Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infections à Acinetobacter

Par Larry M. Bush, MD, University of Miami-Miller School of Medicine ; Maria T. Perez, MD, Wellington Regional Medical Center, West Palm Beach

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Acinetobacter sp peut causer des infections suppuratives dans tous les organes; ces bactéries sont souvent opportunistes chez les patients hospitalisés.

Acinetobacter sont des bacilles aérobies gram-négatifs qui appartiennent à la famille des Neisseriaceae. Ils sont omniprésents et peuvent survivre sur des surfaces sèches jusqu'à un mois, sont fréquemment transportés par la peau des travailleurs du secteur de la santé, augmentant la probabilité que des patients soient colonisés et que des équipements médicaux soient contaminés. Il existe plusieurs espèces d'Acinetobacter; toutes peuvent entraîner une maladie chez l'homme, mais A. baumannii représente près de 80% des infections.

Maladies causées par Acinetobacter

Les infections par A. Baumanii se produisent habituellement chez les patients hospitalisés en réanimation. Les infections contractées en ville sont plus fréquentes sous les climats tropicaux. La mortalité brute associée à l'infection par A. Baumanii est de 19 à 54%.

Le site le plus fréquent d'infection est le système respiratoire. Acinetobacter colonise facilement les sites de trachéotomie, mais peut aussi entraîner des bronchiolites contractées en ville chez l'enfant en bonne santé et des trachéobronchites chez l'adulte immunodéprimé. Les pneumonies à Acinetobacter nosocomiales sont fréquemment multilobaires et compliquées. La bactériémie secondaire et le choc septique sont associés à un mauvais pronostic.

Acinetobacter sp peut également causer des infections suppuratives (p. ex., abcès) dans n’importe quel organe, y compris les poumons, les voies urinaires, la peau et les tissus mous; une bactériémie peut survenir. Ces micro-organismes peuvent exceptionnellement entraîner une méningite (principalement après une procédure neurochirurgicale), en cas de cellulite ou de phlébite sur cathéter veineux à demeure, des infections oculaires, une endocardite sur valve native ou prothèse valvulaire, une ostéomyélite, une arthrite septique et des abcès du pancréas et du foie.

Son isolement dans des prélèvements cliniques est difficile à interpréter, car souvent il n'est responsable que d'une colonisation.

Facteurs de risque

les facteurs de risque d’infection dépendent du type d’infection (nosocomiales, contractée en ville, multirésistante, Facteurs de risque des infections à Acinetobacter).

Facteurs de risque des infections à Acinetobacter

Type d'infection

Facteurs de risque

Nosocomiale

Colonisation fécale par Acinetobacter

Séjour en USI

Instruments installés à demeure

Durée du séjour en hôpital

Ventilation mécanique

Nutrition parentérale

Antécédents d'infection

Chirurgie

Traitement par antibiotiques à large spectre

Plaies

Contractée en ville

Alcoolisme

Tabagisme

Pneumopathie chronique

Diabète sucré

Résidence dans un pays tropical en voie de développement

Multirésistant

Exposition à des patients colonisés ou infectés

Procédures invasives

Ventilation mécanique, en particulier si elle se prolonge

Hospitalisation prolongée (en particulier en USI)

Administration de produits sanguins

Utilisation d'antibiotiques à large spectre (p. ex., céphalosporines de 3e génération, carbapénèmes, fluoroquinolones)

Résistance médicamenteuse

Récemment, un A. Baumanii multirésistant (MDR) a émergé, en particulier dans les unités de soins intensifs (USI) chez les patients immunodéprimés, les patients atteints de troubles graves sous-jacents, et les patients traités par des antibiotiques à large spectre après une procédure invasive. La dissémination au sein des USI a été attribuée à la colonisation du personnel et à la contamination du matériel et des solutions de nutrition parentérale.

Traitement

  • Généralement, traitement polymédicamenteux empirique en cas d'infection grave

En cas de cellulite ou de phlébite localisée associée à un corps étranger (p. ex., cathéter IV, suture), l'extraction du corps étranger suivie de soins locaux est habituellement suffisante. La trachéobronchite après intubation endotrachéale peut guérir grâce à la toilette pulmonaire seule. Le patient qui présente des infections plus étendues doit être traité par antibiotiques et par débridement si nécessaire.

A. Baumanii a longtemps présenté une résistance intrinsèque à de nombreux antimicrobiens. Les souches multirésistantes (MDR) d'Acinetobacter baumannii sont définies comme étant des souches résistantes à 3 classes d’antimicrobiens; certains isolats sont résistants à tous les antimicrobiens. Avant que l'antibiogramme soit disponible, de possibles options initiales comprennent les carbapénèmes (p. ex., méropénème, imipénème, doripénème), la colistine, ou une fluoroquinolone plus un aminoside et/ou la rifampicine. Le sulbactam (un inhibiteur de β-lactamase) a une activité bactéricide intrinsèque contre de nombreuses souches multirésistantes (MDR) d'Acinetobacter baumannii La tigécycline, qui est une glycylcycline, est également efficace; cependant, une activité limite et l'émergence de résistance au cours du traitement a été rapportée.

Les infections légères à modérées peuvent répondre à une monothérapie. Les infections de plaies traumatiques peuvent être traitées par minocycline. Les infections graves sont traitées par une association thérapeutique, généralement imipénème ou une association ampicilline/sulbactam et aminoside.

Pour éviter la propagation, les professionnels de santé doivent prendre des précautions de contact (lavage des mains, précautions de barrière) et des mesures d'hygiène appropriées doivent être respectées dans l'entretien des ventilateurs des patients colonisés ou infectés par A. Baumanii multirésistant (MDR).

Points clés

  • A. baumannii est responsable d'environ 80% des infections et a tendance à se produire chez le patient hospitalisé en état critique.

  • Le site le plus fréquent d'infection est le système respiratoire, mais Acinetobacter sp peut aussi causer des infections purulentes de tout système d'organe.

  • Acinetobacter baumannii multirésistant est devenu un problème; utiliser une polychimiothérapie en fonction de l'antibiogramme.

Ressources dans cet article