Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Toxines comme armes de destruction massive

Par James Madsen, MD, MPH, Chemical Casualty Care Division, U.S. Army Medical Research Institute of Chemical Defense

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

«Toxine» est souvent utilisé de manière imprécise pour désigner tout poison, mais correspond techniquement uniquement à un produit chimique toxique produit par un organisme (bien que certaines toxines puissent à présent être produites par synthèse). Les toxines utilisées comme armes de destruction massives ne comprennent pas les agents infectieux desquels ils sont issus, et ne se répliquent donc pas dans le corps et ne sont pas transmissibles d'un individu à l'autre. Ainsi, les toxines sont plus des agents chimiques que des agents biologiques; ils provoquent un empoisonnement plutôt qu'une infection.

Des centaines de toxines sont connues. Cependant, en raison des difficultés à isoler des quantités suffisantes, et des problèmes de diffusion ou de fragilité de l'environnement, la plupart des toxines sont plus adaptées à l'assassinat qu'aux attentats de masse. Seuls quatre toxines sont considérées comme des agents à haut risque par les US Centers for Disease Control and Prevention (CDC):

  • Toxine botulique

  • La toxine Epsilon de Clostridium perfringens

  • La toxine ricine

  • L'entérotoxine staphylococcique B

Parmi ces éléments, seule la toxine botulique est classée parmi les agents prioritaires au plus haut degré. La toxine epsilon de C. perfringens est principalement d'intérêt historique en tant qu'agent mis au point par l'Irak dans les années 1980; son action principale étant d'augmenter la perméabilité capillaire, en particulier dans l'intestin.

Toxine botulique

La toxine botulique ou neurotoxine botulique (BoNT), correspond à l'un des 7 types connus de neurotoxine produites par Clostridium botulinum. Le botulisme est l'empoisonnement par la toxine botulique; l'infection avec C. botulinum n'est pas nécessaire. Les botulismes d'origine alimentaire, des plaies, et infantile sont décrits ailleurs ( Botulisme). Les pertes massives dues au BoNT pourraient se produire par contamination généralisée de la nourriture ou de l'eau, mais le scénario le plus probable serait l'inhalation d'aérosols de BoNT.

Le BoNT bloque l'action de l'acétylcholine (ACh) au niveau des récepteurs muscariniques dans le muscle lisse et les glandes exocrines mais ne passe pas la barrière hémato-encéphalique pour entrer dans le SNC. Comme avec le botulisme des plaies, des symptômes neurologiques (typiquement une paralysie descendante bilatéralement symétrique avec mydriase), sans nausées, vomissements, crampes, ou diarrhée est attendu 12 à 36 h (2 h à 8 j) après l'exposition. Les fonctions sensorielles et mentales sont intactes.

Le diagnostic clinique est suffisant pour rendre la décision d'administrer l'antitoxine, qui devient progressivement moins efficace à mesure que les symptômes et les signes se développent. Un flacon d'une Ig anti-botulisme heptavalente diluée à 1:10 dans une solution physiologique à 0,9% est administré lentement en IV.

Ricine et abrine

La ricine (provenant de fèves de la plante de ricin) et l'abrine (provenant du Jequirity, ou du pois rouge [ou haricot paternoster]) à la fois inactivent catalytiquement les ribosomes; une molécule d'une de ces toxine peut empoisonner la totalité des ribosomes d'une cellule. Bien que la ricine ait été injectée dans des tentatives d'assassinat, des pertes massives impliqueraient probablement l'inhalation de la toxine sous forme d'aérosol.

Les manifestations cliniques de l'intoxication par la ricine varient selon la voie d'exposition. À la suite de l'inhalation, il existe une période de latence de 4 à 8 h, suivie par de la toux, une détresse respiratoire et de la fièvre. Plusieurs systèmes d'organes sont progressivement affectés au cours des 12 à 24 heures suivantes, et culminent par une insuffisance respiratoire. Le diagnostic est basé sur la suspicion clinique, aucun antidote ou antitoxine spécifique n'est disponible et le traitement est un traitement de support.

Entérotoxine staphylococcique B (SEB)

L'entérotoxine staphylococcique B (SEB) est l'une des 7 entérotoxines (toxines agissant dans l'intestin) produite par Staphylococcus aureus. L'entérotoxine staphylococcique B (SEB) est responsable d'intoxication alimentaire staphylococcique lorsqu'il est ingéré ( Infections staphylococciques : Maladie due à des toxines). Des décès massifs pourraient résulter de l'altération des aliments, mais aussi de l'inhalation de la toxine sous forme d'aérosol; l'entérotoxine staphylococcique B (SEB) a été développée pour être utilisée comme un aérosol pour provoquer une incapacité des personnels militaires.

La période de latence est généralement de 1 à 12 h après l'ingestion et de 2 à 12 h (avec une plage de 1,5 à 24 h) après l'inhalation. Après des symptômes initiaux pseudo-grippaux de fièvre, de frissons, de céphalées et de myalgies, les symptômes et les signes ultérieurs dépendent de la voie d'exposition. L'ingestion provoque des nausées, des vomissements et de la diarrhée pendant 1 à 2 j. L'inhalation provoque une toux non productive, une douleur thoracique rétrosternale, et souvent une irritation et une congestion nasales. La conjonctivite peut résulter du contact de l'aérosol avec les yeux. Bien que l'entérotoxine staphylococcique B (SEB) soit destinée à être un agent incapacitant, son inhalation peut causer la mort par œdème pulmonaire et collapsus circulatoire. Chez les survivants, la fièvre peut persister jusqu'à 5 j et ils peuvent tousser pendant 4 semaines. Des dosages spécialisés de toxines peuvent confirmer le diagnostic. Le traitement est un traitement de support.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas la politique officielle du Department of Army, Department of Defense, ou du gouvernement des États-Unis.