Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Tendinite et ténosynovite

Par Joseph J. Biundo, MD, Clinical Professor of Medicine, Tulane Medical Center

Une tendinite est l’inflammation d’un tendon. La ténosynovite est une tendinite qui s’accompagne d’une inflammation de l’enveloppe protectrice autour du tendon (gaine du tendon).

  • Les tendons sont douloureux, en particulier en cas de mouvement, et parfois gonflés.

  • Le diagnostic repose généralement sur les symptômes et sur l’examen clinique.

  • L’utilisation d’une attelle, l’application de froid ou de chaud et la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent aider.

Les tendons sont des cordons fibreux de tissu résistant, qui relient les muscles à l’os. Certains tendons sont entourés d’une gaine.

La tendinite survient en général à un âge intermédiaire ou avancé, quand les tendons se fragilisent et sont plus prédisposés aux traumatismes et à l’inflammation. (La fragilisation du tendon, appelée tendinopathie, découle généralement de nombreuses petites déchirures progressives. Les tendons concernés peuvent se déchirer totalement de manière progressive ou soudaine.) La tendinite survient également chez les jeunes patients qui font beaucoup de sport (qui peuvent présenter une tendinite de la coiffe des rotateurs, voir Home.Heading & Page Tendinite de la coiffe des rotateurs et Lésion de la coiffe des rotateurs/bursite sous-acromiale) et chez les personnes effectuant des tâches répétitives.

Certains tendons sont particulièrement sensibles à l’inflammation.

  • Tendons de l’épaule (coiffe des rotateurs) : L’inflammation de ces tendons est la cause la plus fréquente de douleur de l’épaule (Lésion de la coiffe des rotateurs/bursite sous-acromiale).

  • Les deux tendons qui étendent le pouce : L’inflammation de ces tendons est appelée « maladie de De Quervain » ( Syndrome de De Quervain).

  • Les tendons fléchisseurs qui permettent de plier les doigts : Du fait de l’inflammation, ces tendons sont bloqués dans leur gaine, ce qui entraîne une sensation de ressaut (doigt à ressaut, voir Doigt à ressaut).

  • Le tendon au-dessus du biceps dans le bras (tendon bicipital) : La douleur peut survenir lorsque le coude est plié ou que le membre supérieur est levé ou tourné.

  • Le tendon d’Achille au niveau du talon : La douleur se produit à l’arrière du talon ( Tendinite du tendon d’Achille).

  • Un tendon qui passe sur le côté du genou (tendon poplité) : La douleur survient sur la partie externe du genou.

  • Les tendons à proximité de la hanche (trochanter) : Comme les bourses séreuses peuvent également être touchées, le terme « bursite trochantérienne » est souvent utilisé pour désigner l’inflammation de ces tendons.

Certaines maladies articulaires, comme la polyarthrite rhumatoïde, la sclérodermie généralisée, la goutte, le diabète et l’arthrite réactive (anciennement appelée « syndrome de Reiter »), peuvent causer une ténosynovite. En cas de gonorrhée, notamment chez les femmes, la bactérie qui cause la pathologie, le gonocoque, peut provoquer une ténosynovite, qui touche les tissus des épaules, des poignets, des doigts, des hanches, des chevilles et des pieds.

Symptômes

Les tendons enflammés sont généralement douloureux au mouvement et au toucher. Le mouvement, même minime, des articulations voisines du tendon peut entraîner une douleur en fonction de la gravité de la tendinite. Il peut arriver que les tendons ou leur gaine gonflent et chauffent.

Si la tendinite dure longtemps, il peut y avoir un dépôt calcique. La région autour de l’articulation de l’épaule est souvent touchée. L’épaule est non seulement douloureuse, mais aussi raide et fragile. Elle peut se coincer lors d’un mouvement.

Diagnostic

Le diagnostic de tendinite repose généralement sur les symptômes et sur les résultats d’un examen clinique. Parfois, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et l’échographie sont utiles.

Traitement

Le repos, l’immobilisation par une attelle ou un plâtre et l’application de chaud ou de froid, selon les indications, sont souvent efficaces. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont en mesure de réduire la douleur et l’inflammation après un traitement de 7 à 10 jours.

Parfois, des corticostéroïdes (comme la bétaméthasone, la méthylprednisolone ou la triamcinolone) et des anesthésiants (comme la lidocaïne) sont injectés dans la gaine du tendon. Rarement, l’injection cause une douleur pendant les heures qui suivent, car les corticostéroïdes forment temporairement des cristaux dans l’articulation ou la gaine. Cette douleur s’estompe en moins de 24 heures et peut être traitée par des compresses froides et des analgésiques.

D’autres médicaments peuvent être utilisés, selon la cause. Par exemple, si la cause est la goutte, il est possible d’utiliser de l’indométacine ou de la colchicine.

Une fois l’inflammation contrôlée, des exercices visant à augmenter l’amplitude de mouvement doivent être pratiqués plusieurs fois par jour.

Les tendinites chroniques persistantes, comme dans la polyarthrite rhumatoïde, peuvent nécessiter une excision chirurgicale des tissus enflammés et une kinésithérapie. Dans certaines tendinites de longue durée, notamment au niveau de l’articulation de l’épaule, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire pour éliminer les dépôts calciques.

Syndrome de De Quervain

(Ténosynovite de De Quervain)

La maladie de De Quervain se caractérise par le gonflement et l’inflammation des tendons ou des gaines tendineuses, qui étendent le pouce vers l’extérieur.

La maladie de De Quervain survient généralement après une utilisation répétée, en particulier dans le mouvement d’essorage, du poignet. Elle se développe souvent chez les nouvelles mères, probablement parce qu’elles soulèvent souvent leur bébé à bout de bras, en se servant uniquement de leurs poignets. Elle peut également se développer de concert avec une polyarthrite rhumatoïde.

Le symptôme principal est une douleur intense du poignet et de la base du pouce, aggravée par le mouvement. La région du poignet à la base du pouce est elle aussi douloureuse.

Les médecins diagnostiquent cette maladie lorsqu’ils détectent une sensibilité sur les deux tendons de la base du pouce et du poignet, qui s’accompagne généralement d’un gonflement. Pour détecter la sensibilité, les médecins demandent aux personnes de plier leur pouce dans leur paume et de replier leurs doigts sur leur pouce. Ensuite, les personnes doivent plier leur poignet de façon à l’écarter du pouce. Si ce mouvement est douloureux du même côté du poignet que le pouce, les personnes sont susceptibles d’être touchée par la maladie de De Quervain.

Les nouvelles mères peuvent éviter cette affection en utilisant tout leur bras et en gardant leurs poignets droits lorsqu’elles soulèvent leur bébé.

Il est impératif d’éviter les mouvements qui provoquent la douleur. Le repos, les bains chauds et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent aider les personnes présentant des symptômes légers. Les personnes présentant des symptômes plus graves se sentent généralement mieux après un traitement par injection de corticostéroïdes et le port d’une attelle de pouce. Il est parfois nécessaire de réaliser une ou deux injections supplémentaires, en les espaçant de plusieurs semaines. Si ces méthodes ne soulagent pas les symptômes, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Tendinite de la coiffe des rotateurs

Une tendinite peut se développer dans les tendons des muscles, qui permettent de bouger, tourner et maintenir l’épaule en place (coiffe des rotateurs).

La tendinite de la coiffe des rotateurs (Lésion de la coiffe des rotateurs/bursite sous-acromiale) est la cause la plus fréquente de douleur de l’épaule. Elle cause une douleur lorsque le bras est relevé (en particulier, entre 40 et 120°) ou lors de l’habillage. Les personnes présentent une douleur pendant la nuit, en particulier lorsqu’elles sont allongées sur le bras concerné.

Les symptômes peuvent se produire brutalement et être intenses, en particulier après une activité physique, ou peuvent se développer plus lentement et être plus légers.

Les exercices faisant travailler l’amplitude de mouvement, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et, parfois, une injection de corticostéroïdes peuvent être utilisés pour le traitement.