Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale de la contraception

Par Laura Sech, , University of Southern California Keck School of Medicine ; Penina Segall-Gutierrez, MD, MSc, Keck School of Medicine, University of Southern California ; Emily Silverstein, , University of Southern California Keck School of Medicine ; Daniel R. Mishell, Jr., MD, Keck School of Medicine, University of Southern California;Women's and Children's Hospital, Los Angeles County and University of Southern California Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Chez les utilisatrices de contraceptifs aux États-Unis, les méthodes les plus couramment utilisées sont les contraceptifs oraux (8%), la stérilisation féminine (27,1%), les préservatifs masculins (16,1%), la stérilisation masculine (9,9%), les dispositifs intra-utérins (DIU, 5,5%), le retrait (coitus interruptus, 5,2%), les injections de progestatifs (3,2%), les anneaux vaginaux contraceptifs (2,4%), les implants progestatifs sous-cutanés (< 1%), les timbres transdermiques contraceptifs (< 1%), les méthodes de reconnaissance de la fécondité (l'abstinence périodique, < 1%), et les méthodes de barrières féminines (< 1%, Comparaison des méthodes de contraception habituelles).

Dans la première année d'utilisation, les taux de grossesse en utilisation typique sont

  • < 1% avec des méthodes non liées au coït et ne nécessitant pas l'intervention de l'utilisateur (dispositifs intra-utérins, implants sous-cutanés de progestatifs, stérilisation)

  • Environ 6 à 9% avec les méthodes hormonales de contraception sans rapport avec le coït et nécessitant une implication des utilisateurs (contraceptifs oraux, injection de progestatifs, timbre transdermique, anneau vaginal)

  • > 10% avec les méthodes liées au coït (p. ex., les préservatifs, diaphragmes, méthodes de connaissance de la fécondité, les spermicides, retrait)

Les taux de grossesse ont tendance à être plus élevés au cours de la première année d'utilisation et à diminuer au cours des années suivantes à mesure que les utilisateurs se familiarisent avec la méthode contraceptive qu'ils ont choisi. En outre, à mesure que les femmes vieillissent, la fertilité diminue. Pour les couples fertiles qui essaient d'avoir un enfant, le taux de grossesse est d'environ 85% au bout d'1 an, si aucune méthode contraceptive n'est utilisée.

Malgré un taux de grossesse plus élevé associé à l'utilisation du préservatif, les experts recommandent que les préservatifs soient toujours portés pendant les rapports sexuels, car ils protègent contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). Surtout, ils protègent contre le VIH. Pour une contraception qui soit la plus efficace possible, d'autres méthodes de contraception doivent être utilisées en plus des préservatifs.

En cas d'échec de la contraception, la contraception d'urgence peut permettre de prévenir une grossesse non désirée. La contraception d'urgence ne doit pas être utilisée comme méthode régulière de contraception.

Comparaison des méthodes de contraception habituelles

Type

Taux de grossesse au cours de la première année d'utilisation

Taux de grossesse en cas d'utilisation continue

Indications

Inconvénients sélectionnés

En cas d'utilisation parfaite

En utilisation habituelle

Hormonaux

Contraceptifs oraux*

0,3%

9%

67%

Pilule prise tous les jours

Pilules progestatives: prises à la même heure de la journée

Rétention d'eau, saignement irrégulier, douleur des seins, nausées et vomissements, céphalées, r interactions médicamenteuses multiples

Contraceptifs oraux combinés: risque accru de thromboembolie veineuse

Contraceptifs oraux progestatifs seuls: similaires à ceux des implants contraceptifs

Injections de progestatif

0,2%

6%

56%

Injection q 3 mois

Aménorrhée, saignements irréguliers, prise de poids

Implants progestatifs sous-dermiques

0,05%

0,05%

84%

Implant q 3 ans

Aménorrhée, saignements irréguliers

Patch transdermique

0,3%

9%

67%

Application et ablation hebdomadaires

Semblable aux contraceptifs oraux

Irritation locale

Anneau vaginal

0,3%

9%

67%

Application (insertion vaginale) et ablation mensuelles

Semblable aux contraceptifs oraux

Barrière

Cape cervicale avec spermicide

18% (plus chez la femme nullipare)

N/A

Doit être utilisé lors de chaque acte sexuel

3 tailles (taille choisie sur la base de l'anamnèse gravidiques de la femme)

Doivent être laissés dans le vagin pendant ≥ 6 h après les rapports sexuels

Éventuellement irritation ou ulcération vaginale si laissés en place pendant > 48 h

Préservatif, homme

2%

18%

43%

Doit être utilisé lors de chaque acte sexuel

Nécessite la coopération du partenaire

Réactions allergiques

Préservatif, féminin

5%

21%

41%

Doit être utilisé lors de chaque acte sexuel

Réactions allergiques

Éponge contraceptive

(contenant un spermicide à libération prolongée)

9% chez la femme nullipare

20% chez la femme nullipare

12% (chez la femme nullipare)

24% chez la femme nullipare

36%

Doit être utilisé lors de chaque acte sexuel

Peut être inséré 24 h avant le rapport sexuel

Doit être laissés en place pendant ≥ 6 h après les rapports sexuels

Réactions allergiques, sécheresse ou irritation vaginales

Diaphragme avec spermicide

6%

12%

57%

Doit être utilisé lors de chaque acte sexuel

Doit être inséré ≤ 6 h avant le rapport sexuel

Peut être laissé en place 6-24 h après les rapports sexuels

Parfois irritation vaginale

Augmentation de l'incidence des infections urinaires

Autres

Dispositifs intra-utérins (DIU)

Dispositif intra-utérin au lévonorgestrel: 0,3–0,5% (LNg14 [dispositif intra-utérin de 3 ans]) ou 0,2% (LNg20 [dispositif intra-utérin de 5 ans])

Dispositifs intra-utérins cuprifères T380A: 0.6%

Dispositifs intra-utérins libérant du lévonorgestrel: mêmes que l'utilisation parfaite

Dispositifs intra-utérins cuprifères T380A: 8%

78–80%

Dispositif intra-utérin au lévonorgestrel: insertion q 3 ans ou 5 ans (selon le type)

Dispositifs intra-utérins cuprifères T380A: insertion q 10 ans

Expulsion spontanée, perforation de l'utérus (rare)

Dispositifs intra-utérins au lévonorgestrel: saignements irréguliers, aménorrhée

Dispositifs intra-utérins cuprifères T380A: augmentation des pertes de sang menstruelles, douleurs pelviennes

Méthodes basées sur la reconnaissance de la fécondité (abstinence périodique)

0,45% ou plus, suivant la méthode

24%

47%

Un entraînement, des efforts et de multiples étapes nécessaires pour des méthodes plus efficaces

Pas d'effet indésirable systémique ou local significatifs

Méthode du retrait

4%

22%

46%

Doit être utilisé lors de chaque acte sexuel

Nécessite la coopération du partenaire

Stérilisation, femmes

0,5%

Identique à une utilisation parfaite

100%

Nécessite une procédure (généralement effectuée au bloc opératoire, mais parfois en cabinet)

Considérée permanente

Méthode contraceptive de sauvegarde nécessaire en attendant la confirmation de la stérilité après les procédures en cabinet (3 mois)

Stérilisation, hommes

0,15%

Identique à une utilisation parfaite

100%

Nécessite une procédure (effectuée en consultation) et un anesthésique local

Considérée permanente

Méthode contraceptive d'appoint nécessaire en attendant la confirmation de la stérilité (3 mois)

*Les contraceptifs oraux ont des intérêts sanitaires autres que la contraception.

Les préservatifs protègent les deux partenaires des infections sexuellement transmissibles.

N/A = non applicable.

Ressources dans cet article