Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Asthme et grossesse

Par Lara A. Friel, MD, PhD, University of Texas Health--Medical School at Houston

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L’effet de la grossesse sur l’asthme est variable; l’aggravation de l’asthme est plus fréquente que son amélioration, mais la plupart des femmes enceintes n’ont pas de crises sévères.

L'effet de l'asthme sur la grossesse varie également, mais l'asthme sévère, mal contrôlé augmente le risque de prématurité, de pré-éclampsie, de retard de croissance, et de morbidité et de mortalité maternelles et nécessite plus souvent une césarienne.

Traitement

  • Bronchodilatateurs et corticostéroïdes inhalés

  • En cas d'exacerbation aiguë, addition de méthylprednisolone IV, suivie de prednisone orale

La grossesse ne modifie habituellement pas le traitement de l'asthme ( Asthme : Traitement; v. aussi the National Heart, Lung, and Blood Institute practice guideline Managing asthma during pregnancy.) On enseigne aux femmes les stratégies permettant d'améliorer la prise en charge de l'asthme, dont comment minimiser l'exposition aux déclencheurs et comment mesurer de manière régulière les fonctions pulmonaires (habituellement avec un peak flow meter).

Les bronchodilatateurs et les corticostéroïdes par inhalation sont le traitement d'entretien de première intention. Le budésonide (catégorie B de grossesse), est le corticostéroïde inhalé préféré. La théophylline n'est plus systématiquement recommandée pendant la grossesse.

En cas d'exacerbation aiguë, en plus des bronchodilatateurs, de la méthylprednisolone 60 mg IV q 6 h pendant 24 à 48 h peut être utilisée, suivie de prednisone par voie orale à dose dégressive.