Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Trouble orgasmique féminin

Par Rosemary Basson, MD, Clinical Professor, Department of Psychiatry;Director, University of British Columbia and Vancouver Hospital;UBC Sexual Medicine Program

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Un trouble orgasmique est un orgasme absent, très diminué en intensité ou nettement retardé en réponse à une stimulation, malgré une excitation subjective élevée.

La femme qui présente des troubles orgasmiques a souvent du mal à perdre le contrôle dans des circonstances non sexuelles.

Des facteurs contextuels (p. ex., préliminaires constamment insuffisants, éjaculation précoce, mauvaise communication au sujet des préférences sexuelles), facteurs psychologiques (p. ex., anxiété, stress, manque de confiance dans un partenaire, peur de ne rien contrôler), et des médicaments peuvent contribuer aux troubles orgasmiques ( Revue générale de la fonction et des dysfonctionnements sexuels féminins : Étiologie). Un manque de connaissances sur la fonction sexuelle peut également avoir une importance.

Les lésions des nerfs génitaux sensitifs ou végétatifs (p. ex., dues au diabète ou à la sclérose en plaques), la dystrophie valvulaire (p. ex., lichen scléreux) ou, beaucoup plus fréquemment, l'utilisation d'inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, peuvent induire des troubles orgasmiques.

Traitement

  • Auto-stimulation

  • Thérapies psychologiques

Des données sont en faveur de l'auto-stimulation. Un vibromasseur placé sur le mont-de-vénus près du clitoris permet d’obtenir de meilleurs résultats, ainsi qu’un accroissement du nombre et de l’intensité des stimuli (mentaux, visuels, tactiles, auditifs, écrits), simultanément si nécessaire. L'éducation sur la fonction sexuelle (p. ex., nécessité de stimuler d'autres parties du corps avant le clitoris) peut être utile.

Les thérapies psychologiques, dont la thérapie cognitivo-comportementale et la psychothérapie peuvent aider les femmes à identifier et à gérer leur peur de perdre le contrôle, leur vulnérabilité, ou les questions de confiance avec un partenaire. Recommander la pratique de la Mindfulness et de la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (Mindfulness, Traitement) peut aider les femmes à prêter attention aux sensations sexuelles (en restant dans le moment) et à ne pas juger ou surveiller ces sensations.

Chez la femme qui prend des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, les symptômes peuvent diminuer lorsque le bupropion est ajouté. Une étude est en faveur de l'utilisation du sildénafil.