Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cancer de la vessie

Par Viraj A. Master, MD, PhD, Professor of Urology, Emory University School of Medicine

  • Le plus souvent, le cancer de la vessie provoque la présence de sang dans l’urine.

  • Pour poser le diagnostic, un fin tube souple à fibres optiques (cystoscope) est inséré dans la vessie à travers l’urètre.

  • De nombreux cancers sont retirés, au moyen d’un cystoscope (pour les cancers de surface) ou par ablation de la vessie (pour les cancers plus profonds).

Plus de 70 000 nouveaux cas de cancer de la vessie sont diagnostiqués tous les ans aux États-Unis et près de 15 000 personnes meurent du cancer de la vessie tous les ans. Son incidence est environ 3 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes. Le tabagisme est le facteur de risque unique le plus important et semble être une des causes chez au moins la moitié des nouveaux cas. Certaines substances chimiques utilisées dans l’industrie peuvent se concentrer dans l’urine et provoquer des cancers, bien que l’exposition à ces substances soit en diminution. Ces substances comprennent les hydrocarbures, les colorants à l’aniline (tels que la naphtylamine employée dans l’industrie des colorants) et les produits chimiques employés dans les industries du caoutchouc, électrique, de câblerie, de la peinture et textile. L’exposition de longue durée à certains médicaments, notamment au cyclophosphamide, augmente le risque de cancer de la vessie. L’irritation chronique qui survient à la suite d’une infection parasitaire appelée schistosomiase ou de calculs vésicaux prédispose aussi les personnes au cancer de la vessie, bien que l’irritation n’explique qu’une faible proportion de cas.

La plupart des cas de cancers de la vessie sont d’un type dénommé à cellules transitionnelles, touchant les mêmes types de cellules (les cellules transitionnelles) qui sont généralement les cellules cancéreuses responsables des cancers rénaux, pelviens et urétraux.

Symptômes

Le plus souvent, le cancer de la vessie provoque la présence de sang dans l’urine. D’autres symptômes peuvent comprendre des douleurs et des brûlures à la miction, ainsi qu’un besoin d’uriner urgent et fréquent. Les symptômes du cancer de la vessie peuvent être identiques à ceux d’une infection vésicale (cystite, Infection vésicale) et les deux maladies peuvent être concomitantes. Une faible numération sanguine (anémie) peut provoquer asthénie, pâleur ou les deux.

Diagnostic

Le diagnostic est souvent suspecté pour la première fois lorsqu’on observe la présence de sang dans l’urine. Le sang peut être détecté lorsque l’examen microscopique de routine d’un échantillon d’urine révèle la présence de globules rouges ou parfois lorsque l’urine est rouge à l’œil nu. Le cancer de la vessie peut être suspecté si les symptômes de cystite ne disparaissent pas avec le traitement. Une évaluation microscopique spécifique de l’urine (telle qu’une cytologie, Cytologie urinaire) met souvent en évidence la présence de cellules cancéreuses. Un cancer de la vessie est parfois détecté lorsqu’un examen d’imagerie, tel qu’une tomodensitométrie (TDM) ou une échographie, est réalisé pour toute autre raison.

La plupart des cancers de la vessie sont diagnostiqués par cystoscopie et par biopsie. Cet examen implique l’introduction d’un fin tube flexible à fibres optiques à travers l’urètre dans la vessie. Un petit échantillon de tissu est prélevé pour examen. Les personnes restent éveillées. L’urètre est légèrement anesthésié afin que l’intervention ne soit pas trop inconfortable.

Si le cancer a envahi le muscle vésical, des examens additionnels, y compris une TDM de l’abdomen et une radiographie thoracique, sont nécessaires pour déterminer si un cancer s’est propagé.

Pronostic

Pour les cancers qui n’infiltrent que la surface interne de la vessie (tumeurs superficielles) et dont la croissance et la division sont lentes, le risque de décès par cancer de la vessie est de moins de 5 % dans les 5 années suivant le diagnostic. Le taux de décès à 5 ans pour les tumeurs envahissant le muscle de la vessie est significativement plus élevé (d’environ 50 %). Les cancers de la vessie qui se sont propagés au-delà de la paroi vésicale (comme par exemple aux ganglions lymphatiques ou à d’autres organes abdominaux ou pelviens) ont un pronostic plus défavorable.

Traitement

Les cancers qui n’infiltrent que la surface interne de la vessie peuvent être retirés entièrement au cours de la cystoscopie. Toutefois, d’autres cancers se développent généralement par la suite à l’intérieur de la vessie. Les médecins peuvent empêcher la récurrence de ces cancers en plaçant à plusieurs reprises des médicaments anticancéreux (tels que la mitomycine C) ou le bacille de Calmette-Guérin (BCG, une substance qui stimule le système immunitaire de l’organisme) dans la vessie une fois que la totalité du cancer a été retirée.

Les cancers qui se sont développés au sein de la paroi vésicale ne peuvent pas être retirés en totalité par cystoscopie. Ils sont habituellement traités par ablation partielle ou totale de la vessie (cystectomie). La radiothérapie, isolée ou en association avec une chimiothérapie, peut y être associée pour tenter de guérir le cancer.

S’il est nécessaire de retirer la totalité de la vessie, les médecins doivent concevoir une méthode pour l’écoulement de l’urine. La méthode habituelle a été de détourner l’urine vers une ouverture (stomie) pratiquée dans la paroi abdominale à travers un passage réalisé à partir de l’intestin, appelé une anse intestinale. L’urine est ensuite recueillie dans une poche externe.

Plusieurs méthodes alternatives de dérivation de l’urine deviennent de plus en plus fréquentes et appropriées pour de nombreuses personnes. Ces méthodes peuvent être classées en deux groupes : les néo-vessies orthotopiques et les dérivations urinaires continentes. Dans les deux cas, un réservoir interne pour l’urine est pratiqué en utilisant l’intestin.

Dans une néo-vessie orthotopique, le réservoir est relié à l’urètre. Les personnes apprennent à le vider en relâchant les muscles du plancher pelvien et en augmentant la pression à l’intérieur de l’abdomen, de telle sorte que l’urine passe à travers l’urètre de manière presque naturelle. La plupart des personnes sont continentes pendant le jour, mais quelques pertes d’urine peuvent se produire la nuit.

Dans la dérivation urinaire continente, le réservoir est relié à une stomie au niveau de la paroi abdominale. L’utilisation d’un sachet collecteur n’est pas nécessaire, puisque l’urine reste dans le réservoir jusqu’à ce que les personnes le vident, à intervalles réguliers pendant la journée, par la mise en place d’un cathéter au travers de la stomie dans le réservoir.

Un cancer qui s’est propagé au-delà de la vessie et qui a atteint les ganglions lymphatiques ou d’autres organes est traité par chimiothérapie. Plusieurs associations médicamenteuses différentes sont efficaces contre ce type de cancer, en particulier lorsque la propagation est confinée aux ganglions lymphatiques. Une cystectomie ou une radiothérapie peut être ensuite proposée aux personnes qui répondent bien à la chimiothérapie. Cependant, un nombre relativement limité de personnes guérit. Pour celles qui ne guérissent pas, les efforts sont orientés vers le soulagement de la douleur et les problèmes de fin de vie ( Symptômes d’une maladie mortelle).

Ressources dans cet article