Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cancer du bassinet et de l’uretère

Par Viraj A. Master, MD, PhD, Winship Cancer Institute, Emory University

  • Les cancers peuvent provoquer la présence de sang dans l’urine ou une douleur à type de crampe sur le côté.

  • Le diagnostic est généralement confirmé par tomodensitométrie.

  • Le traitement pratiqué est l’ablation du rein et de l’uretère.

Le cancer peut se développer dans les cellules qui enveloppent la zone centrale du rein (le bassinet, généralement un type de cancer appelé carcinome des cellules transitionnelles du bassinet) et dans les fins canaux qui conduisent l’urine du rein vers la vessie (uretères). Les cancers du bassinet et de l’uretère sont nettement moins fréquents que ceux qui touchent le reste du rein ou la vessie. Aux États-Unis, ils concernent probablement moins de 6 000 personnes par an.

Symptômes

La présence de sang dans l’urine est généralement le premier symptôme. Les symptômes peuvent également comprendre des douleurs et des brûlures à la miction et une envie d’uriner impérieuse et fréquente. En cas d’obstruction du flux urinaire (par exemple à cause d’un caillot sanguin obstruant l’uretère), une douleur à type de crampe peut se manifester au niveau du flanc (espace entre les côtes et la hanche) ou au niveau de la partie inférieure de l’abdomen.

Diagnostic

Le cancer est généralement décelé au moyen d’une tomodensitométrie (TDM) ou d’une échographie. Une TDM et souvent une échographie peuvent permettre aux médecins de distinguer d’autres troubles rénaux et urétéraux non cancéreux (bénins) tels que des calculs ou des caillots sanguins. L’examen au microscope d’un échantillon d’urine peut mettre en évidence la présence de cellules cancéreuses. Une sonde souple à fibres optiques (urétéroscope) introduite par la vessie peut être utilisée pour visualiser les cancers, prélever des échantillons de tissu pour confirmer le diagnostic et parfois même pour traiter les cancers de petite taille. Pour déterminer l’extension des cancers et le degré de propagation, des TDM de l’abdomen et du bassinet et des radiographies thoraciques sont réalisées.

Pronostic

Lorsque le cancer ne s’est pas propagé et peut être totalement retiré chirurgicalement, le pourcentage de guérison est élevé. Toutefois, si le cancer s’est propagé sur la paroi du bassinet ou de l’uretère ou dans des organes distants, le pourcentage de guérison est faible.

Traitement

Si la tumeur ne s’est pas propagée au-delà du bassinet et de l’uretère, le traitement habituel consiste en l’ablation totale du rein et de l’uretère (néphro-urétérectomie) et d’une petite partie de la vessie. Cependant, dans certaines situations, par exemple lorsque les reins ont une fonction altérée ou quand les personnes n’ont qu’un seul rein, le rein n’est habituellement pas retiré, parce que les personnes deviendraient dépendantes de la dialyse. Certains cancers du bassinet et de l’uretère peuvent être traités par laser pour détruire les cellules cancéreuses, ou par chirurgie en ne retirant que le cancer lui-même tout en laissant en place le rein, la portion saine de l’uretère et la vessie. Parfois, un médicament, tel que la mitomycine C ou le bacille Calmette-Guérin (BCG, une substance qui stimule le système immunitaire de l’organisme) est instillé dans l’uretère ; un médicament de chimiothérapie peut également être administré. On ne sait pas vraiment à quel point les traitements par laser et les instillations de médicaments sont efficaces.

Après l’intervention chirurgicale, une cystoscopie (insertion d’une sonde souple à fibres optiques pour examiner l’intérieur de la vessie) est réalisée périodiquement, à vie, car les personnes qui ont eu ce type de cancer ont un risque de développer un cancer de la vessie.