Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Maladie athéro-embolique rénale

Par Zhiwei Zhang, MD, Associate Professor of Medicine;Attending Nephrologist, Loma Linda University;VA Loma Linda Healthcare System

Au cours de la maladie athéro-embolique rénale, de nombreux petits fragments de matériel lipidique (athéroemboles) migrent des artères situées en amont du rein pour obstruer les plus petites branches des artères rénales, engendrant une défaillance fonctionnelle du rein.

  • Les athéroemboles sont en général une complication chirurgicale ou la conséquence d’une intervention sur une aorte athéroscléreuse.

  • Des symptômes d’insuffisance rénale, des orteils bleus et une décoloration violine et réticulée de la peau des pieds et des jambes, peuvent se développer.

  • Le prélèvement et l’analyse d’un fragment de tissu rénal (biopsie) peuvent être réalisés afin de confirmer le diagnostic.

De petits fragments de matériel lipidique solide qui adhèrent à la paroi durcie (athérosclérotique) des vaisseaux sanguins, habituellement de l’aorte, se détachent et migrent à travers le flux sanguin, devenant des emboles (athéroemboles). Certains emboles migrent dans les plus petites artères rénales où ils provoquent un blocage de l’apport de sang aux reins. Ce processus touche, en général, les deux reins de manière à peu près égale et au même moment.

Le matériel lipidique peut se décoller spontanément lorsque l’athérosclérose aortique est sévère. Cette situation peut plus généralement se produire en tant que complication d’une intervention chirurgicale, d’une angioplastie ou de tout autre examen d’imagerie concernant l’aorte, comme l’angiographie lorsque des fragments de matériel lipidique qui adhèrent à la paroi de l’aorte sont détachés non intentionnellement. La maladie rénale athéro-embolique est bien plus fréquente chez les personnes âgées.

Symptômes

La maladie athéro-embolique rénale est généralement responsable d’une incapacité aiguë ou lentement progressive des reins à filtrer les déchets du sang (insuffisance rénale). Si l’obstruction des artères est provoquée par une intervention chirurgicale ou par un examen d’imagerie concernant l’aorte, l’insuffisance rénale résultant de ces techniques est le plus souvent aiguë. La production d’urine est souvent diminuée.

Avec la progression de la durée et de la gravité de l’insuffisance rénale, une grande variété de symptômes peut se manifester, dont une asthénie, des nausées, une perte d’appétit, des démangeaisons et des difficultés de concentration. Les symptômes sont provoqués par les dysfonctions des muscles, du cerveau, des nerfs, du cœur, du tube digestif et de la peau, induites par l’insuffisance rénale.

Les emboles athéromateux peuvent provoquer l’apparition de symptômes dans d’autres organes. Lorsque les emboles athéromateux migrent aux membres supérieurs et inférieurs, une coloration anormale violine et réticulée de la peau, ou même une gangrène peuvent apparaître. Des fragments d’emboles athéromateux qui migrent dans la région oculaire peuvent induire une cécité soudaine.

Diagnostic

Les médecins suspectent une maladie athéro-embolique rénale chez des personnes dont la fonction rénale accuse un déclin après une procédure ayant touché l’aorte. Les analyses de sang et d’urine peuvent montrer que la fonction rénale est en train de décliner. Une biopsie rénale est le meilleur moyen de confirmer un diagnostic de maladie athéro-embolique rénale, mais elle n’est généralement pas nécessaire. L’examen au microscope d’un échantillon tissulaire met en évidence de façon caractéristique la présence de matériel lipidique dans les artérioles. L’examen d’échantillons de peau ou de muscle peut également permettre de poser le diagnostic. Parfois, il est nécessaire de pratiquer une échocardiographie de l’aorte pour déterminer la source de l’embole.

Pronostic et traitement

Par le passé, les personnes souffrant d’une maladie rénale athéro-embolique avaient tendance à décéder en quelques semaines ou en quelques mois. Toutefois, le traitement a récemment fait des progrès. La plupart des personnes survivent au moins un an. La moitié environ survit 4 ans ou plus.

Parfois, la source de l’embole peut être traitée de sorte que de nouveaux emboles ne se forment pas, mais il n’existe pas de traitement direct pour retirer les athéro-emboles présentes dans les reins. Le traitement vise à prendre en charge les personnes le mieux possible. Par exemple, l’hypertension artérielle est traitée. Une dialyse peut s’avérer nécessaire au cours de l’insuffisance rénale, mais parfois les reins peuvent se remettre à fonctionner.