Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Agents biologiques comme armes

Par James Madsen, MD, MPH, Chemical Casualty Care Division, U.S. Army Medical Research Institute of Chemical Defense

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les armes biologiques sont des agents microbiologiques utilisés à des fins meurtrières. Une telle utilisation est contraire au droit international et a rarement eu lieu pendant une guerre formelle au cours de l'histoire moderne, malgré les vastes préparatifs et stockages d'agents biologiques effectués au cours du 20e siècle par la plupart des grandes puissances (y compris le développement de souches résistantes à plusieurs médicaments). La principale préoccupation concerne l'utilisation de ces agents par des groupes terroristes. Les agents de guerre biologique sont considérés par certains comme l'arme idéale des terroristes. Ces agents peuvent être délivrés clandestinement et ont des effets retardés, ce qui permet à leurs utilisateurs de ne pas être découverts.

L'US Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a créé une liste de priorité des agents et des toxines biologiques ( Agents biologiques et toxines haute priorité du CDC). La plus haute priorité sont la catégorie A.

L'utilisation délibérée d'agents biologiques pour causer des pertes massives impliquerait probablement la diffusion d'aérosols pour transmettre la maladie par inhalation, et donc l'anthrax et la peste pulmonaire transmises par inhalation sont les 2 maladies les plus susceptibles de se produire dans ces circonstances.

Agents biologiques et toxines haute priorité du CDC

Catégorie

Agent

A: la plus haute priorité

Bacillus anthracis, cause de l'anthrax

Toxine botulique de Clostridium botulinum, cause du botulisme

Yersinia pestis cause de la peste

Virus de la variole, cause de la variole (la variole classique)

Francisella tularensis, cause de la tularémie

Virus des fièvres hémorragiques virales

  • Arénavirus, provoquant la fièvre de Lassa et les virus des fièvres hémorragiques virales du Nouveau Monde (fièvres hémorragiques Machupo, Junin, Guanarito et Sabia)

  • Bunyaviridae, caus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et de la vallée du Rift

  • Filoviridae, causant des maladies à virus Ebola et de Marburg

  • Les flaviviridae, causes de la fièvre jaune, de la fièvre hémorragique d'Omsk et de maladie de la forêt de Kyasanur

B: 2e priorité la plus élevée

Brucella sp, cause de la brucellose

La toxine Epsilon de Clostridium perfringens

Salmonella sp, Escherichia coli 0157:H7, et Shigella, causes d'intoxications alimentaires

Burkholderia mallei, cause de la morve

Burkholderia pseudomallei, cause de la mélioïdose

Chlamydia psittaci, cause de la psittacose.

Coxiella burnetii, cause de la fièvre Q

Toxine ricine de Ricinus communis

Entérotoxine staphylococcique B

Rickettsia prowazekii, cause de typhus

Alphavirus provoquant des encéphalites virales (p. ex., encéphalites équines vénézuéliennes, de l'Est et de l'Ouest)

Vibrio cholerae, Cryptosporidium parvum, et d'autres agents, provoquant des maladies d'origine hydrique

C: 3e priorité la plus élevée

Virus Nipah, hantavirus, coronavirus du SRAS et grippe virus capables de provoquer une pandémie de grippe

Autres agents associés à des maladies infectieuses émergentes

CDC = US Centers for Disease Control and Prevention; SARS = severe acute respiratory syndrome.

Reconnaissance

Il peut être difficile de distinguer entre l'effet d'une arme biologique et une épidémie naturelle de la maladie. Les indices en faveur d'une origine délibérée plutôt que naturelle d'une épidémie sont les suivants:

  • Cas de maladies qui ne sont généralement pas observées dans la zone géographique

  • Distribution inhabituelle de cas parmi les segments de la population

  • Des taux d'attaque très différents entre ceux qui se trouvent à l'intérieur des bâtiments et ceux qui se trouvent à l'extérieur

  • Épidémies distinctes dans des zones géographiquement non contiguës

  • Épidémies simultanées ou en série de plusieurs maladies différentes dans la même population

  • Voies inhabituelles d'exposition (p. ex., inhalation)

  • Zoonose affectant les humains plutôt que chez des animaux

  • Zoonose survenant d'abord chez l'homme, puis dans son vecteur typique

  • Zoonose survenant dans une zone avec une faible prévalence du vecteur typique de la maladie

  • Sévérité inhabituelle de la maladie

  • Souches rares d'agents infectieux

  • Absence de réponse au traitement standard

L'enquête épidémiologique et la coopération avec les forces de l'ordre sont indispensables, de même que la communication des risques au grand public.

La présentation clinique, le diagnostic, et le traitement des patients qui ont des maladies causées par des armes biologiques à haut risque sont discutés ailleurs dans Le Manuel: anthrax (charbon) ( Charbon (anthrax)), peste ( Peste et autres infections à Yersinia), variole ( Variole), tularémie ( Tularémie), et fièvres hémorragiques virales ( Arboviridae, Arenaviridae, et Filoviridae). La prise en charge des épidémies dues à une arme biologique ne diffère pas de celle des épidémies naturelles, si ce n'est que les médecins doivent s'attendre à des résistances inhabituelles aux antibiotiques.

Un isolement (des patients) et une quarantaine (des contacts) peuvent être nécessaires. Les maladies les plus contagieuses délibérément diffusées sont la variole (pour laquelle des précautions respiratoires sont nécessaires) et la peste pulmonaire (nécessitant des précautions contre les gouttelettes).

Réponse

Étant donné que les périodes d'incubation des maladies causées par les agents d'armes biologiques sont relativement longues, la plupart des vies seront sauvées ou perdues en milieu hospitalier. Des réserves suffisantes de vaccins, d'antibiotiques et d'antiviraux destinées aux patients hospitalisés et aux contacts sont nécessaires, et des systèmes de distribution de ces contre-mesures médicales au public à risque élevé d'exposition sont cruciaux.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas la politique officielle du Department of Army, Department of Defense, ou du gouvernement des États-Unis.

Ressources dans cet article