Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Intoxication par les hydrocarbures

Par Gerald F. O’Malley, DO, Thomas Jefferson University and Hospital ; Rika O’Malley, MD

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'intoxication par les hydrocarbures peut être provoquée par ingestion ou inhalation. L'ingestion, plus fréquente chez l'enfant de < 5 ans, peut entraîner une pneumopathie d'inhalation. L'inhalation, très fréquente chez l'adolescent, peut entraîner une fibrillation ventriculaire, habituellement sans signe prémoniteur. Le diagnostic de la pneumopathie repose sur la clinique, la rx thorax et l'oxymétrie. Le lavage gastrique est contre-indiqué du fait du risque d'inhalation. Le traitement est un traitement de support.

L'ingestion d'hydrocarbures, tels que des distillats de pétrole (p. ex., essence, kérosène, huile minérale, pétrole lampant, white-spirit utilisé pour diluer les peintures), entraîne des effets systémiques minimes, mais peut entraîner une pneumopathie d'inhalation sévère. Le potentiel toxique dépend principalement de la viscosité, mesurée en secondes universelles Saybolt (SSU). Les hydrocarbures liquides de faible viscosité (SSU < 60), tels que l'essence et l'huile minérale, peuvent rapidement se propager sur de grandes surfaces et sont plus à risque de provoquer une pneumopathie d'inhalation que les hydrocarbures ayant une SSU > 60, tels que le goudron. S'ils sont ingérés en grandes quantités, les hydrocarbures sont absorbés par voie systémique et entraînent une toxicité du SNC ou hépatique, qui est plus probable avec les hydrocarbures halogénés (p. ex., tétrachlorure de carbone, trichloréthylène).

L'inhalation volontaire d'hydrocarbures halogénés (p. ex., colles, peintures, solvants, sprays de nettoyage, essence, fluorocarbones utilisés comme réfrigérant ou gaz propulseur dans les aérosols, Solvants volatils), appelée sniffage, est fréquente chez les adolescents. Elle peut entraîner une euphorie et une altération de l'état mental et peut sensibiliser le cœur aux catécholamines endogènes. Il peut en résulter des troubles du rythme ventriculaires mortels; ils se produisent habituellement sans palpitations préalables et sans autre symptôme annonciateur, souvent lorsque le patient est surpris ou poursuivi.

L'ingestion chronique de toluène peut être toxique pour le SNC à long terme, caractérisée par une destruction périventriculaire, occipitale et thalamique.

Symptomatologie de l'intoxication lar les hydrocarbures

Après l'ingestion, même d'une infime quantité d'un hydrocarbure liquide, le patient tousse, s'étouffe et peut vomir. Le jeune enfant peut présenter une cyanose, retenir son souffle et présenter une toux persistante. L'enfant plus âgé et l'adulte peuvent se plaindre de brûlures dans l'estomac.

La pneumopathie d'inhalation est responsable d'une hypoxie et de détresse respiratoire. La symptomatologie de la pneumonie peut apparaître quelques heures avant que les infiltrats ne soient visibles à la rx. Une absorption systémique significative, en particulier d'un hydrocarbure halogéné, peut entraîner des troubles de la conscience, un coma et des convulsions. Une pneumopathie non fatale évolue habituellement favorablement au bout de près de 1 sem; l’ingestion de l’huile minérale ou une lampe se résout habituellement en 5 à 6 semaines.

Les troubles du rythme cardiaque se produisent habituellement avant la prise en charge et sont peu susceptibles de récidiver après la présentation, sauf si le patient est excessivement agité.

Diagnostic de l'intoxication par les hydrocarbures

  • Une rx thorax et une oxymétrie sont pratiquées environ 6 h après l'ingestion

Si le patient est trop obnubilé de fournir un historique, l'exposition hydrocarbures peut être suspectée si son haleine ou ses vêtements ont une odeur caractéristique ou si on trouve un récipient près de lui. Les résidus de peinture sur les mains ou autour de la bouche peuvent évoquer qu'il a récemment sniffé de la peinture.

Le diagnostic de la pneumopathie d'inhalation est posé sur la symptomatologie, ainsi que sur la rx thorax et l'oxymétrie, qui sont effectuées environ 6 h après l'ingestion ou plus tôt en cas de symptômes sévères. En cas de suspicion de défaillance respiratoire, il faut doser les gaz du sang artériel.

L'atteinte du SNC est diagnostiquée par un examen neurologique et une IRM.

Traitement de l'intoxication par les hydrocarbures

  • Soins de support

  • Évitement de la vidange gastrique

Tout vêtement contaminé est enlevé et la peau est lavée. (Attention: le lavage gastrique, qui augmente le risque d'inhalation, est contre-indiqué.) L’administration de charbon n’est pas recommandée. Le patient ne présentant pas de pneumopathie d'inhalation ou d'autres symptômes au bout de 4 à 6 h peut rentrer chez lui. Le patient symptomatique est hospitalisé et traité par des mesures de support; les antibiotiques et les corticostéroïdes ne sont pas indiqués.

Pièges à éviter

  • Éviter la vidange gastrique en cas de suspicion d'ingestion hydrocarbures (parfois suspectée en fonction de l'haleine ou de l'odeur des vêtements).

Ressources dans cet article