Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Sensibilisation auto-érythrocytaire

(Syndrome de Gardner-Diamond)

Par David J. Kuter, MD, DPhil, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital Cancer Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La sensibilisation auto-érythrocytaire est une affection rare touchant la femme. Elle est caractérisée par une douleur et une sensation de brûlure localisées, précédant l'apparition d'ecchymoses douloureuses siégeant principalement aux extrémités.

La sensibilisation auto-érythrocytaire est généralement observée chez la femme blanche qui vit un stress émotionnel ou qui a un trouble psychiatrique concomitant. Les épisodes d'ecchymoses sont douloureux et peuvent survenir spontanément ou après un traumatisme ou une intervention chirurgicale. Des ecchymoses peuvent être observées sur différentes parties du corps au niveau du site d'un traumatisme. Les tests de coagulation sont normaux.

Chez la femme qui présente une sensibilisation auto-érythrocytaire, l'injection intradermique de 0,1 mL de globules rouges autologues ou de stroma de globules rouges peut entraîner des douleurs, un gonflement et une induration du site d'injection. Ce résultat suggère qu'une extravasation tissulaire des globules rouges intervient dans la physiopathologie des lésions. Cependant, la plupart des patients ont également des symptômes psychiatriques associés graves, et certains patients auto-induisent un purpura, qui peut passer pour les syndromes.

Pour distinguer le trouble d'une maladie factice, certains suggèrent de faire une injection intradermique de globules rouges autologues sur un site et une injection de contrôle séparée sans globules rouges sur un autre. La présence d'ecchymoses au niveau du site du test, mais pas au niveau du site de contrôle 24 à 48 h après l'injection suggère une sensibilisation autoérythrocytaire. La présence d'une excoriation, qui peut compliquer l'interprétation du test est évitée en pratiquant les injections au niveau de sites difficiles à atteindre par le patient. Cependant, ce test n'a pas été validé et n'est généralement pas recommandé.

Le traitement est un traitement psychiatrique.