Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Vaginites inflammatoires

Par David E. Soper, MD, Medical University of South Carolina

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La vaginite inflammatoire est une inflammation vaginale sans signe des causes infectieuses habituelles.

L'étiologie peut être auto-immune. Les cellules épithéliales du vagin se modifient superficiellement et les streptocoques pullulent.

Le principal facteur de risque est

  • Perte des œstrogènes, qui peut résulter de la ménopause ou d'une insuffisance ovarienne (p. ex., due à une ovariectomie, à une irradiation pelvienne ou à une chimiothérapie).

L'atrophie génitale prédispose à la vaginite inflammatoire et augmente le risque de récidive.

Symptomatologie

Un écoulement vaginal purulent, une dyspareunie, une dysurie et une irritation vaginale sont fréquents. Un prurit et un érythème vaginal peuvent survenir. Des sensations de brûlure, des douleurs, ou un léger saignement sont moins fréquents. Le tissu vaginal peut sembler mince et sec. La vaginite peut récidiver.

Diagnostic

  • pH vaginal et prélèvement direct

Comme les symptômes se recoupent avec ceux des autres formes de vaginites, des examens complémentaires sont nécessaires (p. ex., mesure du pH vaginal, microscopie, [test de l'odeur, whiff test]). Le diagnostic est établi si le pH vaginal est > 6, si le test de l'odeur (whiff test) est négatif et si la microscopie montre une majorité de globules blancs et des cellules parabasales.

Traitement

  • Clindamycine crème vaginale

Le traitement repose sur la clindamycine en crème vaginale 5 g chaque soir pendant 1 sem. Après traitement par la clindamycine, l'atrophie génitale de la patiente doit être évaluée. En cas d'atrophie génitale, celle-ci peut être traitée par des œstrogènes locaux (p. ex., crème vaginale à l'œstradiol à 0,01% 2 à 4 g 1 fois/j pendant 1 à 2 semaines suivie de 1 à 2 g 1 fois/j pendant 1 à 2 semaines puis 1 g 1 à 3 fois/semaine; comprimés vaginaux d'œstradiol hémi-hydraté à 10 mcg 2 fois/semaine; anneaux d'œstradiol q 3 mois). Le traitement local est habituellement préféré du fait des doutes concernant la sécurité du traitement hormonal oral; le traitement topique pourrait avoir moins d'effets systémiques.