Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Granulome inguinal

(Donovanose)

Par J. Allen McCutchan, MD, MSc, Professor of Medicine, Division of Infectious Diseases, School of Medicine, University of California at San Diego

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le granulome inguinal est une infection évolutive rare de la peau des régions génitales et périnéales provoquée par Klebsiella (précédemment nommé Calymmatobacterium) granulomatis. La maladie se caractérise par des excroissances cutanées à évolution lente, de couleur rouge vif, indolores et souvent ulcérées; la lymphadénopathie régionale est rare. Le diagnostic repose sur des arguments cliniques et la microscopie. Le traitement repose sur les antibiotiques, habituellement les tétracyclines, les macrolides, le triméthoprime/sulfaméthoxazole.

Les infections à K. granulomatis sont extrêmement rares, mais elles ont été précédemment rapportées dans des régions telles que la Papouasie Nouvelle-Guinée, le Nord de l'Australie, l'Afrique du Sud, les Caraïbes et dans certaines parties du Brésil et de l'Inde.

Symptomatologie

Les sites d'infection sont les suivants

  • Le pénis, le scrotum, l'aine, les cuisses, chez l'homme

  • Vulve, vagin et périnée, chez la femme

  • Région anale et fesses des patients qui ont des rapports anaux réceptifs

  • Visage dans les 2 sexes

Après une période d'incubation d'environ 1 à 12 semaines, un nodule indolore très rouge se développe lentement, formant une lésion surélevée, de coloration rouge, humide, lisse et malodorante. Le volume de la lésion augmente lentement, elle s'ulcère souvent et peut s'étendre à d'autres régions de la peau. Les lésions guérissent lentement, laissant des cicatrices. Les infections secondaires par d'autres bactéries sont fréquentes et peuvent provoquer une destruction tissulaire étendue. L'adénopathie est rare.

Le granulome inguinal (donovanose) peut parfois se propager par le sang aux os, aux articulations ou au foie; en l’absence de traitement, une anémie, un affaiblissement et exceptionnellement la mort peuvent survenir.

Diagnostic

  • L'examen microscopique montrant des corps de Donovan dans le liquide d'une lésion

Le granulome inguinal (donovanose) est suspecté en zones d'endémie chez le patient présentant des lésions caractéristiques.

Le diagnostic est confirmé au microscope par la présence de corps de Donovan (nombreux bacilles dans le cytoplasme des macrophages, mis en évidence par le Giemsa ou la coloration de Wright) dans les prélèvements, de liquides provenant du raclage des bords des lésions. Ces frottis renferment de nombreux plasmocytes.

Des biopsies sont effectuées si le diagnostic est incertain ou si le liquide ne peut être prélevé en cas de lésions sèches, scléreuses ou nécrotiques. Les bactéries ne se développent pas sur des milieux ordinaires.

Traitement

  • Antibiotiques (divers)

De nombreux antibiotiques oraux tuent les bactéries mais les tétracyclines, les macrolides et le triméthoprime/sulfaméthoxazole (TMP/SMX) sont les plus efficaces, suivis par la ceftriaxone, les aminosides, les fluoroquinolones et le chloramphénicol.

Les protocoles oraux recommandés comprennent

  • Doxycycline 100 mg bid pendant 3 semaines

  • TMP/SMX 160/800 mg bid pendant 3 semaines

  • Érythromycine 500 mg qid pendant 3 semaines

  • Azithromycine 1 g/semaine pendant 3 semaines

IV ou IM antibiotiques (p. ex., ceftriaxone) sont une alternative.

La réponse au traitement doit intervenir en 7 jours, mais la guérison de la maladie doit être lente et les lésions peuvent récidiver nécessitant un traitement plus long. Le patient infecté par le VIH peut également demander un traitement prolongé ou un traitement intensif. Après un traitement apparemment efficace, le suivi doit être poursuivi pendant 6 mois.

Les partenaires sexuels actuels doivent être examinés et, en cas d'infection, traités.

Ressources dans cet article