Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des tumeurs pulmonaires

Par Anne S. Tsao, MD, Associate Professor and Director, Mesothelioma Program; Director, Thoracic Chemo-Radiation Program, University of Texas M.D. Anderson Cancer Center

Les tumeurs pulmonaires peuvent être

Toutes les tumeurs pulmonaires nécessitent une évaluation médicale parce que même des tumeurs non cancéreuses peuvent causer des problèmes si elles se développent et bloquent la respiration.

Le traitement des tumeurs pulmonaires dépend de leur caractère cancéreux ou bénin.

Tumeurs pulmonaires bénignes

Les tumeurs pulmonaires bénignes peuvent être divisées en deux catégories, suivant qu’elles se développent dans

  • La trachée ou les bronches : Hamartomes (tumeurs pulmonaires bénignes les plus fréquentes), cystadénomes bronchiques, qui se développent dans une bronche principale ou une bronche plus petite, myoblastomes et papillomes

  • Le tissu pulmonaire : Fibromes, hamartomes, léiomyomes, lipomes, neurofibromes, schwannomes et hémangiomes sclérosants.

Les tumeurs non cancéreuses peuvent être identifiées d’après les types de cellules qui les constituent (comme les cellules musculaires lisses, lipidiques ou nerveuses). Les hamartomes sont uniques en ce qu’ils sont composés de morceaux désorganisés de tissus matures comme le cartilage, la graisse et le muscle.

Certaines masses non cancéreuses dans les poumons sont causées non par une nouvelle croissance de cellules pulmonaires (néoplasme) mais plutôt par l’inflammation due à une infection ou à une maladie auto-immune, comme la sarcoïdose.

Souvent, les tumeurs non cancéreuses ne causent pas d’autres symptômes que des sifflements respiratoires, une toux ou un essoufflement, en particulier si elles exercent une pression sur les voies respiratoires ou les obstruent, ou si elles grossissent.

Le plus souvent, les médecins diagnostiquent de façon fortuite une tumeur pulmonaire non cancéreuse lorsqu’ils réalisent une radiographie thoracique ou d’autres examens d’imagerie pour d’autres raisons.

La plupart des tumeurs non cancéreuses ne sont pas traitées, mais il peut être nécessaire de retirer chirurgicalement certaines d’entre elles, afin d’éviter une obstruction des voies respiratoires.