Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Production et fonction des éosinophiles

Par Jane Liesveld, MD, University of Rochester ; Patrick Reagan, MD, University of Rochester Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les éosinophiles sont des granulocytes dérivés de la même cellule-souche que les monocytes-macrophages, les polynucléaires neutrophiles et les basophiles. Ils sont une composante du système immunitaire inné ( Revue générale du système immunitaire : Immunité innée). Les éosinophiles ont toute une gamme de fonctions, mais ils sont particulièrement importants dans la défense contre les infections parasitaires. Cependant, bien que l'éosinophilie accompagne généralement les helminthiases et que les éosinophiles soient toxiques pour les helminthes in vitro, il n'y a pas de preuve directe qu'ils tuent les parasites in vivo. Les éosinophiles, bien qu'ils puissent phagocyter, sont moins efficaces que les neutrophiles pour détruire les bactéries intracellulaires. Les éosinophiles peuvent moduler les réactions d'hypersensibilité immédiate, en dégradant ou en inactivant des médiateurs libérés par les mastocytes, tels que l'histamine, les leucotriènes (qui peuvent entraîner une vasoconstriction et une bronchoconstriction), les lysophospholipides et l'héparine. Une éosinophilie prolongée peut entraîner des lésions tissulaires par des mécanismes qui ne sont pas totalement élucidés.

Les granules éosinophiles renferment la protéine basique majeure et la protéine cationique éosinophilique; ces protéines sont toxiques pour différents parasites et cellules de mammifères. Ces protéines fixent l'héparine et neutralisent son activité anticoagulante. La neurotoxine dérivée de l'éosinophile peut endommager sévèrement la gaine de myéline neuronale. La peroxydase des éosinophiles, différente de la peroxydase des autres granulocytes, produit des radicaux oxydants en présence de peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée) et d'un halide. Les cristaux de Charcot-Leyden sont composés essentiellement de phospholipase B et sont présents dans les crachats, les tissus et les selles en cas de troubles associées à une éosinophilie (p. ex., asthme, pneumonie à éosinophiles).

Le nombre d'éosinophiles périphériques artériels normal est variable, mais il est généralement admis qu'un nombre > 500/μL est élevé. L'éosinophilie périphérique est caractérisée comme

  • Légère: 500 à 1500/μL

  • Modérée: 1500 à 5000/μL

  • Grave: > 5000/μL

Les variations nycthémérales évoluent à l'inverse du taux de cortisol; le pic se produit la nuit et le minimum le matin. Le nombre d'éosinophiles peut diminuer avec le stress, avec l'utilisation de β-bloqueurs ou des corticostéroïdes, et parfois avec des bactéries ou les infections virales. Le nombre peut augmenter en cas de troubles allergiques, de certaines infections (généralement parasitaires), et en raison de nombreuses autres causes ( Éosinophilie). La demi-vie des éosinophiles circulants est de 6 à 12 h et la plupart des éosinophiles résident dans les tissus (p. ex., voies respiratoires et digestives supérieures, peau, utérus).

Les lymphocytes T régulent la production d'éosinophiles par la sécrétion de facteurs de croissance hématopoïétiques et de facteur de croissance des granulocytes macrophages (GM-CSF), interleukine-3 (IL-3) et interleukine-5 (IL-5). L'IL-3 stimule exclusivement la production des éosinophiles, alors que le GM-CSF et l'IL-5 stimulent aussi d'autres lignées myéloïdes.