Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Asthme professionnel

Par Lee S. Newman, MD, MA, Professor, Departments of Environmental and Occupational Health and Epidemiology;Professor of Medicine, Division of Pulmonary Sciences and Critical Care Medicine, Colorado School of Public Health;Colorado University Anschutz

L’asthme professionnel est un rétrécissement réversible des voies respiratoires provoqué par l’inhalation lors du travail de particules ou d’émanations, qui agissent comme des irritants, et entraînent une réaction allergique.

  • L’asthme professionnel peut entraîner des difficultés respiratoires, une oppression thoracique, des sifflements lors de la respiration et une toux.

  • Les personnes sont testées pour les allergies à des substances connues pour provoquer de l’asthme.

  • Le traitement consiste à éviter le déclencheur et, quand ce n’est pas possible, à utiliser des médicaments pour ouvrir les voies respiratoires et réduire l’inflammation.

De nombreuses substances dans le milieu du travail peuvent entraîner un rétrécissement des voies respiratoires et des difficultés respiratoires ( Présentation des maladies pulmonaires environnementales). Certaines personnes sont particulièrement sensibles aux allergènes présents dans l’air ; d’autres développent la maladie du fait d’une exposition très importante aux irritants présents dans l’air, même en l’absence d’allergies ; et certains peuvent développer une maladie du bâtiment ( Maladies du bâtiment). Les travailleurs à risque d’asthme professionnel dû à l’exposition aux allergènes comprennent les personnes qui manipulent des animaux et les boulangers. Les militaires américains qui ont été déployés en Iraq et en Afghanistan courent un risque plus important, peut-être parce qu’ils ont été exposés à des fosses de brûlage à l’air libre, à des particules de poussière du désert, à des incendies industriels et aux gaz d’échappement des véhicules.

L’asthme professionnel diffère de l’asthme aggravé professionnellement dans lequel les personnes qui ont des antécédents d’asthme connaissent une augmentation de leurs symptômes pendant qu’ils sont au travail, car elles sont exposées à une substance qui déclenche une crise d’asthme.

Plusieurs autres maladies des voies respiratoires sont causées par l’inhalation de substances irritantes en milieu de travail. Ces troubles sont similaires à l’asthme professionnel.

Maladies similaires à l’asthme professionnel.

Trouble

Caractéristiques

Syndrome d’irritation aiguë des bronches (RADS)

Peut survenir chez des personnes sans antécédents d’allergies ou d’asthme.

Une obstruction des voies respiratoires survient après une exposition excessive à des poussières, des émanations ou des gaz irritants.

Les symptômes ressemblent à ceux de l’asthme.

Syndrome des voies respiratoires supérieures réactives

Une irritation de la muqueuse du nez et de la gorge survient après une exposition soudaine ou à long terme à des agents irritants.

La personne développe des symptômes tels qu’un écoulement nasal et une brûlure du nez et de la gorge.

Dysfonction des cordes vocales associée à un irritant

Une fermeture anormale des cordes vocales survient après qu’une personne a inhalé un irritant.

La personne peut haleter ou faire des sons sifflants quand elle inhale, et présenter un enrouement ou des difficultés à parler.

Bronchite industrielle (bronchite chronique induite par un irritant)

Après une inhalation soudaine ou à long terme, une toux et souvent des difficultés respiratoires se développent et ont tendance à s’intensifier progressivement.

Bronchiolite oblitérante

Les voies respiratoires de petit diamètre (bronchioles) sont lésées quand une personne inhale un gaz.

Une toux et des difficultés respiratoires tendent à se développer et à augmenter progressivement.

Symptômes

L’asthme professionnel peut entraîner des difficultés respiratoires, une oppression thoracique, des sifflements lors de la respiration et une toux. Parfois, les gens présentent des signes d’allergie à la poussière au travail, avec des symptômes d’éternuement, de rhinorrhée et de larmoiements. Ces symptômes d’allergie peuvent être présents pendant des mois ou des années avant qu’un essoufflement et d’autres symptômes respiratoires se développent. Dans certains cas, le sifflement respiratoire nocturne est le seul symptôme.

Les symptômes peuvent apparaître au travail, mais apparaissent en fait souvent quelques heures après la fin du travail. Dans certains cas, les symptômes peuvent débuter jusqu’à 24 heures après l’exposition, ou avoir une évolution capricieuse dans les semaines suivant l’exposition. Généralement, les personnes qui sont exposées de jour commencent à avoir des symptômes la nuit. Ainsi, la relation entre les symptômes et le travail n’est pas toujours claire. Les symptômes diminuent souvent, voire disparaissent, pendant les week-ends et les vacances. Ils ont tendance à s’aggraver en cas d’expositions répétées.

Diagnostic

  • Évaluation du médecin

  • Parfois, tests allergiques cutanés ou épreuves fonctionnelles respiratoires

Pour poser le diagnostic, le médecin interroge la personne sur ses symptômes et recherche une exposition aux substances connues pour provoquer l’asthme. Une fiche de données de sécurité (obligatoire sur tous les lieux de travail aux États-Unis) peut être utilisée pour identifier les causes potentielles.

On peut parfois réaliser un examen cutané (test par timbre transdermique) qui consiste à déposer une petite dose de la substance suspectée de causer l’allergie sur la peau pour détecter une réaction allergique.

Quand le diagnostic est plus difficile, des tests respiratoires sont réalisés par des médecins spécialistes. Ces examens consistent à faire inhaler à la personne une petite quantité de la substance suspectée afin d’observer l’apparition éventuelle de sifflements ou de dyspnée. Ce test est souvent associé à une mesure de la fonction respiratoire.

Le saviez-vous ?

  • Une fiche de données de sécurité (obligatoire sur tous les lieux de travail aux États-Unis) peut être utilisée pour identifier les causes potentielles.

Comme les voies respiratoires peuvent commencer à se rétrécir avant l’apparition des symptômes, une personne présentant des symptômes différés peut utiliser un appareil portatif pour surveiller ses voies respiratoires pendant qu’elle est au travail. Cet appareil s’appelle un débitmètre et permet d’apprécier la vitesse à laquelle une personne chasse l’air de ses poumons (débit de pointe). Lorsque les voies respiratoires se rétrécissent, la vitesse diminue significativement, ce qui oriente vers un asthme professionnel.

Prévention

Les industries qui utilisent des substances pouvant provoquer un asthme (allergènes) doivent avoir des mesures de contrôle des poussières et des émanations gazeuses. Parfois, l’élimination des poussières et des vapeurs peut être impossible. Si cela est possible, les travailleurs souffrant d’asthme professionnel doivent changer de poste de travail. La poursuite de l’exposition entraîne souvent une forme d’asthme plus grave et persistant.

Traitement

  • Médicaments pour ouvrir les voies respiratoires

Le traitement est identique à celui des autres types d’asthme ( Asthme : Traitement). Les médicaments qui dilatent les voies respiratoires (bronchodilatateurs) sont utiles. Ils sont administrés de préférence sous forme d’aérosols (albutérol). Les anti-inflammatoires inhalés (par exemple, le corticoïde triamcinolone) ou administrés par voie orale (montélukast) sont également souvent utiles. En cas de crises sévères, des corticoïdes (par exemple, prednisone) peuvent être prescrits par voie orale sur une période courte. Dans le traitement à long terme, les corticoïdes inhalés sont préférés aux corticoïdes par voie orale.

Ressources dans cet article