Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infections par Klebsiella , Enterobacter , et Serratia

Par Larry M. Bush, MD, Affiliate Professor of Clinical Biomedical Sciences;Affiliate Associate Professor of Medicine, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University;University of Miami-Miller School of Medicine ; Maria T. Perez, MD, Associate Pathologist, Department of Pathology and Laboratory Medicine, Wellington Regional Medical Center, West Palm Beach

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Klebsiella, Enterobacter, et Serratia appartiennent à la flore intestinale normale et sont rarement pathogènes chez leurs hôtes habituels.

Les infections à Klebsiella, Enterobacter, et Serratia sont souvent des infections nosocomiales, se produisant principalement en cas d'altération du système de défense. Habituellement, Klebsiella, Enterobacter, et Serratia entraînent plusieurs types d'infections, comme une bactériémie, des infections du site opératoire, des infections liées aux cathéters vasculaires et des infections de l'appareil respiratoire ou des voies urinaires, sous forme de pneumonie, de cystite ou de pyélonéphrite et qui peuvent se compliquer d'abcès du poumon, d'empyème, de bactériémie et de sepsis, comme dans ce qui suit:

  • Les pneumopathies à Klebsiella sont des pathologies rares et aiguës avec expectoration brun foncé ou gélatineuse, teintée de sang, qui peuvent se compliquer par la formation d'abcès pulmonaire et d'un empyème, et sont plus fréquentes chez les diabétiques et les alcooliques.

  • Serratia, en particulier S. marcescens, a une grande affinité pour les voies urinaires.

  • Enterobacter entraîne le plus souvent des infections nosocomiales, mais peut provoquer une otite moyenne, de la cellulite et un sepsis néonatal.

Traitement

  • Antibiotiques fonction de l'antibiogramme

Le traitement fait appel aux céphalosporines de 3e génération, au céfépime, aux carbapénèmes, aux fluoroquinolones, à la pipéracilline/tazobactam ou aux aminosides. Cependant, certains isolats étant résistants à de nombreux antibiotiques, l'antibiogramme est indispensable.

Certaines souches de Klebsiella qui produisent une beta-lactamase à spectre étendu peuvent développer une résistance aux céphalosporines pendant le traitement, en particulier par la ceftazidime; ces souches productrices d'extended-spectrum β-lactamase (ESBL) sont inhibées à des degrés divers par les inhibiteurs de β-lactamase (p. ex., sulbactam, tazobactam, clavulanate). Des espèces de K. pneumoniae productrices de carbapénèmase ont été isolées à l'échelle internationale ainsi qu'aux États-Unis, rendant le traitement de certaines infections très problématiques. Le ceftazidime/avibactam (un nouvel inhibiteur de bêta-lactamase) a une activité contre K. pneumoniae.

Des souches d'Enterobacter peuvent devenir résistantes à la plupart des β-lactamines, y compris les céphalosporines de 3e génération; les enzymes β-lactamase qu'elles produisent (AmpC β-lactamase) ne sont pas inhibées par les inhibiteurs habituels des β-lactamases (acide clavulanique, tazobactam, sulbactam). Cependant, ces souches d'Enterobacter peuvent être sensibles aux carbapénèmes (p. ex., imipénème, méropénème, ertapénème). Des entérobactéries résistantes aux carbapénèmes ont également été détectées. Dans certains cas, l'association ceftazidime/avibactam, la tigécycline et peut-être la colistine peuvent être les seuls antibiotiques actifs disponibles.