Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Oxyurose

(Entérobiase; oxyurose)

Par Richard D. Pearson, MD, University of Virginia School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'entérobiase est une infestation intestinale par l'oxyure Enterobius vermicularis, habituellement chez l'enfant. Son principal symptôme est un prurit péri-anal. Le diagnostic repose sur l'inspection visuelle pour déceler des vers filiformes dans la région péri-anale ou au moyen d'un test au ruban adhésif pour fixer les œufs. Le traitement repose sur le mébendazole ou l'albendazole.

L'infestation par des oxyures est l'infection helminthique la plus fréquente aux USA.

Physiopathologie

L'infestation résulte habituellement du transport des œufs de la zone péri-anale à des objets en contact avec l'enfant (vêtements, literie, meubles, tapis, jouets, siège de toilette), contaminant un nouvel hôte, par transmission orale et ingestion. Sucer son pouce constitue un facteur de risque. La réinfestation (auto-infestation) se produit facilement par le transport digital des œufs de la zone péri-anale à la bouche. Les infections par les oxyures sont également dues à l'anulingus chez l'adulte.

Les oxyures arrivent à maturité dans la partie inférieure de l'intestin en 2 à 6 semaines. Le ver femelle migre hors de l'anus vers la région péri-anale (généralement la nuit) pour déposer ses œufs. La substance collante, gélatineuse, dans laquelle les œufs sont déposés et les mouvements du ver femelle sont responsables du prurit péri-anal. Les œufs survivent à l'extérieur jusqu'à 3 semaines à température ambiante.

Symptomatologie

La plupart des personnes infectées n'ont aucun symptôme, mais certaines présentent un prurit péri-anal et développent des excoriations péri-anales dues au grattage. Exceptionnellement, les vers femelles remontent dans l'appareil génital féminin, provoquant une vaginite et plus rarement des lésions péritonéales.

De nombreux autres états pathologiques ont été attribués à l'oxyurose (p. ex., douleurs abdominales, insomnie, convulsions), mais une relation causale est peu probable. Des oxyures ont été retrouvés obstruant la lumière appendiculaire dans des appendicites, mais la présence des parasites peut n'être qu'une coïncidence.

Diagnostic

  • Examen de la région péri-anale pour les vers et/ou les ovules

L'infestation par les oxyures peut être diagnostiquée par la découverte d'un ver femelles de près de 10 mm de long en moyenne (3 mm pour les mâles), dans la région péri-anale 1 ou 2 h après le coucher de l'enfant ou le matin par l'identification des œufs à l'examen microscopique au faible grossissement sur un ruban de cellophane adhésive. Les œufs sont recueillis tôt le matin, avant le lever de l'enfant, en appliquant sur les plis de la peau péri-anale une bande de ruban de cellophane monté côté collant sur une lamelle et observée au microscope. Les œufs de 50 par 30 μm de diamètre contiennent une coquille mince renfermant une larve enroulée. Une goutte de toluène entre le ruban adhésif et la lame dilue l'adhésif et élimine les bulles d'air sous le ruban, qui peuvent gêner l'identification des œufs. Cette procédure doit être répétée 5 matins de suite si nécessaire. On peut également retrouver des œufs, mais moins souvent, dans les selles, l'urine ou les frottis vaginaux.

Traitement

  • Mébendazole ou albendazole

L'oxyurose étant rarement dangereuse, sa prévalence élevée et la réinfestation fréquente, le traitement n'est indiqué que dans les infections symptomatiques. Cependant, la plupart des parents cherchent activement un traitement lorsque leurs enfants ont des oxyures.

Une posologie unique de mébendazole 100 mg po (indépendamment de l'âge) ou l'albendazole 400 mg po, répétée après 2 semaines, est efficace pour l'éradication des oxyures (mais pas des ovules) dans > 90% des cas.

La vaseline phéniquée (c.à.d contenant de l'acide carbolique) ou d'autres crèmes ou pommades antiprurigineuses appliquées sur la région péri-anale peuvent soulager le prurit.

Prévention

La réinfestation est fréquente car les œufs viables peuvent être excrétés jusqu'à 1 semaine après le traitement et ceux dispersés dans l'environnement avant le traitement peuvent survivre 3 semaines. Les contaminations intrafamiliales multiples étant fréquentes, le traitement de la famille entière peut être nécessaire. Se laver les mains avec de l'eau chaude et du savon après avoir utilisé les toilettes, après avoir changé des couches, et avant de manipuler des aliments est le moyen le plus efficace de prévention de l'infection par les oxyures. Les sujets infectés doivent prendre une douche chaque matin pour permettre d'éliminer les œufs sur la peau. Les vêtements, la literie et les autres articles doivent être lavés fréquemment et il faut passer l'aspirateur.

Ressources dans cet article