Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Nécrose tubulaire aiguë

Par Navin Jaipaul, MD, MHS, Associate Professor of Medicine;Chief, Nephrology, Loma Linda University School of Medicine;VA Loma Linda Healthcare System

La nécrose tubulaire aiguë est une maladie rénale provoquée par une lésion des cellules tubulaires rénales (cellules rénales qui réabsorbent le liquide et les minéraux de l’urine à mesure qu’ils se forment).

  • Les causes fréquentes sont un faible flux sanguin vers les reins (tel que celui causé par l’hypotension artérielle), les médicaments qui provoquent des lésions rénales et les infections graves généralisées.

  • Les personnes ne présentent pas de symptômes à moins que la maladie rénale ne soit sévère.

  • Le diagnostic est basé essentiellement sur les résultats des analyses de laboratoire.

  • Le traitement vise la cause, par exemple, l’arrêt des médicaments qui provoquent une lésion rénale, l’administration de produits par voie intraveineuse pour augmenter la tension artérielle et d’antibiotiques pour traiter l’infection.

La lésion des cellules tubulaires rénales détériore la capacité des reins à filtrer le sang. Les déchets tels que l’urée et la créatinine s’accumulent donc dans la circulation sanguine.

Causes

La nécrose tubulaire aiguë ne se développe en général que chez les personnes atteintes d’une maladie grave et en milieu hospitalier. Les causes les plus courantes sont :

  • Un épisode d’hypotension, entraînant une circulation sanguine insuffisante à travers les reins

  • Des médicaments qui provoquent une atteinte rénale

  • Infection grave généralisée (septicémie)

Les causes les plus fréquentes de l’hypotension entraînant une nécrose tubulaire aiguë sont une importante perte de sang (en raison d’une blessure ou d’une intervention chirurgicale majeure), des brûlures graves, une infection grave généralisée (septicémie) et une pancréatite.

Une septicémie peut également endommager directement les cellules rénales, ce qui aggrave les effets de l’hypotension provoquée par la septicémie.

Les médicaments qui endommagent souvent les reins comprennent les antibiotiques aminoglycosides (tels que la gentamicine et la tobramycine), l’amphotéricine B (un médicament utilisé pour traiter les infections fongiques graves et généralisées), le colistiméthate (un antibiotique utilisé pour traiter les infections qui se produisent chez les personnes hospitalisées pour une autre affection), la vancomycine (un antibiotique utilisé pour traiter les infections résistantes à d’autres antibiotiques qui peuvent provoquer des lésions rénales lorsqu’elles sont administrées à haute dose pendant plus de 2 semaines) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Les aminoglycosides sont plus susceptibles d’être une cause de la maladie chez les personnes qui sont âgées, qui ont subi une intervention chirurgicale majeure ou qui présentent des troubles graves du foie, de la vessie ou des voies biliaires. Une exposition à un agent de contraste au cours d’un examen d’imagerie peut rarement provoquer une lésion rénale (néphropathie due aux produits de contraste).

La nécrose tubulaire aiguë est plus susceptible de se développer chez les personnes qui sont âgées, qui présentent une maladie grave ou qui sont atteintes de troubles rénaux sous-jacents, de diabète ou des deux.

Symptômes

Les personnes souffrant de nécrose tubulaire aiguë sont généralement asymptomatiques. Toutefois, si la maladie est grave, une insuffisance rénale (perte de la quasi-totalité de la fonction rénale) se développe et la quantité d’urine éliminée par ces personnes chute en dessous de la normale. Si l’insuffisance rénale s’aggrave, les personnes peuvent avoir des nausées et des vomissements, s’affaiblir, avoir des spasmes musculaires involontaires et être désorientées.

Diagnostic

  • Analyses de sang et d’urine

En général, les médecins suspectent d’abord le trouble lorsque des analyses de sang montrent des signes de lésion rénale chez des personnes ayant été exposées à un éventuel déclencheur, tel qu’une intervention chirurgicale majeure, un épisode d’hypotension ou des médicaments qui provoquent une atteinte rénale. De tels résultats peuvent survenir chez des personnes qui sont déshydratées, de telle sorte que les médecins prescriront d’autres analyses de sang et d’urine pour diagnostiquer une nécrose tubulaire aiguë.

Pronostic

Les résultats dépendent de la correction du trouble ayant causé la nécrose tubulaire aiguë. Si ce trouble répond rapidement au traitement, la fonction rénale revient à la normale en 1 à 3 semaines. Le pronostic est généralement meilleur si le volume de l’urine est supérieur à 400 ml toutes les 24 heures. Les personnes qui sont plus gravement malades, en particulier celles qui nécessitent d’être traitées dans une unité de soins intensifs, présentent un risque de décès plus important.

Traitement

  • Soins d’accompagnement

Les médicaments qui provoquent une atteinte rénale sont arrêtés. Les médecins prescrivent également si nécessaire des fluides par voie intraveineuse, afin de maintenir un flux sanguin normal vers les reins. Les infections et autres troubles sous-jacents sont également traités. Une dialyse peut être nécessaire pour les patients qui ne répondent pas aux soins d’accompagnement.

Prévention

Les médecins administrent des liquides par voie intraveineuse et parfois des médicaments pour maintenir la pression artérielle chez les personnes gravement malades, afin d’essayer de maintenir un flux sanguin normal vers les reins. Les médicaments qui provoquent une lésion rénale sont évités lorsque cela s’avère possible. Si ces médicaments sont nécessaires, la fonction rénale est étroitement surveillée. Chez les diabétiques, la glycémie est contrôlée.