Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infections à Haemophilus

Par Larry M. Bush, MD, University of Miami-Miller School of Medicine ; Maria T. Perez, MD, Wellington Regional Medical Center, West Palm Beach

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Haemophilus sp est à l'origine d'infections bénignes ou graves, telles que bactériémies, méningites, pneumonies, otites moyennes aiguës, cellulites et épiglottites. Le diagnostic repose sur la culture et le sérotypage. Le traitement repose sur les antibiotiques.

De nombreux Haemophilus sp font partie de la flore normale des voies respiratoires supérieures chez l'enfant et chez l'adulte et sont rarement pathogènes. Les souches pathogènes pénètrent les voies respiratoires supérieures par inhalation de gouttelettes ou par contact direct. La contagion est rapide dans les populations non immunisées. Les enfants, en particulier de sexe masculin, les sujets noirs et les Amérindiens, présentent un risque majoré d'infection grave. Les facteurs de prédisposition sont la surpopulation, la fréquentation des crèches, les déficits immunitaires, l'asplénie et la drépanocytose.

Il existe plusieurs espèces pathogènes d'Haemophilus; le plus fréquent est H. influenzae, qui a 6 sérotypes encapsulés distincts (a à f) et de nombreuses souches non encapsulées, non typables. Avant l'utilisation d'un vaccin anti-H. influenzae de type b (du vaccin conjugué contre Hib), la plupart des cas de maladies invasives graves étaient dus à ce type b.

Maladies causées par Haemophilus sp

H. influenzae entraînent de nombreuses pathologies infectieuses chez l'enfant, comprenant méningite, bactériémie, arthrite septique, pneumonie, trachéobronchite, otite moyenne aiguë, conjonctivite, sinusite et épiglottite aiguë. Ces infections, de même que l'endocardite et les infections urinaires, peuvent survenir chez l'adulte, bien que beaucoup plus rarement. Ces maladies sont présentées ailleurs dans Le Manuel.

Les souches non typées d'H. influenzae provoquent essentiellement des infections muqueuses (p. ex., otite moyenne, sinusite, conjonctivite, bronchite). Parfois, les souches non encapsulées causent des infections invasives chez l'enfant, mais elles peuvent provoquer jusqu'à la moitié des infections graves d'H. influenzae chez l'adulte.

H. influenzae bio groupe aegyptius (précédemment nommé H. aegyptius) peut causer des conjonctivites mucopurulentes et une fièvre brésilienne purpurique bactériémique. H. ducreyi est responsable du chancre mou ( Chancre mou). H. parainfluenzae et H. aphrophilus sont des causes rares de bactériémie, d'endocardite et d'abcès cérébral.

Diagnostic

  • Cultures

  • Parfois, sérotypage

Le diagnostic repose sur l'hémoculture et la culture des autres liquides biologiques. Les souches impliquées dans une maladie invasive doivent être sérotypées.

Traitement

  • Différents antibiotiques en fonction de la localisation et de la gravité de l'infection

Le traitement repose sur la nature et la localisation de l’infection, mais la doxycycline, les fluoroquinolones, les céphalosporines de 2e et 3e génération et le carbapénème sont utilisés en cas de maladie invasive. Le vaccin anti-Hib a nettement réduit le taux de bactériémie. Les enfants qui présentent une maladie grave sont hospitalisés et isolés pendant 24 h après le début du traitement antibiotique.

Le choix de l’antibiotique dépend fortement du siège de l’infection et nécessite un antibiogramme aux USA; de nombreuses souches produisent des β-lactamases (p. ex., > 50% sont résistantes à l'ampicilline). En cas de maladies invasives, comme la méningite, la céfotaxime ou la ceftriaxone sont recommandées. Dans les infections moins graves, les céphalosporines orales (excepté la céphaléxine), les macrolides et l'amoxicilline/acide clavulanique sont généralement efficaces. (V. les affections spécifiques pour les recommandations.)

Le céfotaxime et la ceftriaxone éliminent le portage respiratoire d'H. influenzae, mais d'autres antibiotiques utilisés dans l'infection systémique ne le font pas de manière fiable. Ainsi, les enfants qui font une infection systémique et qui ne sont pas traités par le céfotaxime ou la ceftriaxone doivent recevoir de la rifampicine immédiatement après avoir terminé le traitement et avant de reprendre tout contact avec d'autres enfants.

Prévention

Les vaccins conjugués contre l'Hib sont disponibles chez l'enfant de 2 mois et ont réduit les infections invasives (p. ex., méningite, épiglottite, bactériémie) de 99%. Une première série vaccinale est administrée à l'âge de 2, 4 et 6 mois ou à l'âge de 2 et 4 mois, suivant le vaccin. Un rappel vaccinal à l'âge de 12 à 15 mois est indiqué.

Les contacts au sein de la maison peuvent être porteurs sains asymptomatiques d'H. influenzae. Les contacts des enfants de < 4 ans non immunisés ou incomplètement vaccinés sont à risque et doivent recevoir une dose de vaccin. En outre, tous les membres de l'entourage (sauf les femmes enceintes) doivent bénéficier d'une prévention par la rifampicine 600 mg (20 mg/kg chez l'enfant de ≥ 1 mois; 10 mg/kg pour les enfants de < 1 mois) po 1 fois/j pendant 4 j. Les contacts de crèche ou des centres de soins doivent recevoir un traitement préventif si 2 cas de maladie invasive ont eu lieu en 60 j. Le bénéfice de la prévention si un seul cas s'est produit n'a pas été établi.

Points clés

  • Plusieurs espèces d'Haemophilus sont pathogènes; la plus fréquente est H. influenzae.

  • H. influenzae provoque de nombreux types d'infections muqueuses et, moins fréquemment, des infections invasives, principalement chez l'enfant.

  • Les choix d'antibiotiques dépendent fortement du siège de l'infection et nécessitent un antibiogramme.

  • Les vaccins conjugués contre l'Hib, administrés aux enfants dans le cadre de la vaccination systématique des enfants de 2 mois, ont réduit les infections invasives de 99%.

  • Des contacts étroits peuvent être des porteurs asymptomatiques d'H. influenzae et doivent généralement recevoir une prophylaxie par la rifampicine.