Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Anosmie

Par Marvin P. Fried, MD, The University Hospital for Albert Einstein College of Medicine;Department of Otorhinolaryngology, Head and Neck Surgery, Montefiore Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

L'anosmie est la perte complète de l'odorat. L'hyposmie est la perte partielle de l'odorat. La plupart des patients anosmiques ont une perception normale des saveurs salées, sucrées, acides et amères mais il leur manque la finesse du goût, qui dépend largement de l'olfaction. C'est pourquoi ils se plaignent souvent d'une perte du goût (agueusie) et de ne pas avoir de goût pour la nourriture. Lorsqu'elle est unilatérale, l'anosmie est souvent méconnue.

Étiologie

L’anosmie survient en cas d’œdème intranasal ou d’une autre cause d’obstruction nasale qui empêche l’accès à la région olfactive; lorsque le neuroépithélium olfactif est lésé; ou lorsque les filaments nerveux olfactifs, les bulbes, le tractus, ou des connexions centrales sont lésés (v. Causes d'anosmie).

Causes d'anosmie

Cause

Signes évocateurs

Procédure diagnostique

Obstruction nasale

Rhinite allergique

Anamnèse de signes d'allergie chronique (p. ex., congestion, rhinorrhée claire), aucune douleur

Bilan clinique

Polypes nasaux

Les polypes sont habituellement visibles à l'examen

Bilan clinique

Destruction du neuroépithélium olfactif

Rhinite atrophique

Rhinite chronique avec atrophie et sclérose muqueuse, retentissant sur la perméabilité nasale, formation de croûtes, odeur fétide

Bilan clinique

Parfois, biopsie, qui montre un épithélium cylindrique cilié normal transformé en épithélium malpighien stratifié et la lamina propria réduite en épaisseur et vascularisation

Sinusite chronique

Écoulement mucopurulent chronique, infections documentées

Bilan clinique

TDM

Cliché panoramique dentaire, qui montre les racines des dents maxillaires pour éliminer un abcès dentaire

Certaines infections virales des voies respiratoires supérieures

Début après l'infection clinique

Bilan clinique

Tumeurs (causes rares)

Possibles difficultés visuelles ou seulement anosmie

TDM

IRM

Médicaments (p. ex., amphétamines, énalapril, œstrogènes, naphazoline, phénothiazines, réserpine; l'utilisation prolongée de décongestionnants)

Habituellement, antécédents d'exposition

Bilan clinique

Toxines (p. ex., cadmium, manganèse)

Habituellement, antécédents d'exposition

Bilan clinique

Destruction des voies centrales

Maladie d'Alzheimer

Confusion progressive et perte de la mémoire récente

IRM

Tests séquentiels de mémoire

Maladies neurologiques dégénératives (p. ex., sclérose en plaques)

Épisodes intermittents d'autres symptômes neurologiques (p. ex., faiblesse; engourdissements, difficulté à parler, voir ou déglutitir

IRM

Parfois, ponction lombaire

Traumatisme crânien

Apparente à l'anamnèse

TDM

Chirurgie intracrânienne, infection ou tumeur

Chirurgie et infection du SNC apparentes par l'anamnèse

Tumeurs avec, ou sans, autres symptômes neurologiques

TDM ou IRM

Les causes principales comprennent

  • Traumatisme crânien (jeunes adultes)

  • Infections virales et maladie d'Alzheimer (chez les personnes âgées)

Une infection des voies respiratoires supérieures, en particulier la grippe, est en cause dans 14 à 26% des cas d’hyposmie ou d’anosmie.

Certains médicaments peuvent favoriser une anosmie chez les patients sensibles. D'autres causes comprennent une irradiation de la tête et du cou, une chirurgie rhinosinusienne, une tumeur cérébrale ou nasosinusienne et des toxines. Le rôle du tabac n'est pas démontré.

Bilan

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit évaluer l'évolution des symptômes et leur relation à une infection des voies respiratoires supérieures ou à un traumatisme crânien. Les signes associés importants sont une congestion nasale et/ou une rhinorrhée. La nature de la rhinorrhée doit être précisée (p. ex., aqueuse, mucoïde, purulente, sanglante).

La revue des systèmes doit rechercher des signes neurologiques, en particulier ceux concernant le statut mental (p. ex., difficultés avec la mémoire récente) une exploration des nerfs crâniens (p. ex., diplopie, dysphagie, dysphonie, acouphènes, vertige).

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur des antécédents sinusiens, un traumatisme crânien ou une intervention neurochirurgicale, des allergies, les médicaments utilisés et l'exposition chimiques ou à certaines fumées.

Examen clinique

Les cavités nasales doivent être examinées à la recherche d'un œdème, d'une inflammation, d'un écoulement et de polypes. Faire respirer le patient de façon séquentielle par chaque narine (tandis que l'autre est obturée manuellement) peut être utile pour identifier le site de l'obstruction.

Un examen neurologique complet, en particulier un examen de l'état mental et des nerfs crâniens, est réalisé.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Antécédents de traumatisme craniofacial

  • Symptomatologie neurologique

  • Début brutal

Interprétation des signes

La survenue immédiate après un traumatisme crânien ou une exposition à des toxiques implique fortement cet événement comme causal.

Des antécédents de rhinosinusite chronique sont évocateurs, en particulier en présence d'une congestion marquée et/ou de polypes visibles à l'examen. Cependant, parce que ces signes sont fréquents dans la population, le médecin doit être attentif à d'autres troubles manquants. Une confusion progressive et une perte de mémoire récente chez un patient âgé suggèrent la maladie d'Alzheimer comme cause. L'évolution des symptômes neurologiques par poussées affectant plusieurs régions suggère une maladie neurodégénérative telle que la sclérose en plaques. L'anosmie lentement progressive chez un patient âgé sans aucun autre symptôme suggère un vieillissement normal comme cause.

Examens complémentaires

Des tests olfactifs réalisés en cabinet peuvent confirmer un trouble olfactif. Communément, une narine est fermée par pression et une odeur contenant café, cannelle ou tabac est placée devant l’autre narine laissée ouverte; si le patient peut identifier la substance, l'olfaction est présumée intacte. Le test est répété sur l'autre narine pour déterminer si la réponse est bilatérale. Malheureusement, le test est assez primitif et non fiable.

En cas d'anosmie et si aucune cause n'est évidente après le bilan clinique (v. Causes d'anosmie), les patients doivent bénéficier d'une TDM de la tête (comprenant les sinus) avec injection de produit de contraste pour éliminer la possibilité d'une tumeur ou d'une fracture du plancher de la fosse antérieure du crâne. L'IRM est également utilisée pour rechercher des lésions intracrâniennes et peut être nécessaire aussi bien, en particulier chez les patients ne présentant aucune pathologie nasale ou sinusienne lors de la TDM.

Une évaluation psychophysique est effectuée pour identifier aussi bien l'odorat et le goût que le seuil de détection. Cette évaluation fréquemment implique l'utilisation d'un ou plusieurs kits disponibles dans le commerce. Un kit utilise une batterie d'odeurs à gratter ou renifler tandis que d'autres kits impliquent des dilutions séquentielles d'un produit chimique odorant.

Traitement

Les causes spécifiques sont traitées; cependant, l'odorat ne récupère pas toujours après le traitement d'une sinusite.

Il n'existe aucun traitement de l'anosmie. Les patients qui conservent une certaine sensation d'odorat peuvent trouver des additifs concentrés aromatisants pour améliorer leur nourriture let prendre plaisir à manger. Les détecteurs de fumée, importants dans toutes les maisons, sont encore plus indispensables chez les patients anosmiques. Les patients doivent faire attention à la consommation de nourriture stockée et à l'utilisation de gaz naturel pour la cuisine ou le chauffage, parce qu'ils ont des difficultés à détecter une nourriture avariée ou une fuite de gaz.

Bases de gériatrie

Il existe une perte significative normale de récepteurs neuronaux olfactifs au cours du vieillissement, entraînant une importante diminution de l'olfaction. Des modifications sont habituellement remarquables vers l'âge de 60 ans et peuvent être plus marquées après 70 ans.

Points clés

  • L'anosmie peut faire partie du vieillissement normal.

  • Les causes fréquentes comprennent une infection des voies respiratoires supérieures, une sinusite ainsi que les traumatismes crâniens.

  • Une imagerie crânienne est habituellement nécessaire à moins que la cause ne soit évidente.

Ressources dans cet article