Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Lincosamides, oxazolidinones et streptogramines

Par Hans P. Schlecht, MD, MSc, Assistant Professor of Medicine, Department of Medicine, Division of Infectious Diseases & HIV Medicine, Drexel University College of Medicine ; Christopher Bruno, MD, Assistant Professor of Medicine, Division of infectious Diseases & HIV Medicine, Drexel University College of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les lincosamides (clindamycine, Clindamycine), les oxazolidinones (linézolide, tédizolide Linézolide et tédizolide), et les streptogramines (dalfopristine [streptogramine A] et quinupristine [streptogramine B], Quinupristine et dalfopristine) sont regroupées du fait de leur mode d’action et de leurs spectres antibactériens similaires. Les macrolides ( Macrolides) et la télithromycine (kétolide) ( Télithromycine) peuvent être compris dans ce groupe pour des raisons similaires. Tous inhibent la synthèse protéique en se liant à la sous-unité 50S du ribosome.

Une résistance croisée existe entre les antibiotiques suivants, car ces médicaments se lient à la même cible:

  • Macrolides

  • Clindamycine

  • Quinupristine

  • Télithromycine (dans une certaine mesure)

On n'observe cependant aucune résistance croisée entre ces antibiotiques et la dalfopristine ou le linézolide, qui se lient à des cibles différentes sur la sous-unité 50 S du ribosome.