Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Chlamydia

Par Margaret R. Hammerschlag, MD, Professor of Pediatrics and Medicine and Director, Pediatric Infectious Disease Fellowship Program, State University of New York Downstate Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Trois espèces de Chlamydia sont pathogènes pour l'homme, notamment responsables de maladies sexuellement transmissibles et d'infections respiratoires. La plupart des souches sont sensibles aux macrolides (p. ex., l'azithromycine), aux tétracyclines (p. ex., la doxycycline) et aux fluoroquinolones.

Les Chlamydiae sont des bactéries intracellulaires obligatoires, immobiles. Ils renferment de l’ADN, de l'ARN et des ribosomes et fabriquent leurs propres protéines et acides nucléiques. Cependant, ils dépendent de la cellule hôte pour 3 de leurs 4 nucléosides triphosphates et utilisent l'adénosine triphosphate (ATP) de l'hôte pour synthétiser la protéine de Chlamydia.

Le genre Chlamydia comprend 9 espèces; 3 d'entre elles provoquent une pathologie humaine:

  • Chlamydia trachomatis

  • Chlamydia pneumoniae

  • Chlamydia psittaci

Les chlamydias peuvent provoquer une infection persistante, souvent infraclinique.

C. trachomatis

C. trachomatis qui a 18 sérotypes différents:

  • A, B, Ba et C provoquent un trachome.

  • Les sérotypes D à K sont la cause d'infections sexuellement transmissibles localisées aux surfaces muqueuses.

  • L1, L2, et L3 entraînent des infections sexuellement transmissibles associées à une atteinte ganglionnaire invasive (lymphogranulomatose vénérienne [maladie de Nicolas-Favre]).

Aux États-Unis, C. trachomatis est la bactérie le plus souvent en cause dans les maladies sexuellement transmissibles, dont les urétrites non gonococciques et l’épididymitechez l’homme; les cervicites, les urétrites et la maladie pelvienne inflammatoire chez la femme; et les proctites, la lymphogranulomatose vénérienne (maladie de Nicolas-Favre), et les arthrites réactionnelles (syndrome de Reiter) dans les deux sexes.

La transmission maternelle de C. trachomatis entraîne une conjonctivite néonatale et/ou une pneumonie. Le dépistage prénatal universel et le traitement des femmes enceintes ont considérablement réduit l'incidence de la mortalité infantile par infection par C. trachomatis aux États-Unis.

Le microrganisme peut être isolé au niveau du rectum et de la gorge chez l'adulte (habituellement chez les hommes qui ont des rapports homosexuels). Une infection rectale par des souches L2 peut causer une rectocolite sévère qui peut simuler une maladie intestinale inflammatoire aiguë chez les séropositifs au VIH.

C. pneumoniae

C. pneumoniae peut provoquer une pneumonie (en particulier chez l'enfant et le jeune adulte) qui ne peut être différenciée symptomatiquement d'une pneumonie due à Mycoplasma pneumoniae. En cas de C. pneumoniae, une pneumonie, un enrouement et des maux de gorge peuvent précéder la toux, ce qui peut être persistant et se compliquer par un bronchospasme.

De 6 à 19% des cas de pneumonie contractée en ville sont dues à C. pneumoniae; les épidémies de pneumonie à C. pneumoniae posent un risque particulier pour les sujets dans des populations fermées (p. ex., centre de soins infirmiers, écoles, installations militaires, prisons). Il n'existe aucune variation saisonnière du nombre de cas observés.

C. pneumoniae a également été impliqué en tant que déclencheur infectieux de la maladie réactive des voies respiratoires.

C. psittaci

C. psittaci entraîne une psittacose. Les souches pathogènes sont habituellement transmises par des oiseaux psittacidés (p. ex., perroquets) et sont à l'origine d'une infection disséminée caractérisée par une pneumonie. Des épidémies se sont produites chez les travailleurs qui manipulent des dindes et des canards dans les usines de transformation de la volaille.

Diagnostic

  • Examens basés les acides nucléiques

C. trachomatis est au mieux identifié dans les prélèvements génitaux par l'emploi de tests d'amplification des acides nucléiques car ces derniers (bien qu'actuellement non approuvés par la FDA à cette fin) sont plus sensibles que les cultures cellulaires et il s'agit de prélèvements plus faciles à réaliser. Des tests d'amplification des acides nucléiques permettant de détecter une infection génitale peuvent être réalisés en utilisant des prélèvements non invasifs, tels que des prélèvements d'urine ou vaginaux effectués par le patient ou le médecin. Les analyses sérologiques sont de valeur limitée, sauf pour le diagnostic de la lymphogranulomatose vénérienne et de la psittacose.

C. pneumoniae est diagnostiqué par la culture de prélèvements des voies respiratoires ou par des tests d'amplification des acides nucléiques. Un test d'amplification des acides nucléiques approuvé par la FDA de C. pneumoniae est commercialisé et recherche simultanément plusieurs pathogènes respiratoires.

Le contact avec les oiseaux, habituellement les perroquets ou les perruches sont une piste principale pour le diagnostic d'une infection à C. psittaci. Le diagnostic est confirmé par des tests sérologiques. La culture n'est généralement pas disponible. Il n'existe aucun test d'amplification des acides nucléiques approuvé par la FDA pour C. psittaci.

Dépistage

l’infection génitale à Chlamydia étant si fréquente et souvent symptomatique ou avec des symptômes légers ou non spécifiques (en particulier chez la femme), le dépistage systématique des sujets asymptomatiques à risque élevé d’infection sexuellement transmissible est recommandé (voir 2015 Sexually Transmitted Diseases Treatment Guidelines).

Les sujets devant être dépistés sont les suivants

Les femmes non enceintes (y compris les femmes qui ont des rapports sexuels avec les femmes) sont dépistées chaque année si elles

  • Sont sexuellement actifs et ont ≤ 25 ans

  • Antécédents d'infection sexuellement transmissible

  • Adopter des comportements sexuels à haut risque (p. ex., avoir un nouveau partenaire sexuel ou des partenaires sexuels multiples, devenir un travailleur du sexe, utiliser des préservatifs de manière inconstante)

  • Avoir un partenaire atteint d'une maladie sexuellement transmissible ou qui a un comportement à haut risque

Les femmes de < 35 ans sont dépistées lors de leur admission dans un établissement correctionnel.

Les femmes enceintes sont testées lors de leur première visite prénatale; celle de ≤ 25 ans ou présentant des facteurs de risque sont dépistées à nouveau au cours du 3e trimestre.

Les hommes hétérosexuels actifs ne sont pas dépistés, sauf dans les situations ou cas à forte prévalence de l'infection à chlamydia, dont les adolescents, les cliniques de maladies sexuellement transmissibles ou en cas d'entrée dans des établissements correctionnels.

Les hommes qui ont des rapports homosexuels sont dépistés s'ils ont été sexuellement actifs au cours de l'année précédente:

  • Pour les rapports anaux insertifs: contrôle des urines

  • Pour les rapports anaux recéptifs: écouvillon rectal

  • Pour les rapports oraux: tampon pharyngé

Traitement

  • Azithromycine ou doxycycline

Le traitement de l'infection non compliquée des voies génitales basses comprend habituellement une dose unique d'azithromycine (1 g po) ou un protocole de 7 jour de doxycycline (100 mg po bid) ou certaines fluoroquinolones (p. ex., lévofloxacine 500 mg po 1 fois/jour). En cas de blennorragie, on traite aussi systématiquement toute infection à Chlamydia. La maladie pelvienne inflammatoire, la lymphogranulomatose vénérienne (maladie de Nicolas-Favre) ou l'épididymite sont habituellement traitées par la doxycycline pendant 10 jours.

Points clés

  • C. trachomatis est la cause du trachome ou d'infections sexuellement transmissibles; la transmission maternelle peut entraîner une conjonctivite et/ou une pneumonie néonatales.

  • C. pneumoniae peut provoquer une pneumonie (en particulier chez l'enfant et le jeune adulte) et dans les populations enfermées.

  • C. psittaci est une cause rare de pneumonie (psittacose) généralement acquise auprès de psittacidés (p. ex., perroquets).

  • Diagnostiquer les infections par C. trachomatis et C. pneumoniae en utilisant des tests d'amplification des acides nucléiques.

  • Dépister les patients asymptomatiques à haut risque de chlamydiose transmise sexuellement.

  • Traiter par l'azithromycine ou la doxycycline.