Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

La pneumonie chez les personnes immunodéprimées

Par Sanjay Sethi, MD, Professor and Chief, Pulmonary, Critical Care and Sleep Medicine and Vice Chair for Research, School of Medicine and Biomedical Sciences, University at Buffalo SUNY

Chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou déficient (par exemple, en cas de SIDA, de cancer, de transplantation d’organe ou d’utilisation de certains médicaments), la pneumonie est souvent causée par des micro-organismes différents de ceux qui causent la pneumonie chez les personnes en bonne santé.

  • Les personnes dont le système immunitaire est affaibli peuvent contracter des pneumonies dues à des micro-organismes qui ne causent pas souvent la maladie chez les personnes en bonne santé.

  • De telles pneumonies sont caractérisées par un essoufflement, une toux sèche et souvent de la fièvre.

  • Les radiographies du thorax sont souvent combinées à des examens microscopiques d’échantillons d’expectoration pour établir le diagnostic.

  • Des antibiotiques ou des antifongiques ou des médicaments antiviraux sont utilisés pour traiter ce type de pneumonie, et tout problème touchant le système immunitaire est traité.

La pneumonie est une infection des poumons. Chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli, la pneumonie peut être due à de nombreux micro-organismes, y compris à ceux qui ne causent généralement pas de pneumonie. Beaucoup d’affections peuvent entraîner une faiblesse du système immunitaire, y compris

  • Le cancer et les médicaments de chimiothérapie utilisés pour traiter le cancer

  • Des défauts dans les globules blancs

  • Des maladies, telles que le SIDA

  • Certains médicaments (tels que les corticoïdes, les médicaments de chimiothérapie et les médicaments utilisés pour traiter les maladies auto-immunes ou les maladies du tissu conjonctif)

Causes

Chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli, la pneumonie peut être causée par les mêmes micro-organismes qui causent la pneumonie communautaire mais elle est plus souvent causée par des organismes inhabituels ou rares.

Pneumocystis jirovecii est un champignon commun, qui peut être présent de façon inoffensive dans les poumons de personnes en bonne santé. En général, il ne provoque une pneumonie que lorsque les défenses de l’organisme sont affaiblies, du fait d’un cancer, de la prise de médicaments qui modifient le système immunitaire ou du SIDA. Souvent, la pneumonie à P. jirovecii est la première indication qu’une personne atteinte d’une infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) développe un SIDA.

D’autres champignons tels qu’Aspergillus et Candida, des bactéries telles que Staphylococcus aureus, Streptococcus pneumoniae et Haemophilus influenzae, ainsi que des virus tels que le cytomégalovirus et le virus herpès simplex, causent également la pneumonie chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Symptômes

Dans la plupart des cas, l’infection est caractérisée par une fièvre, un essoufflement et une toux sèche. Ces symptômes peuvent se développer rapidement dans certains cas ou lentement, comme c’est souvent le cas avec la pneumonie à P. jirovecii. Les poumons peuvent ne plus être en mesure d’oxygéner suffisamment le sang, ce qui entraîne un essoufflement qui est parfois sévère.

Diagnostic

  • Radiographie du thorax

  • Examen microscopique d’un échantillon d’expectoration (mucus épais ou décoloré)

Le problème spécifique affectant le système immunitaire peut suggérer quel organisme est l’agent causal de la pneumonie.

La radiographie peut être normale, ou présenter des tâches disséminées, comme avec certaines infections virales.

Le diagnostic est posé par l’examen microscopique d’un échantillon d’expectorations recrachées ou d’expectorations obtenues par induction (en ce cas, on utilise de la vapeur pour provoquer la toux) ou par bronchoscopie (en ce cas, un instrument est introduit dans les voies respiratoires pour prélever un échantillon).

Traitement

  • Antibiotiques, antiviraux ou antifongiques

  • Traitement de tout problème touchant le système immunitaire

Le traitement de la pneumonie dépend des éléments suivants

  • Le problème spécifique affectant le système immunitaire

  • La gravité de la maladie

  • Les micro-organismes qui pourraient causer l’infection

Les médecins donnent habituellement un antibiotique qui est efficace contre beaucoup d’organismes (antibiotique à spectre large). Si l’état de la personne ne s’améliore pas, les médecins peuvent ajouter un médicament supplémentaire qui est efficace contre les virus ou les champignons.

Même quand la pneumonie est traitée, le taux de mortalité global est plus élevé que celui des personnes atteintes de pneumonie communautaire, parce que les infections sont beaucoup plus difficiles à traiter chez les personnes qui ont des troubles du système immunitaire et parce que ces personnes ont tendance à être beaucoup plus malades, même avant l’apparition de la pneumonie.

Les thérapies visant à améliorer le système immunitaire sont aussi importantes pour le traitement de la pneumonie chez les personnes ayant des troubles du système immunitaire. Il faut arrêter temporairement de prendre les médicaments qui suppriment le système immunitaire (comme les médicaments de chimiothérapie ou les médicaments utilisés pour traiter les maladies auto-immunes) jusqu’à ce que l’infection soit résolue.

Prévention

Les médecins donnent souvent des traitements pour aider à renforcer le système immunitaire de la personne et pour prévenir la pneumonie. Par exemple, chez les personnes dont le système immunitaire a été affaibli par un traitement anticancéreux, les médecins peuvent donner un médicament appelé facteur de stimulation des colonies de granulocytes, afin de stimuler la production des globules blancs (type de cellules luttant contre les infections).

Les personnes qui sont à risque d’infection devraient recevoir des vaccins contre pneumococcus et H. influenzae.

L’association antibiotique de triméthoprime-sulfaméthoxazole peut être utile dans la prévention de la pneumonie à Pneumocystis chez les personnes à risque. Les effets secondaires de ce médicament, particulièrement fréquents chez les personnes atteintes du SIDA, comprennent des éruptions cutanées, une réduction du nombre de globules blancs (cellules sanguines permettant à l’organisme de lutter contre les infections) et une fièvre. Les autres médicaments possibles en prévention sont la dapsone, l’atovaquone et la pentamidine (ce dernier produit peut être administré par aérosol, inhalé directement dans les poumons).