Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infertilités inexpliquées

Par Robert W. Rebar, MD, Western Michigan University Homer Stryker M.D. School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Une infertilité est considérée comme inexpliquée lorsque le sperme chez l'homme, l'ovulation et les trompes de Fallope chez la femme sont normaux.

Lorsque l'infertilité reste inexpliquée après le bilan initial, des traitements empiriques sont institués.

L'hyperstimulation ovarienne contrôlée peut être utilisée pour rendre la grossesse plus probable et l'obtenir plus rapidement. Cette procédure stimule le développement de plusieurs follicules; l’objectif est d’induire l’ovulation de > 1 ovocyte (superovulation). Cependant, l'hyperstimulation ovarienne contrôlée peut induire une grossesse multiple, qui comporte des risques plus élevés de morbidité. L'hyperstimulation ovarienne contrôlée consiste à:

  • Administrer du clomiphène, avec de la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) pour déclencher l'ovulation, pendant une période allant jusqu'à 3 cycles menstruels

  • L'insémination intra-utérine au cours des 2 j d'administration de l'hCG

  • Si aucune grossesse n'a lieu, d'autres techniques de reproduction assistée

Comme alternative, avant de tenter la reproduction assistée, certains médecins utilisent les gonadotrophines (les préparations qui contiennent de l'hormone folliculo-stimulante purifiée ou recombinante et des quantités variables d'hormone lutéinisante), suivies par de l'hCG comme pour un dysfonctionnement ovulatoire, puis insémination intra-utérine au cours des 2 j d'administration de l'hCG. Un progestatif peut être nécessaire pendant la phase lutéale pour maximiser les chances d'implantation. La posologie des gonadotrophines peut varier en fonction de l'âge de la patiente et de sa réserve ovarienne.

Le taux de grossesse est le même (environ 65%) si la fécondation in vitro est utilisée immédiatement après l’échec du traitement par clomiphène plus de l’hCG ou si les gonadotrophines avec insémination intra-utérine sont utilisées ensuite avant d’essayer la fécondation in vitro. Cependant, lorsque la fécondation in vitro est pratiquée immédiatement après un traitement inefficace par le clomiphène plus hCG, les femmes deviennent enceintes plus rapidement et les grossesses multifœtales de haut grade (≥ 3 fœtus) sont beaucoup moins susceptibles de survenir que lorsque les gonadotrophines sont utilisées en premier.