Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Contraception d'urgence

Par Laura Sech, , University of Southern California Keck School of Medicine ; Penina Segall-Gutierrez, MD, MSc, Keck School of Medicine, University of Southern California ; Emily Silverstein, , University of Southern California Keck School of Medicine ; Daniel R. Mishell, Jr., MD, Keck School of Medicine, University of Southern California;Women's and Children's Hospital, Los Angeles County and University of Southern California Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les contraceptions d'urgence couramment utilisées comprennent

  • Insertion d'un dispositif intra-utérin cuprifère T380 dans les 5 j de rapports sexuels non protégés

  • Lévonorgestrel 0,75 mg po en 2 doses à 12 h d'intervalle dans un délai de 120 h après le rapport sexuel non protégé

  • Lévonorgestrel 1,5 mg po 1 fois dans les 120 h qui suivent un rapport sexuel non protégé

  • Ulipristal acétate 30 mg po, 1 fois dans les 120 h de rapports sexuels non protégés

Chez la femme qui a des cycles menstruels réguliers, le risque de grossesse après un seul acte sexuel est d'environ 5%. Ce risque est de 20 à 30% si le rapport se produit au milieu du cycle.

Quand un dispositif intra-utérin au cuivre est utilisé en contraception d'urgence, il doit être inséré dans les 5 j du rapport sexuel non protégé ou dans les 7 j de la suspicion de l'ovulation. Le taux de grossesse avec cette méthode contraception d'urgence est de 0,1%. En outre, le dispositif intra-utérin peut être laissé en place et utilisé en tant que contraception à long terme. En contraception d'urgence, le dispositif intra-utérin au cuivre peut perturber l'implantation du blastocyste; cependant, il ne semble pas perturber une grossesse déjà établie.

La contraception d'urgence par le lévonorgestrel empêche la grossesse en inhibant ou en retardant l'ovulation. La probabilité de grossesse est réduite de 85% avec la contraception d'urgence par le lévonorgestrel, avec un taux de grossesse de 2 à 3%. Cependant, la diminution globale du risque dépend des facteurs suivants:

  • Le risque de grossesse sans contraception d'urgence

  • La durée pendant laquelle la contraception d'urgence est administrée au cours du cycle menstruel

  • L'IMC de la femme (la contraception d'urgence par lévonorgestrel est moins efficace que l'acétate d'ulipristal chez la femme obèse dont l'indice de masse corporelle [IMC] est > 30)

L'acétate d'ulipristal (un modulateur des récepteurs de progestérone) a un taux de grossesse d'environ 1,5%, il est donc plus efficace que le lévonorgestrel. L'ulipristal acétate, comme le lévonorgestrel, prévient la grossesse principalement en retardant ou en inhibant l'ovulation. Bien que l'ulipristal acétate soit plus efficace que le lévonorgestrel chez la femme en cas d'IMC > 30, son efficacité diminue également avec l'augmentation de l'IMC. Ainsi, chez les femmes obèses qui désirent fortement éviter une grossesse non désirée, le dispositif intra-utérin au cuivre est la méthode préférée de contraception d'urgence.

Il n'y a pas de contre-indications absolues à la contraception d'urgence par lévonorgestrel ou ulipristal acétate. La contraception d'urgence par lévonorgestrel est disponible sans ordonnance. L'acétate d'ulipristal est uniquement disponible sur prescription. La contraception d'urgence par lévonorgestrel et ulipristal doit être prise dès que possible et dans les 120 h qui suivent le rapports sexuel non protégé.

Un autre protocole (méthode de Yuzpe), consiste à prendre 2 comprimés, chacun contenant 50 mcg d'éthinyl œstradiol et du lévonorgestrel 0,25 mg, suivi de 2 comprimés supplémentaires pris 12 h plus tard dans les 12 h qui suivent un rapport sexuel non protégé. Une haute dose d'œstrogènes entraîne souvent des nausées et peut causer des vomissements. Cette méthode est également moins efficace que d'autres méthodes; ainsi, elle n'est plus recommandée, sauf lorsque les femmes n'ont pas accès à d'autres méthodes.

La contraception d'urgence ne peut être administrée quand un autre contraceptif hormonal est débuté dans le cadre d'un protocole de démarrage rapide. Un test de grossesse urinaire 2 semaines après une contraception d'urgence est recommandé.

Points clés

  • Habituellement, les hormones (p. ex., l'ulipristal acétate, le lévonorgestrel) sont utilisées pour la contraception d'urgence; elles sont prises dès que possible dans les 120 h de rapports sexuels non protégés.

  • Un dispositif intra-utérin au cuivre, inséré dans les 5 j de rapports sexuels non protégés, est également efficace et peut être laissé en place pour la contraception à long terme.

  • Les taux de grossesse sont de 1,5% avec l'ulipristal acétate, de 2 à 3% dans le cas du lévonorgestrel et de 0,1% avec un dispositif intra-utérin au cuivre.

  • La probabilité de grossesse après une contraception d'urgence hormonale dépend du risque de grossesse sans contraception d'urgence, du moment du cycle menstruel lors duquel la contraception d'urgence est prise, et de l'IMC de la femme.