Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Morsures de tiques

Par Robert A. Barish, MD, MBA, Professor of Emergency Medicine and Vice Chancellor for Health Affairs, University of Illinois at Chicago ; Thomas Arnold, MD, Professor and Chairman, Department of Emergency Medicine, LSU Health Sciences Center Shreveport

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La plupart des morsures de tiques aux États-Unis sont dues à différentes espèces d'Ixodidae, qui se fixent et se nourrissent pendant plusieurs jours si elles ne sont pas retirées. La transmission d'une maladie est le principal problème et devient plus probable si les tiques demeurent attachées sur une durée plus longue.

Les piqûres de tiques se produisent le plus souvent au printemps et en été, et sont indolores. La plupart des morsures ne provoquent pas de complications et ne transmettent pas la maladie. Cependant, elles entraînent souvent l’apparition d'une papule rouge au niveau de la piqûre et peuvent induire une hypersensibilité ou des réactions granulomateuses à corps étrangers. Les morsures de tiques Ornithodorus coriaceus (pajaroello) entraînent une vésicule locale, des pustules qui se rompent, des ulcérations, des escarres, des œdèmes et des douleurs de degré variable. Des réactions similaires ont été observées à la suite de piqûres par d'autres tiques.

Diagnostic

Le diagnostic repose sur une évaluation clinique et par identification de la tique attachée.

Traitement

  • Ablation de la tique avec des pinces mousses, courbes

  • Parfois, prophylaxie par la doxycycline

Les tiques doivent être retirées le plus tôt possible pour minimiser la réponse immunitaire cutanée et diminuer la probabilité d'une transmission de la maladie. Si le patient se présente avec la tique toujours attachée, la meilleure méthode d'extraction de la tique et de toutes les parties de son appareil buccal fichées dans la peau est d'utiliser une pince de taille moyenne à bords ronds. La pince doit être orientée parallèlement à la peau pour attraper fermement les parties de l'appareil buccal de la tique le plus près possible de la peau. Un soin particulier doit être apporté afin d'éviter de perforer la peau du patient ou le corps de la tique. La pince doit être retirée, lentement et fermement, verticalement hors de la peau et sans rotation. La pince à bords ronds est la meilleure solution, car la convexité des bords peut être appuyée contre la surface cutanée alors que la poignée reste assez loin de la peau pour pouvoir être convulsion facilement. Les pièces buccales de la tique fichées dans la peau et facilement visibles doivent être prudemment retirées. Cependant, si on a un doute sur la présence de pièces buccales, les tentatives pour les retirer chirurgicalement peuvent entraîner plus de traumatisme tissulaire que si on laisse ces pièces en question dans la peau; laisser des pièces buccales dans la peau n’a aucune incidence sur la transmission des maladies et, tout au plus, prolonge l'irritation. Les autres méthodes visant à retirer la tique, comme la brûler avec une allumette (ce qui peut léser les tissus du patient) ou la recouvrir de gel dérivé du pétrole (ce qui est inefficace), ne sont pas recommandées.

Après avoir retiré la tique, il faut appliquer un antiseptique. S'il existe un œdème local et une anomalie de coloration, un antihistaminique peut être utile. Bien que cela soit rarement utile, la tique peut être conservée afin de pouvoir identifier, par une analyse de laboratoire, l'agent causal de la maladie transmise par celle-ci dans la zone géographique dans laquelle le patient a été infecté.

Les lésions de tique pajaroello doivent être nettoyées et trempées dans une solution de Burow au 1:20 et débridées si nécessaire. Les corticostéroïdes sont utiles dans les cas graves. Les infections sont fréquentes au stade ulcératif, mais nécessitent rarement plus que des mesures antiseptiques locales.

Prophylaxie de la maladie de Lyme

L'administration d'une dose unique de doxycycline (200 mg chez l'adulte et 4 mg/kg jusqu'à un maximum de 200 mg chez l'enfant de 8 ans) doit être envisagée si tous les critères suivants sont respectés:

  • La tique est un adulte ou larve (nymphe) d'Ixodes scapularis.

  • La tique est estimée avoir été attachée pendant 36 h, en fonction du degré d’engorgement ou avec certitude si on connaît le temps d'exposition.

  • La prophylaxie peut être commencée dans les 72 h après que la tique aura été retirée.

  • Le taux d'infection locale des tiques par Borrelia burgdorferi est 20%.

  • La doxycycline n'est pas contre-indiquée.

Certains experts recommandent une administration de doxycycline plus prolongée (100 mg po bid pendant 10 à 20 jours) pour garantir l'éradication.

Ressources dans cet article