Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infection urinaire pendant la grossesse

Par Lara A. Friel, MD, PhD, Associate Professor, Maternal-Fetal Medicine Division, Department of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Sciences, University of Texas Health Medical School at Houston, McGovern Medical School

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'infection urinaire est fréquente pendant la grossesse, apparemment du fait de la stase urinaire qui résulte de la dilatation urétérale d'origine hormonale, de l'hypopéristaltisme urétéral d'origine hormonale et de la pression de l'utérus en expansion contre les uretères. Des bactériuries asymptomatiques sont observées dans près de 15% des grossesses et évoluent parfois vers une cystite ou une pyélonéphrite symptomatiques. Les infections urinaires franches ne sont pas toujours précédées de bactériurie asymptomatique. Les bactériuries asymptomatiques, les infections urinaires et les pyélonéphrites augmentent le risque de travail avant terme et de rupture prématurée des membranes.

Diagnostic

  • ECBU

Un ECBU est systématiquement effectué lors du bilan initial pour rechercher une bactériurie asymptomatique. Le diagnostic d'infection urinaire symptomatique n'est pas changé par une grossesse.

Traitement

  • Médicaments antibactériens tels que céphalexine, nitrofurantoïne ou triméthoprime/sulfaméthoxazole

  • Cultures attestant la guérison et parfois traitement antibiotique

Le traitement des infections urinaires symptomatiques n'est pas modifié par la grossesse, sauf en ce qui concerne les médicaments qui peuvent être nocifs pour le fœtus, et qui doivent être exclus ( Certains médicaments ayant des effets indésirables pendant la grossesse). La bactériurie asymptomatique pouvant induire une pyélonéphrite, elle doit être traitée par antibiotiques comme une infection urinaire aiguë.

Le choix des antibactériens est basé sur le type de germe et son éventuelle résistance, mais les bons choix empiriques du traitement initial comprennent les suivants:

  • Céphalexine

  • Nitrofurantoïne

  • Triméthoprime/sulfaméthoxazole

Après le traitement, des urocultures sont requises pour s'assurer de la guérison.

Les femmes qui ont ou ont eu une pyélonéphrite ou ont eu plus d'une infection urinaire peuvent nécessiter un traitement antibiotique, habituellement par triméthoprime/sulfaméthoxazole (avant 34 semaines) ou nitrofurantoïne, pour le reste de la grossesse.

Chez la femme qui a une bactériurie avec ou sans infection urinaire ou pyélonéphrite, l'urine doit être mise en culture tous les mois.

Points clés

  • Les bactériuries asymptomatiques, les infections urinaires et les pyélonéphrites augmentent le risque de travail avant terme et de rupture prématurée des membranes.

  • Traiter initialement par la céphalexine, la nitrofurantoïne ou le triméthoprime/sulfaméthoxazole.

  • Après le traitement, effectuer des cultures après le traitement pour s'assurer de la réussite de ce dernier.

  • Pour les femmes qui ont ou ont eu une pyélonéphrite ou plus d'une infection urinaire, envisager un traitement suppressif, généralement par triméthoprime/sulfaméthoxazole (avant 34 semaines) ou nitrofurantoïne.