Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Troubles adénoïdiens

Par Clarence T. Sasaki, MD, American Laryngological Association;Dysphagia;Yale University School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'hypertrophie ou l'inflammation des végétations adénoïdes sont fréquentes chez l'enfant. Les symptômes associent obstruction nasale, troubles du sommeil et épanchements de l'oreille moyenne avec perte auditive. Le diagnostic est facilité par une nasopharyngoscopie au fibroscope flexible. Le traitement comprend souvent des corticostéroïdes intranasaux, des antibiotiques, et une adénoïdectomie en cas d'obstruction nasale importante, d'otite moyenne et/ou d'épanchement persistant de l'oreille moyenne.

Les végétations adénoïdes sont des amas rectangulaires de tissu lymphatique situés dans la partie postérieure du nasopharynx. Elles sont plus importantes chez l'enfant de 2 à 6 ans. L'augmentation de volume peut être physiologique ou secondaire à une infection virale ou bactérienne, à une allergie, à des irritants, et, parfois, à un reflux gastro-œsophagien. Une exposition prolongée aux bactéries et/ou virus constitue un autre facteur de risque (p. ex., nombreux enfants présents dans les garderies). Une hypertrophie majeure peut obstruer les trompes d'Eustache (risque d'otite moyenne), et/ou les choanes (risque de sinusite).

Symptomatologie

Les patients présentant une hypertrophie adénoïdienne peuvent ne pas se plaindre. Ils ont habituellement une respiration buccale chronique, des ronflements, parfois des troubles du sommeil, une halitose, une surdité de transmission (due à une otite moyenne récidivante ou à des épanchements persistants de l'oreille moyenne) et une voix de type nasonnée. Des adénoïdites chroniques peuvent également entraîner une forme chronique ou récidivante de rhinopharyngite, rhinosinusite, épistaxis, halitose et de toux chronique.

Diagnostic

  • Nasopharyngoscopie flexible

L'hypertrophie adénoïdienne est suspectée chez l'enfant et l'adolescent présentant des signes caractéristiques, des épanchements persistants de l'oreille moyenne ou des otites moyennes aiguës récidivantes ou des rhinosinusites. Une symptomatologie identique est parfois retrouvée chez l'adolescent de sexe masculin en présence d'un angiofibrome ( Angiofibromes juvéniles).

Les enfants atteints d'insuffisance vélopharyngée ( Insuffisance vélopharyngée), p. ex., en raison d'un syndrome vélocardiofacial, peut produire une vocalisation hypernasale qui doit être différencié de la vocalisation hyponasale de l'hypertrophie adénoïdienne.

L'examen clinique de référence du nasopharynx est la nasopharyngoscopie flexible. L'enregistrement du sommeil, souvent utilisé pour documenter le ronflement, n'est pas aussi précis. Une polygraphie du sommeil permet de préciser le retentissement de l'obstruction nasale chronique sur le sommeil.

L'imagerie rx est contre-indiquée chez l'enfant, sauf en cas de suspicion forte d'angiofibrome ou de cancer.

Traitement

  • Traitement de la cause

  • Parfois, adénoïdectomie

L'allergie sous-jacente est traitée par des corticostéroïdes par voie intranasale, et l'infection bactérienne sous-jacente est traitée par des antibiotiques.

Chez l'enfant présentant des épanchements persistants de l'oreille moyenne ou une otite moyenne récidivante, l'adénoïdectomie limite souvent la récidive. Les enfants de > 4 ans qui nécessitent la mise en place d'aérateurs transtympaniques bénéficient souvent d'une adénoïdectomie. La chirurgie est également recommandée chez les jeunes enfants qui présentent une épistaxis récidivante ou une importante obstruction nasale (p. ex., troubles du sommeil, modification de la voix). Bien qu'elle nécessite une anesthésie générale, l'adénoïdectomie peut être effectuée sur une base ambulatoire avec récupération en 48 à 72 h. L'adénoïdectomie est contre-indiquée dans l'insuffisance vélopharyngée, car elle peut déclencher ou aggraver une vocalisation hypernasale.