Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Thoracentèse

Par Noah Lechtzin, MD, MHS, Johns Hopkins University School of Medicine

Lors d’une thoracentèse, le liquide pathologique présent dans la cavité pleurale (épanchement pleural, Épanchement pleural) est aspiré. Une thoracentèse poursuit essentiellement deux objectifs : ponctionner du liquide en vue d’une analyse diagnostique ou soulager une dyspnée induite par la compression du parenchyme pulmonaire.

Pour effectuer cette ponction, la personne est confortablement assise, le dos fléchi vers l’avant, ses bras reposant sur des supports. Une petite zone cutanée du dos est désinfectée et anesthésiée par un anesthésique local. Ensuite, le médecin introduit une aiguille entre deux côtes dans la cage thoracique, mais pas dans le poumon, et aspire une petite quantité de liquide dans une seringue. Parfois, le recours à l’échographie permet de guider le prélèvement (pour savoir où introduire l’aiguille). Ensuite, on analyse le liquide recueilli pour évaluer sa composition chimique et rechercher la présence éventuelle de bactéries ou de cellules cancéreuses.

Si la quantité de liquide est importante, il peut être nécessaire de l’extraire à l’aide d’un cathéter en plastique et d’utiliser un récipient collecteur de liquide d’une contenance supérieure à une seringue. Si le liquide doit être drainé pendant plusieurs jours, un plus grand tube (drain thoracique ou cathéter de drainage) est laissé en place dans le thorax et l’aspiration est réalisée en continu.

Le risque de complications, pendant et après la thoracentèse, est faible. Une légère douleur est possible, au moment où le poumon se remplit d’air et s’accole contre la paroi thoracique ; la personne peut aussi ressentir le besoin de tousser. Elle peut également ressentir des vertiges et une dyspnée de façon passagère. Il existe d’autres complications possibles telles que la perforation du poumon avec passage d’air dans la cavité pleurale (pneumothorax), une hémorragie à l’intérieur de la cavité pleurale ou de la paroi thoracique, une perte de connaissance, une infection, une perforation de la rate ou du foie et, si une grande quantité de liquide présente depuis des semaines ou des mois est retirée rapidement, une accumulation de liquide dans le poumon lui-même (œdème pulmonaire). Une radiographie pulmonaire peut être pratiquée après la ponction, pour vérifier si l’une de ces complications s’est produite.