études de la conduction nerveuse peuvent être utiles pour déterminer la cause ou l’étendue de la lésion, en particulier si une intervention chirurgicale du pied est envisagée.

Traitement

  • Injections de corticostéroïdes

  • Orthèses

  • Parfois, chirurgie

Des infiltrations d’un mélange de corticostéroïdes/d’anesthésiques dans la région peuvent soulager la douleur.

Le bandage du pied et la mise en place dans la chaussure de dispositifs (orthèses) fabriqués spécialement constituent d’autres traitements.

Si aucun autre traitement ne soulage la douleur, une intervention chirurgicale destinée à soulager la compression du nerf peut être nécessaire.