Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Zona (herpes zoster) auriculaire

(Herpès géniculé; syndrome de Ramsay Hunt; neuronite virale)

Par Lawrence R. Lustig, MD, Howard W. Smith Professor and Chair, Department of Otolaryngology–Head and Neck Surgery , Columbia University Medical Center and New York Presbyterian Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le zona (herpes zoster) auriculaire est une manifestation rare de l'herpes zoster qui touche le ganglion du 8e nerf crânien et le ganglion géniculé du 7e nerf crânien (facial).

L'herpes zoster (zona) est la réactivation d'une infection à virus varicelle-zona. Les facteurs de risque de réactivation comprennent le déficit immunitaire secondaire à un cancer, une chimiothérapie, de la radiothérapie ou une infection par le VIH. En général, le virus reste latent dans un ganglion de la racine dorsale et la réactivation se manifeste sous la forme de lésions cutanées douloureuses au niveau d'un dermatome. Cependant, il est rare que virus reste latent dans le ganglion géniculé et, lors de la réactivation, qu'il provoque des symptômes impliquant les 7e et 8e nerfs crâniens.

Symptomatologie

Les symptômes de l'herpès zoster (zona) auriculaire comprennent

  • Douleur sévère à l'oreille

  • Paralysie faciale transitoire ou permanente (ressemblant à la paralysie de Bell)

  • Vertige qui dure de quelques jours à quelques semaines

  • Perte auditive (qui peut être permanente ou disparaître partiellement ou totalement)

Des vésicules apparaissent sur le pavillon de l'oreille et dans le conduit auditif externe, sur le territoire correspondant à la branche sensitive du nerf facial. Les symptômes de méningo-encéphalite (p. ex., céphalées, confusion, raideur de nuque) sont rares. Parfois, d'autres nerfs crâniens sont atteints.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic de zona (herpes zoster) auriculaire est habituellement clinique. Au moindre doute sur l'étiologie virale, les prélèvements vésiculeux permettent une immunofluorescence directe ou des cultures virales et une IRM est effectuée.

Traitement

  • Peut-être des corticostéroïdes, antiviraux ou décompression chirurgicale

Bien qu'il n'existe aucune preuve formelle que les corticostéroïdes, les médicaments antiviraux ou la décompression chirurgicale fassent la différence, ils représentent les seuls traitements éventuellement efficaces. Lorsqu'ils sont utilisés, les corticostéroïdes sont commencés par de la prednisone 60 mg po 1 fois/jour pendant 4 jours, suivie d'une diminution progressive de la posologie au cours des 2 semaines suivantes. L'acyclovir 800 mg po 5 fois/jour ou le valacyclovir 1 g po bid pendant 10 jours peuvent raccourcir l'évolution clinique et sont systématiquement prescrits chez les patients immunodéprimés.

Les vertiges sont supprimés efficacement par le diazépam 2 à 5 mg po q 4 à 6 h. Les douleurs peuvent nécessiter des opiacés oraux. La névralgie post-herpétique peut être traitée par amitriptyline.

La décompression chirurgicale du canal de Fallope peut être indiquée lorsque la paralysie faciale est complète (aucun mouvement facial apparent). Avant chirurgie, cependant, l'électroneurographie est effectuée et doit montrer une disparition de l'excitabilité > 90% des fibres nerveuses.