Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infections clostridiennes intra-abdominales

Par Joseph R. Lentino, MD, PhD, Loyola University Stritch School of Medicine;Hines VA Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les clostridium, surtout Clostridium perfringens, sont fréquents dans des infections mixtes extra-abdominales dues à une rupture des viscères ou à une maladie pelvienne inflammatoire.

Clostridium sp est un saprophyte fréquent de l'appareil digestif et est présent dans de nombreuses infections abdominales, généralement associé à d'autres micro-organismes entériques. Les clostridiums sont souvent les agents primitifs dans la cholécystite emphysémateuse, la gangrène gazeuse de l'utérus (antérieurement fréquentes avec l'avortement septique), certaines autres infections du tractus génital féminin (abcès tubo-ovariens, pelviens et utérins) et l'infection après la perforation du cancer du côlon.

Les principaux micro-organismes sont C. perfringens et dans le cas du cancer du côlon, C. septicum. Le micro-organisme produit des exotoxines (lécithinases, hémolysines, collagénases, protéases, lipases) qui peuvent entraîner une suppuration. La formation de gaz est fréquente. La septicémie clostridienne peut entraîner une anémie hémolytique car la lécithinase perturbe les membranes des globules rouges. L'hémolyse sévère et les effets toxiques peuvent entraîner une insuffisance rénale aiguë.

Les symptômes sont semblables à d'autres infections abdominales (p. ex., douleur, fièvre, douleur abdominale et manifestations toxiques). Dans l'infection utérine, du gaz s'échappe parfois du col. Exceptionnellement, une nécrose tubulaire aiguë se développe.

Diagnostic

  • Coloration de Gram et culture

Un diagnostic précoce nécessite une grande attention. Des colorations de Gram précoces et répétées et des cultures du site infectieux, du pus, des leucorrhées et du sang sont indiquées. C. perfringens pouvant parfois être isolé à partir du vagin ou de lochies saines, les cultures ne sont pas spécifiques. Les rx peuvent montrer une production locale de gaz (p. ex., dans l'arbre biliaire, la paroi vésiculaire ou l'utérus).

Traitement

  • Débridement chirurgical

  • Pénicilline à forte dose

Le traitement consiste une mise à plat chirurgicale et la pénicilline G 5 millions d'unités IV q 6 h pendant au moins 1 sem. L'exérèse d'un organe (p. ex., hystérectomie) peut être nécessaire et salvatrice si le débridement par curetage s'avère insuffisant. Si une nécrose tubulaire aiguë se manifeste, la dialyse est nécessaire. L'intérêt de l'O2 hyperbare n'a pas été démontré.