Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Traitement de recompression

(Thérapie par O2 hyperbare)

Par Alfred A. Bove, MD, PhD, Professor (Emeritus) of Medicine, Lewis Katz School of Medicine, Temple University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le traitement par recompression consiste en l’administration d’O2 à 100% pendant plusieurs heures dans une pièce étanche pressurisée à > 1 atm et progressivement ramenée à la pression atmosphérique. Chez les plongeurs, ce traitement est utilisé principalement dans la maladie de décompression et l'embolie gazeuse artérielle. Le pronostic est d'autant meilleur que le traitement est débuté rapidement, mais le traitement doit être débuté à tout moment dans les 48 heures après le retour en surface. Malgré le traitement, les blessures graves ont un pronostic défavorable. Un pneumothorax non traité exige la mise en place d'un drain thoracique avant ou au début du traitement par recompression.

Une thérapie de recompression des accidents de plongée comprend les objectifs suivants:

  • Augmentation de la solubilité de la solubilité et du transport de l'O2

  • Augmentation de l'élimination du N2

  • Diminution de la concentration de CO

  • Diminution de la taille des bulles de gaz

  • Réduction de l'ischémie tissulaire

Dans le cas de l'intoxication par le monoxyde de carbone, les mécanismes comprennent la diminution de la demi-vie de la carboxyhémoglobine, la réduction de l'ischémie et peut-être l'amélioration de la fonction mitochondriale.

Le traitement par O2 hyperbare est également utilisé dans plusieurs troubles non liés à la plongée ( Traitement O2 hyperbare*).

Traitement O2 hyperbare*

Preuves en faveur

Troubles

Bonnes

Embolie gazeuse artérielle

Infection clostridienne

Maladie de décompression (dysbarisme)

Ostéoradionécrose

Mauvaise cicatrisation des greffes cutanées

Certaines

Anémie (sévère) avec choc hémorragique

Brûlures

Intoxication par le monoxyde de carbone (grave)

Abcès intracrânien actinomycosique

Fasciite nécrosante

Lésion par irradiation des tissus mous

Ostéomyélite réfractaire

Lésions par écrasement traumatique et syndrome des loges (compartimental)

Cicatrisation des plaies sur les membres ischémiques

Occlusion aiguë de l'artère ou de la veine centrale de la rétine

*L'O2thérapie hyperbare est la base du traitement des troubles liés aux accidents de décompression au cours de la plongée ainsi que pour les embolies gazeuses artérielles. Elle est également en cours d'essai pour d'autres maladies, mais son efficacité est mieux établie pour certaines maladies que pour d'autres. Les contre-indications relatives comprennent les affections pulmonaires chroniques, les troubles sinusiens, les troubles convulsifs et la claustrophobie. La grossesse n'est pas une contre-indication. Aux États-Unis, les caissons hyperbares peuvent être localisés en contactant le Divers Alert Network au 919-684-9111 en cas d'urgence et au 919-684-2948 pour d'autres informations www.diversalertnetwork.org).

Comme la recompression est relativement bien supportée, elle doit être utilisée chaque fois qu’elle est susceptible de favoriser la guérison; la recompression permet de favoriser la guérison même si elle est commencée jusqu'à 48 h après la remontée. Cependant, une évolution favorable est généralement peu fréquente si le traitement est commencé > 48 h après l'apparition des symptômes, à l'exception de l'exposition à l'altitude (p. ex., voler) après la plongée, dans ce cas le traitement pourrait être efficace, même quelques jours après l'exposition à l'altitude.

Les caissons de recompression sont soit multiplaces, pour un ou plusieurs patients sur un brancard et pour un accompagnant, soit monoplaces pour un seul patient. Bien que les chambres monoplaces soient moins coûteuses, on ne peut accéder aux patients au cours de la recompression, et leur utilisation chez le patient en phase critique qui peuvent demander une intervention, peut être risquée.

Les informations concernant l'emplacement du caisson de recompression le plus proche, le moyen le plus rapide pour s'y rendre et la personne la plus appropriée à consulter, doivent être connues de la plupart des plongeurs, du personnel médical, de secours et de la police dans les sites de plongée.

Ces informations sont également disponibles auprès du Divers Alert Network (919-684-9111; www.diversalertnetwork.org) 24 h/day. L'Undersea and Hyperbaric Medical Society (http://membership.uhms.org/) est une autre source précieuse de renseignements généraux sur la recompression.

Protocoles de recompression

La pression et la durée de la recompression sont habituellement définies par un médecin spécialiste en médecine hyperbare dans l'établissement de traitement. Les traitements sont administrés 1 fois/jour ou bid pendant 45 à 300 min jusqu’à amélioration des symptômes; des pauses en air de 5 à 10 min sont ajoutées pour réduire le risque de toxicité de l'O2. La pression du caisson est habituellement maintenue entre 2,5 et 3,0 atmosphères (atm), mais si le patient présente des symptômes neurologiques mettant en jeu le pronostic vital dû à une embolie gazeuse, on débute par une montée à 6 atm afin de comprimer rapidement les bulles gazeuses dans le cerveau.

Bien que la recompression généralement soit effectuée avec de l'O2 à 100% ou de l'air comprimé, des mélanges gazeux spéciaux (p. ex., hélium/O2 ou N2/O2 dans des proportions non atmosphériques) peuvent être préférés si le plongeur utilisait un mélange gazeux inhabituel ou si la profondeur ou la durée de la plongée avait un caractère extraordinaire. Les tables spécifiques de traitement sont contenues dans l'US Navy Diving Manual.

Le patient présentant des séquelles neurologiques doit recevoir des traitements hyperbares répétés et intermittents sur plusieurs jours afin d'obtenir une amélioration optimale.

Complications du traitement de recompression

Le traitement par recompression peut entraîner des problèmes similaires à ceux dus au barotraumatisme dont une myopie réversible et un barotraumatisme auriculaire. L'intoxication par l'O2 peut provoquer une myopie réversible. Il entraîne rarement un barotraumatisme pulmonaire, une toxicité pulmonaire à l'O2, une hypoglycémie ou des convulsions. Sédatifs et opiacés peuvent masquer les symptômes et entraîner une insuffisance respiratoire; ils doivent être évités ou ne doivent être utilisés qu'à la dose efficace minimale.

Contre-indications au traitement de recompression

Les patients qui ont un pneumothorax exigent thoracostomie avant toute thérapie de recompression.

Les contre-indications relatives comprennent

  • Les maladies respiratoires obstructives

  • Les infections des voies respiratoires supérieures ou des sinus

  • Une insuffisance cardiaque sévère

  • Une intervention chirurgicale récente sur l'oreille

  • Fièvre

  • Claustrophobie

  • Troubles convulsifs

  • Des antécédents de chirurgie thoracique

Points clés

  • Prendre des dispositions pour une recompression à mettre en œuvre dès que possible.

  • Ne pas exclure la thérapie de recompression en fonction du laps de temps écoulé depuis le retour en surface; cependant, sauf pour l'exposition à l'altitude après la plongée, le taux de réussite de la thérapie de recompression est faible si débutée > 48 h après l'apparition des symptômes.

  • Si un traitement de recompression est nécessaire, utiliser une chambre multiplace si possible.

  • Les patients qui ont un pneumothorax exigent thoracostomie avant toute thérapie de recompression.

Plus d'information

Ressources dans cet article