Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Cervicite

Par David E. Soper, MD, J. Marion Sims Professor, Department of Obstetrics and Gynecology, Medical University of South Carolina

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La cervicite est une inflammation infectieuse ou non du col. Les signes peuvent comprendre des pertes vaginales, des saignements vaginaux, et un érythème et une friabilité cervicaux. Les femmes sont testées à la recherche de causes infectieuses de vaginite et d'une maladie inflammatoire pelvienne et sont généralement traitées de façon empirique contre une infection à chlamydia et une gonorrhée.

La cervicite aiguë est habituellement causée par une infection; la cervicite chronique n'est habituellement pas causée par une infection. La cervicite peut remonter et provoquer une endométrite et une maladie pelvienne inflammatoire.

La cause infectieuse la plus fréquente de cervicite est Chlamydia trachomatis, suivi de Neisseria gonorrhea. D'autres causes sont le virus de l'herpès simplex (HSV), Trichomonas vaginalis, et Mycoplasma genitalium. Souvent, aucun pathogène ne peut être identifié. Le col peut également être enflammé dans le cadre d'une vaginite (p. ex., vaginose bactérienne, trichomonase).

Les causes non infectieuses de cervicite comprennent des procédures gynécologiques, des corps étrangers (p. ex., pessaires, dispositifs contraceptifs de barrière), des produits chimiques (p. ex., irrigations vaginales, crèmes contraceptives), et des allergènes (p. ex., latex).

Symptomatologie

La cervicite peut ne pas causer de symptômes. Les symptômes les plus fréquents sont des pertes et des saignements vaginaux entre les menstruations ou après le coït. Certaines femmes présentent une dyspareunie, une irritation vulvaire et/ou vaginale, et/ou une dysurie.

Les signes d'examen peuvent comprendre un écoulement purulent ou mucopurulent, une friabilité du col utérin (p. ex., des saignements après avoir touché le col avec un écouvillon), un érythème et un œdème cervical.

Diagnostic

  • Signes cliniques

  • Examen de test pour la vaginite et les maladies sexuellement transmissibles

La cervicite est diagnostiquée en présence d'un exsudat cervical (purulent ou mucopurulent) ou en cas de friabilité du col utérin.

Les signes qui suggèrent une cause spécifique ou d'autres troubles sont les suivants:

  • Fièvre: maladie pelvienne inflammatoire ou infection à HSV

  • Douleur lors des mouvements cervicaux: maladie pelvienne inflammatoire

  • Vésicules, douleurs et/ou ulcérations vulvaires ou vaginales: infection par le HSV

  • Hémorragies punctiformes (taches de fraise): trichomonase

Les femmes doivent être évaluées cliniquement à la recherche d'une maladie pelvienne inflammatoire ( Maladie pelvienne inflammatoire : Diagnostic) et une infection à chlamydia ( Infections muqueuses à Chlamydia, mycoplasme et uréoplasme : Diagnostic) et une gonorrhée doivent être recherchées (p. ex., par PCR ou culture, Blennorragie : Diagnostic), d'une vaginose bactérienne ( Vaginite bactérienne : Diagnostic), et d'une trichomonase ( Trichomonase : Diagnostic).

Traitement

  • Habituellement, traitement empirique d'une infection à chlamydia et d'une gonorrhée

Lors de la première consultation, la plupart des femmes qui présentent une cervicite aiguë doivent être traitées empiriquement contre une infection à Chlamydia, en particulier si elles ont des facteurs de risque de maladies sexuellement transmissibles (p. ex., un âge < 25 ans, de nouveaux ou de multiples partenaires sexuels, des rapports sexuels non protégés) ou si le suivi ne peut en être assuré. Les femmes doivent également être traitées de manière empirique contre la gonorrhée si elles ont des facteurs de risque de maladies sexuellement transmissibles, si la prévalence locale est élevée (p. ex., > 5%), ou si le suivi ne peut être assuré.

Le traitement est constitué des éléments suivants:

  • Pour les infections à chlamydias: azithromycine 1 g po 1 fois ou avec de la doxycycline 100 mg po bid pendant 7 jours

  • Gonorrhée: ceftriaxone 250 mg IM 1 fois plus azithromycine 1 g po 1 fois (en raison de l'émergence de résistances de N. gonorrhoeae aux céphalosporines)

Une fois la ou les causes identifiées par les résultats des examens microbiologiques, le traitement ultérieur est ajusté en conséquence.

Si la cervicite persiste malgré ce traitement, une réinfection par des chlamydias et N. gonorrhoeae doit être exclue, et un traitement empirique par la moxifloxacine 400 mg po 1 fois/jour pendant 7 à 14 jours (p. ex., pendant 10 jours) doit être débuté pour couvrir une possible infection à M. genitalium.

En cas de maladies sexuellement transmissibles de cause bactérienne, les partenaires sexuels doivent être testés et traités simultanément. La femme doit s'abstenir de rapports sexuels jusqu'à disparition de l'infection chez elle et chez son partenaire.

Toutes les femmes atteintes d'une infection à chlamydia ou de gonorrhée confirmées doivent être testées entre 3 et 6 mois après le traitement, car la réinfection est fréquente.

Points clés

  • La cervicite aiguë est habituellement causée par une maladie sexuellement transmissible et peut présager d'une maladie pelvienne inflammatoire.

  • L'infection peut être asymptomatique.

  • Tester les femmes à la recherche d'une infection à chlamydia, d'une gonorrhée, d'une vaginose bactérienne, et d'une trichomonase.

  • Traiter dans le cas de la plupart des femmes l'infection à chlamydia et la gonorrhée dès la première consultation.

Ressources dans cet article