Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fibromyalgie

(syndrome myofascial douloureux ; fibrosite ; fibromyosite)

Par Joseph J. Biundo, MD, Tulane Medical Center

La fibromyalgie se caractérise par un sommeil de mauvaise qualité, une fatigue, ainsi que des douleurs et une raideur diffuse au niveau des tissus mous, y compris les muscles, les tendons et les ligaments.

  • Un sommeil de mauvaise qualité, le stress, des efforts physiques, des traumatismes et, potentiellement, certains traits de personnalité peuvent augmenter le risque de fibromyalgie.

  • Les douleurs sont diffuses et certaines régions de l’organisme sont sensibles au toucher.

  • La fibromyalgie est diagnostiquée lorsque les personnes ressentent une douleur dans des régions spécifiques de l’organisme et présentent des symptômes typiques.

  • Un sommeil de meilleure qualité, de l’exercice, l’application de chaleur et les messages ont généralement un effet bénéfique.

On appelait cette maladie « fibrosite » ou « syndrome de fibromyosite ». Mais comme l’inflammation (indiquée par le suffixe « ite ») est absente, le suffixe a été supprimé et le nom est devenu fibromyalgie.

La fibromyalgie est 7 fois plus fréquente chez les femmes. Elle survient généralement chez les femmes jeunes ou d’âge moyen, mais peut également concerner des hommes, des enfants et des adolescents.

La fibromyalgie n’est pas dangereuse ni potentiellement mortelle. Néanmoins, la persistance des symptômes peut être très épuisante.

Causes

Les personnes atteintes de fibromyalgie semblent présenter une sensibilité accrue à la douleur. En d’autres termes, les centres de la douleur dans leur cerveau interprètent les sensations douloureuses comme étant plus intenses que chez les personnes qui ne sont pas atteintes de fibromyalgie. En général, la cause de la fibromyalgie est inconnue. Cependant, certains états peuvent contribuer au développement de la maladie. Il s’agit, par exemple, d’un sommeil de mauvaise qualité, des d’efforts répétitifs, d’un traumatisme et d’une exposition répétée à l’humidité et au froid. Le stress mental peut lui aussi y contribuer. Cependant, le stress à lui seul n’est peut-être pas à l’origine du problème. Peut-être s’agit-il plutôt de la façon dont les personnes réagissent au stress. Bon nombre des personnes affectées ont une personnalité perfectionniste ou de type A.

Certaines personnes concernées peuvent également présenter une maladie des tissus conjonctifs, comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux disséminé (lupus). Une infection virale ou d’autre origine (comme la maladie de Lyme) ou un traumatisme peuvent déclencher la fibromyalgie.

Symptômes

La plupart des personnes ressentent des courbatures généralisées, une raideur et des douleurs. Les symptômes peuvent toucher tout l’organisme. Tout type de tissu mou (muscles, tendons, ligaments) peut être concerné. Les tissus mous du cou, des épaules, de la poitrine, de la cage thoracique, de la région lombaire, des cuisses, des bras et des régions situées autour de certaines articulations sont particulièrement susceptibles d’être douloureux. Moins souvent, les membres inférieurs, les mains et les pieds sont douloureux et raides. Les symptômes peuvent survenir de façon régulière (par poussées) ou quasi permanente (chroniques).

La douleur peut être intense. Elle s’aggrave généralement avec la fatigue, les efforts ou une sollicitation excessive. Des régions spécifiques du muscle peuvent être sensibles lorsqu’une pression ferme est exercée. Ces régions sont appelées « points sensibles ». Lors des poussées, des contractions ou des spasmes musculaires peuvent survenir.

Un grand nombre des personnes touchées dort mal et ressent angoisse, dépression et fatigue. Elles peuvent également présenter une migraine ou des céphalées dues à la tension, une cystite interstitielle (un type d’inflammation de la vessie entraînant une douleur à la miction) et un syndrome du côlon irritable (avec une combinaison de constipation, de diarrhée, une gêne abdominale et des ballonnements, voir Syndrome de l’intestin irritable (SII)).

Les états qui peuvent contribuer au développement de la fibromyalgie peuvent aggraver les symptômes. Il s’agit du stress émotionnel, d’un sommeil de mauvaise qualité, des traumatismes, de l’exposition à l’humidité ou au froid, et de la fatigue. La crainte que les symptômes évoquent une maladie grave peut également aggraver les symptômes.

La fibromyalgie tend à être chronique, mais peut se résoudre d’elle-même en cas de diminution du stress. Même avec un traitement approprié, la plupart des personnes continuent à présenter des symptômes à un certain degré.

Diagnostic

Le diagnostic se base sur le schéma et la localisation de la douleur. Certaines parties de l’organisme possèdent des points sensibles. Pour détecter les points sensibles, les médecins exercent une pression ferme sur des régions spécifiques de l’organisme afin de déterminer si la personne ressent une douleur à l’un de ces points (point sensible). Auparavant, les médecins basaient leur diagnostic sur la présence d’une sensibilité sur au moins 11 des 18 points sensibles désignés. À présent, en revanche, le nombre de points sensibles n’est pas considéré comme étant aussi important que la présence de quelques points sensibles accompagnant les symptômes typiques, en particulier les douleurs diffuses.

Les médecins souhaitent s’assurer que les symptômes ne sont pas causés par une autre affection (comme l’hypothyroïdie, la pseudo-polyarthrite rhyzomélique ou une autre maladie musculaire), souvent en effectuant des analyses de sang. Mais aucune analyse ne peut confirmer le diagnostic de fibromyalgie.

Chez les personnes également atteintes de polyarthrite rhumatoïde ou de lupus, il peut être impossible de reconnaître la fibromyalgie, car ces maladies causent des symptômes (fatigue, douleurs musculaires et/ou articulaires) similaires.

Fibromyalgie : Détection des points sensibles

Les points sensibles sont des régions de sensibilité, qui se développent chez les personnes atteintes de fibromyalgie.

Traitement

Un traitement approprié peut les aider à se sentir mieux. En général, l’approche la plus utile est la suivante :

  • Réduction du stress, y compris reconnaissance de l’absence de maladie menaçant le pronostic vital à l’origine des douleurs

  • Étirement doux des muscles touchés (en maintenant la région étendue pendant 30 secondes et en répétant le mouvement 5 fois)

  • Exercices destinés à améliorer la condition physique (exercices aérobiques), en augmentant progressivement l’intensité (tapis de marche, vélo, machine elliptique ou natation, par exemple)

  • Application de chaleur ou massage doux sur la région touchée

  • Préservation d’une température chaude

  • Dormir suffisamment

L’amélioration de la qualité du sommeil est essentielle. Par exemple, les personnes doivent éviter la caféine ou les autres stimulants le soir et dormir dans une pièce sombre calme avec une literie confortable. Elles ne doivent pas manger ou regarder la télévision au lit. Les médecins peuvent prescrire des doses réduites d’antidépresseurs tricycliques. Ces médicaments sont pris 1 ou 2 heures avant le coucher et utilisés simplement pour améliorer le sommeil et non pour soulager la dépression. Il s’agit de la trazodone, de l’amitriptyline et de la nortriptyline. La cyclobenzaprine, un myorelaxant, peut également aider à dormir. Comme les antidépresseurs tricycliques, la cyclobenzaprine est prise uniquement au coucher. Ces médicaments sont généralement plus sûrs que les sédatifs, qui peuvent créer une accoutumance. Cependant, les antidépresseurs tricycliques et la cyclobenzaprine peuvent avoir des effets secondaires, comme une somnolence et une sécheresse buccale, en particulier chez les personnes âgées. La prise de ces médicaments à un autre moment peut entraîner une somnolence diurne.

L’aspirine et les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) offrent en général des bénéfices limités. Les analgésiques, comme le tramadol ou l’acétaminophène, peuvent aider. Il est préférable d’éviter les opiacés, qui peuvent créer une accoutumance et perdre en efficacité dans le temps, pour traiter les maladies chroniques, comme la fibromyalgie. La prégabaline (un anticonvulsivant parfois utilisé pour soulager la douleur), la duloxetine et le milnacipran sont parfois utilisés pour traiter la fibromyalgie. Ces médicaments peuvent aider lorsqu’ils sont utilisés dans le cadre d’un programme de traitement incluant un sommeil de meilleure qualité, de l’exercice physique et la gestion du stress. Des anesthésiants (comme la lidocaïne) sont parfois injectés directement dans une région particulièrement sensible, mais ces injections ne doivent pas être pratiquées de façon répétée.

Ressources dans cet article