Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Personnes âgées qui vivent seules

Par Daniel B. Kaplan, PhD, MSW, Institute of Geriatric Psychiatry, Weill Cornell Medical College ; Barbara J. Berkman, DSW, PhD, Boston College Graduate School of Social Work;Columbia University School of Social Work;Hartford Geriatric Social Work Faculty Scholars Program

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Aux USA, environ un tiers de près des 30 millions de personnes âgées vivant à domicile vivent seules. Environ la moitié des personnes âgées les plus âgées (85 ans) qui vivent à domicile, vivent seules. Environ quatre cinquièmes des personnes âgées vivant seules sont des femmes. Les hommes sont plus susceptibles de mourir avant leurs femmes et les hommes veufs ou divorcés sont plus enclins à se remarier que les femmes veuves ou divorcées.

Les personnes âgées qui vivent seules ont plus de risques d'être pauvres, en particulier avec l'âge. Beaucoup rapportent des sentiments de solitude (chez 60% des personnes > 75 ans) et un isolement social. Chez celles qui présentent des problèmes de santé ou des déficits sensoriels, de nouveaux symptômes ou une aggravation peuvent passer inaperçus. Beaucoup ont du mal à observer un schéma thérapeutique prescrit. Puisqu'elles ont des limitations physiques et parce que manger est une activité sociale, certaines personnes âgées qui vivent seules ne préparent pas de repas complets et équilibrés, faisant de la dénutrition une préoccupation.

Malgré ces problèmes, presque 90% des personnes âgées qui vivent seules expriment un vif désir de maintenir leur indépendance. Plusieurs craignent d'être trop dépendantes des autres et, en dépit de la solitude, veulent continuer à vivre seules. Pour maintenir leur indépendance, les médecins doivent les encourager à pratiquer une activité physique régulière et des interactions sociales, et des assistants sociaux doivent les aider à le faire.

La coordination et la prestation de services pendant la convalescence sont difficiles chez les patients vivants seuls. Les médecins doivent s'assurer que les soins à domicile sont disponibles et recommander des services additionnels, le cas échéant. Un dispositif d'urgence passif ou activé par le patient peut le rassurer sur le fait qu'une aide peut être obtenue si nécessaire.