Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Système du complément

Par Peter J. Delves, PhD, Professor of Immunology, Division of Infection & Immunity, Faculty of Medical Sciences, University College London, London, UK

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Le système du complément correspond à une cascade d'enzymes participant à la défense de l'organisme contre l'infection. Les protéines du complément sont souvent présentes dans le sérum comme des précurseurs d’enzymes inactives (zymogènes); autres se situent à la surface cellulaire. Le système du complément relie l'immunité innée et acquise

  • Augmentation de la réponse Ac et de la mémoire immunologique

  • Lyse des cellules étrangères

  • Élimination des complexes immuns et des cellules apoptotiques

Certaines fractions du complément ont plusieurs fonctions biologiques (p. ex., stimulation de la chimiotaxie, activation de la dégranulation mastocytaire indépendamment des IgE).

Activation du complément: il existe 3 voies d'activation du complément ( Voies d'activation du complément.):

  • Classique

  • Lectine

  • Alternative

Voies d'activation du complément.

Les voies classiques, alternatives et celle qui dépend des lectines convergent vers une voie commune finale lorsque la convertase C3 (C3 con) clive C3 en C3a et C3b. Ac = anticorps; Ag = antigène; C1-INH = inhibiteur de C1; MAC = complexe d'attaque de la membrane (membrane attack complex); MASP = MBL-associated serine protease; MBL = mannose-binding lectines. Le surlignage indique l'activation.

Les composants de la voie classique sont désignés par un C et un numéro (p. ex., C1, C3), fondé sur l'ordre dans lequel ils ont été identifiés. Les composants de la voie alternative sont souvent désignés par des lettres (p. ex., facteur B, facteur D) ou sont nommés (p. ex., properdine).

L'activation de la voie classique est Ac-dépendante, se produisant quand le C1 interagit avec le complexe IgM-Ag ou les complexes agrégés IgG-Ag ou Ac-indépendant, survenant quand les polyanions (p. ex., héparine, protamine, ADN et ARN des cellules apoptosiques), les bactéries Gram négatif ou la protéine C réactive réagissent directement avec le C1. Cette voie est régulée par l'inhibiteur de C1 (C1-INH). L'angio-œdème (œdème de Quincke) héréditaire est dû à un déficit génétique en C1-INH.

L'activation de la voie des lectines est indépendante des Ac; elle est observée lorsque la lectine liant le mannose (mannose-binding lectin, MBL), une protéine sérique, se lie aux molécules de mannose, de fructose ou des groupes N-acétylglucosamine sur les parois cellulaires bactériennes, fungiques ou des virus. Hormis ce mécanisme, cette voie ressemble à la voie classique, structurellement et fonctionnellement.

L'activation de la voie alternative se produit lorsque les composants des surfaces des cellules microbiennes (p. ex., parois de levures, lipopolysaccharides de la paroi cellulaire bactérienne [endotoxine]) ou des Ig (p. ex., facteur néphritique, IgA agrégées) clivent de petites quantités de C3. Cette voie est régulée par la properdine, le facteur H et le facteur DAF (decay-accelerating factor [CD55]).

Les 3 voies d'activation convergent en une voie finale commune lorsque la convertase C3 clive C3 en C3a et C3b ( Voies d'activation du complément.). Le clivage de C3 peut aboutir à la formation du complexe d'attaque de la membrane (MAC, membrane attack complex), le composant cytotoxique du système du complément. Le MAC induit une lyse des cellules étrangères.

Le facteur I, avec des cofacteurs dont la protéine cofacteur de membrane (CD46), inactive C3b et C4b.

Les patients déficients en composants du complément C1, C2, C3, MBL, MASP-2, facteur H, facteur I, ou récepteur 2 du complément (CR2) ont des infections bactériennes récurrentes. Une carence en C5, C9, en facteur B, en facteur D ou en properdine est spécifiquement associée à la susceptibilité aux infections par Neisseria.

Les défauts de C1, C4, et C5 sont associés au lupus érythémateux disséminé; les défauts de CR2 sont associés au déficit immunitaire commun à expression variable et les défauts de CR3 sont associés au déficit d'adhésion des leucocytes de type 1.

Des mutations des gènes des facteurs B, H, I, la protéine du cofacteur membranaire (CD46), ou de C3 ont été liées au développement de la variante atypique du syndrome hémolytique et urémique.

Activités biologiques

Certaines fractions du complément ont d'autres fonctions immunitaires qui sont médiées par les récepteurs du complément (CR) présents sur diverses cellules.

  • Le CR1 (CD35) favorise la phagocytose et participe à l'élimination des complexes immuns.

  • Le CR2 (CD21) régule la production d'Ac par les lymphocytes B et est le récepteur du virus Epstein-Barr.

  • Les récepteurs CR3 (CD11 b/CD18), CR4 (CD11c/CD18) et C1q jouent un rôle dans phagocytose.

  • Les C3a, C5a et C4a (faiblement) ont une activité anaphylatoxine: ils provoquent la dégranulation des mastocytes qui induit une augmentation de la perméabilité vasculaire et une contraction musculaire lisse.

  • Le C3b agit comme une opsonine en recouvrant les microrganismes et ainsi augmentant leur phagocytose.

  • Le C3d augmente la production d'Ac par les lymphocytes B.

  • Le C5a est un chimioattracteur des neutrophiles; il régule les activités des neutrophiles et des monocytes et peut augmenter l’adhérence des cellules, la dégranulation et la libération d’enzymes intracellulaires des granulocytes, la production de métabolites toxiques de l’oxygène, et le lancement d'autres événements métaboliques cellulaires.

Ressources dans cet article