Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cystite interstitielle

Par Patrick J. Shenot, MD, Thomas Jefferson University

La cystite interstitielle est une inflammation de la vessie sans cause infectieuse.

  • La cystite interstitielle produit une douleur au-dessus de la vessie, dans le bassin ou dans la partie inférieure de l’abdomen et provoque une nécessité fréquente et impérieuse d’uriner, parfois accompagnée d’incontinence.

  • Les médecins ont besoin d’explorer la vessie au moyen d’un tube souple à fibres optiques (cystoscopie) et de procéder à une biopsie de la vessie.

  • La maladie est incurable mais les symptômes peuvent être soulagés par des changements du régime alimentaire et des habitudes de miction, des médicaments pour soulager la douleur et du pentosane.

On pensait auparavant que la cystite interstitielle était une pathologie relativement rare. Toutefois, les médecins pensent maintenant qu’elle est plus fréquente qu’on ne le croyait à l’origine et qu’elle peut être responsable d’autres troubles, tels que la douleur pelvienne chronique. Bien que les hommes et les enfants puissent être affectés, environ 90 % des cas de cystite interstitielle surviennent chez des femmes.

Sa cause est inconnue. Mais les médecins pensent que les lésions aux cellules de la paroi vésicale peuvent permettre à des substances se trouvant dans l’urine d’irriter la vessie. Les cellules généralement impliquées dans des réactions allergiques (les mastocytes) peuvent être impliquées dans les changements de la vessie, mais leur rôle exact n’est pas clair.

Symptômes de la cystite interstitielle

Initialement, les personnes souffrant de cystite interstitielle peuvent ne pas présenter de symptômes. Les symptômes apparaissent en général progressivement et s’aggravent avec les années au fur et à mesure que la paroi vésicale est atteinte. Les personnes ressentent une douleur ou une compression au niveau de la vessie, dans le bassin ou dans la partie inférieure de l’abdomen. Les personnes ressentent également une nécessité d’uriner fréquente et impérieuse, souvent plusieurs fois par heure. Les symptômes s’aggravent au fur et à mesure que la vessie se remplit et diminuent à la miction. Dans les cas très sévères, les personnes peuvent s’asseoir aux toilettes pendant des heures, avec des pertes d’urine continuelles.

Les symptômes peuvent s’aggraver au cours de l’ovulation ou de la menstruation, des allergies saisonnières, d’un stress physique ou émotionnel, ou encore lors des rapports sexuels. Les aliments à haute teneur en potassium (par exemple les agrumes, le chocolat, les boissons caféinées et les tomates), les aliments épicés, le tabac et l’alcool peuvent aggraver les symptômes.

Diagnostic de la cystite interstitielle

  • Évaluation du médecin

  • Cystoscopie

Le diagnostic de la cystite interstitielle est suggéré par les symptômes. Les médecins procèdent à un examen complet, comprenant souvent un examen pelvien chez les femmes et un toucher rectal. Des analyses sont nécessaires pour vérifier si une autre pathologie ne serait pas la cause des symptômes. Par exemple, les médecins prescrivent une analyse et une mise en culture de l’urine pour dépister des infections.

Ils procèdent à l’exploration de la vessie au moyen d’un tube souple à fibres optiques (cystoscopie) afin d’examiner la paroi vésicale. Ils procèdent parfois en même temps à une biopsie de la vessie afin d’écarter toute possibilité de cancer.

Ils placent parfois une solution contenant du potassium directement dans la vessie afin d’observer comment la paroi vésicale répond au potassium et à d’autres substances irritantes potentielles.

Traitement de la cystite interstitielle

  • Modifications du régime alimentaire

  • Réduction du stress et exercices des muscles pelviens

  • Entraînement de la vessie

  • Médicaments

  • Parfois chirurgie si les autres traitements sont inefficaces

Les médecins peuvent soulager jusqu’à 90 % des personnes souffrant de cystite interstitielle mais l’éradication complète des symptômes est rare.

Des modifications du régime alimentaire constituent la première étape du traitement. Les personnes atteintes de cette affection doivent éviter de consommer des aliments épicés et à teneur élevée en potassium parce que ces aliments peuvent encore plus irriter la vessie. Tabac et alcool doivent être évités.

Une diminution du stress et des exercices ciblant les muscles pelviens (par exemple, les exercices de Kegel) pratiqués avec biofeedback peuvent s’avérer utiles.

Il est également demandé aux personnes de modifier leurs habitudes de miction. L’entraînement de la vessie est une technique impliquant que les personnes suivent un programme fixe de miction pendant leurs heures d’éveil. Les médecins travaillent avec les personnes pour établir un programme de mictions toutes les 2 ou 3 heures et pour supprimer l’impériosité de la miction à d’autres heures (par exemple, en se détendant et en respirant profondément). À mesure que les personnes deviennent plus à même de supprimer l’impériosité de la miction, l’intervalle est progressivement allongé.

Un traitement médicamenteux est souvent nécessaire. Les personnes peuvent avoir besoin de prendre des analgésiques pour réduire la douleur. Les antidépresseurs peuvent également diminuer la douleur et permettre à la vessie de se détendre. Les antihistaminiques peuvent également réduire l’impériosité de la miction. Du pentosane peut être prescrit par voie orale pour favoriser la restauration de la paroi vésicale. Lorsque le pentosane par voie orale ne s’avère pas efficace, les médecins peuvent placer une solution de pentosane directement dans la vessie au moyen d’un cathéter. Ils peuvent également instiller une solution de diméthylsulfoxyde dans la vessie. Les personnes maintiennent la solution dans la vessie pendant 15 minutes puis elles urinent pour évacuer la solution. Ces solutions peuvent soulager la douleur et l’impériosité pendant quelque temps mais ces traitements doivent généralement être répétés.

Les médecins essaient parfois de soulager la douleur et l’impériosité en stimulant les nerfs provenant de la moelle épinière (appelés racines nerveuses) qui contrôlent la vessie. Une autre possibilité consiste à dilater la vessie avec du liquide ou du gaz. Ce traitement, dénommé hydrodistension vésicale, peut soulager les symptômes.

Les médecins associent souvent des traitements pour mieux soulager. Toutefois, lorsque les associations de traitements s’avèrent inefficaces, on peut essayer d’intervenir chirurgicalement.