Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infection intra–amniotique

(Chorioamniotite)

Par Antonette T. Dulay, MD, The Ohio State University College of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'infection intra-amniotique (précédemment nommée chorioamniotite) est une infection du chorion, de l'amnios, du liquide amniotique, du placenta, ou de plusieurs de ces organes. L'infection augmente le risque de complications obstétricales et des problèmes chez le fœtus et le nouveau-né. Les symptômes comprennent une fièvre, une sensibilité utérine, un écoulement vaginal nauséabond et une tachycardie maternelle et fœtale. Le diagnostic repose sur des critères cliniques spécifiques ou, pour une infection infraclinique, analyse du liquide amniotique. Le traitement repose sur les antibiotiques à large spectre et l'accouchement.

L'infection intra-amniotique peut résulter d'une infection ascendante de l'appareil génital.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque sont les suivants:

  • Travail avant terme

  • Nulliparité

  • Présence de méconium dans le liquide amniotique

  • Monitorage fœtal ou utérin interne

  • Présence de pathogènes du tractus génital (p. ex., ceux causes de maladies sexuellement transmissibles ou de vaginite bactérienne, les streptocoques du groupe B)

  • Multiples touchers vaginaux pendant le travail chez la femme qui présente une rupture des membranes

  • Travail long

  • Rupture prématurée des membranes

Complications

L'infection amniotique peut provoquer ainsi que résulter d'une rupture prématurée des membranes ou d'un accouchement prématuré. L’infection intervient pour 50% des causes avant 30 semaines gestation. Elle survient chez 33% des femmes qui présentent un travail prématuré à membranes intactes, 40% de celles ayant une rupture prématurée des membranes et qui présentent des contractions à l’admission et 75% de celles qui vont entrer en travail après l’admission pour rupture prématurée des membranes.

Les complications fœtales comprennent un risque accru des éléments suivants:

  • Accouchement prématuré

  • Score d'Apgar < 3

  • Infection néonatale (p. ex., sepsis, pneumonie, méningite)

  • Convulsions

  • Paralysie cérébrale

  • Mort

Les complications maternelles comprennent un risque élevé dans les cas suivants:

  • Bactériémie

  • Indication d'une césarienne

  • Atonie utérine

  • Hémorragies du post-partum

  • Abcès pelvien

  • Thrombo-embolies

  • Complications de la plaie opératoire

Le choc septique, la coagulopathie et le syndrome de détresse respiratoire sont également possibles mais sont rares si l'infection est traitée.

Symptomatologie

L'infection intra-amniotique provoque généralement une fièvre. Les symptômes comprennent une tachycardie maternelle et fœtale, une sensibilité utérine, un liquide amniotique nauséabond et/ou un écoulement vaginal. Cependant, l'infection peut ne pas provoquer ces symptômes typiques (c.-à-d., infection infraclinique).

Diagnostic

  • Critères cliniques

  • Amniocentèse pour une infection infraclinique suspectée

Le diagnostic nécessite habituellement une température maternelle > 38° C et ≥ 2 des signes suivants:

  • Numération maternelle des globules blancs > 15 000 cellules/μL

  • Tachycardie maternelle (fréquence cardiaque > 100 bpm)

  • Tachycardie fœtale (fréquence cardiaque > 160 bpm)

  • Sensibilité utérine

  • Liquide amniotique ou écoulement vaginal nauséabonds

La présence d’un seul symptôme ou un signe, dans la mesure où il peut évoquer d'autres causes, est moins fiable. Par exemple, un utérus sensible ou douloureux peut être le signe d'un hématome rétroplacentaire. La tachycardie maternelle peut être en lien avec la douleur, l'anesthésie épidurale ou certains médicaments (p. ex., éphédrine); la tachycardie fœtale peut être en lien avec l’utilisation maternelle de médicaments ou une hypoxémie fœtale. La fréquence cardiaque maternelle et fœtale augmente également en cas de fièvre. Cependant, en l'absence d'infection amniotique, la fréquence cardiaque revient à sa valeur basale lors de l'apyrexie. Si une tachycardie fœtale ou maternelle est disproportionnée ou survient en dehors d’un tel contexte ou si elle persiste en dépit du retour à l'apyrexie, une infection amniotique doit être suspectée.

Infection infraclinique

Un travail prématuré réfractaire (persistant malgré la tocolyse) peut suggérer une infection infraclinique. En cas de rupture prématurée des membranes avant terme, les médecins doivent également évoquer une infection infraclinique afin qu'ils puissent déterminer si le déclenchement du travail est indiqué.

L'amniocentèse avec culture du liquide amniotique est l'examen le plus adapté pour diagnostiquer une infection infraclinique. Les caractéristiques suivantes du liquide amniotique évoquent une infection:

  • Présence de bactéries ou des GB à l'aide coloration de Gram

  • Culture positive

  • Glycamnie < 15 mg/dL

  • Numération des globules blancs > 30 cellules/μL

  • Estérase leucocytaire à l'état de trace ou à un taux plus élevé

D'autres tests diagnostiques de l'infection infraclinique sont à l'étude.

Traitement

  • Antibiotiques à large spectre et accouchement

Le traitement repose sur l'administration d'antibiotiques à large spectre IV et l'accouchement. Un protocole antibiotique intrapartum typique comprend l’ampicilline 2 g IV q 6 h plus la gentamicine 1,5 mg/kg IV q 8 h. La durée d'administration des antibiotiques est fonction des circonstances (p. ex., hauteur de la fièvre, moment du dernier pic fébrile par rapport à l'accouchement). Les antibiotiques réduisent la morbidité liée à l'infection pour la mère et le nouveau-né.

Prévention

Le risque d'infection intra-amniotique est diminué si on évite ou minimise les examens pelviens digitaux chez les femmes qui ont une rupture prématurée des membranes ( Rupture prématurée des membranes). Des antibiotiques à large spectre sont également prescrits aux femmes qui font une rupture prématurée des membranes pour prolonger la latence jusqu'à l'accouchement et diminuer les risques de morbidité et de mortalité infantile.

Points clés

  • L'infection intra-amniotique peut être infraclinique et relativement asymptomatique.

  • Envisager le diagnostic en cas de tachycardie fœtale ou maternelle ou de travail prématuré réfractaire, ainsi que lorsque les femmes ont des symptômes d'infection plus classiques (p. ex., fièvre, écoulement, douleur, sensibilité).

  • Envisager d'analyser et de cultiver le liquide amniotique si les femmes ont un travail prématuré réfractaire ou de rupture prématurée des membranes.

  • Traiter l'infection intra-amniotique par des antibiotiques à large spectre et par accouchement.