Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Babésiose

Par Richard D. Pearson, MD, Emeritus Professor of Medicine, University of Virginia School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La babésiose est une infection due à Babesia sp. Les infections peuvent être asymptomatiques ou entraîner une maladie semblable au paludisme avec fièvre et anémie hémolytique. La maladie est plus sévère chez le patient splénectomisé, le patient âgé et le patient qui souffre de SIDA. Le diagnostic repose sur l'identification des Babesia sur un frottis de sang périphérique, des tests sérologiques ou la PCR. Le traitement, si nécessaire, est à base d'azithromycine associée à de l'atovaquone ou de quinine associée à de la clindamycine.

Étiologie

Aux États-Unis, Babesia microti est l'agent responsable le plus fréquent de babésiose. Les rongeurs sont le réservoir naturel principal et les tiques des cervidés de la famille des Ixodidae sont les vecteurs habituels. Les tiques à l'état larvaire s'infectent alors qu'elles parasitent des rongeurs infectés. Par la suite elles se transforment en nymphes qui transmettent le parasite à un autre animal ou à l'homme. Les tiques adultes parasitent généralement les cervidés, mais peuvent également transmettre le parasite à l'homme. Les Babesia vont pénétrer dans un globule rouge, devenir adultes puis se diviser de façon asexuée. Finalement, les globules rouges infectés se rompent et libèrent des microrganismes qui envahissent d’autres globules rouges; ainsi, les Babesia peuvent également être transmis par transfusion sanguine, peut-être par greffe d'organe et de façon congénitale.

Les zones endémiques aux États-Unis comprennent les îles et le continent bordant Nantucket Sound dans le Massachusetts, Rhode Island, l'Est de Long Island et de Shelter Island à New York, la côte du Connecticut, et le New Jersey, ainsi que des foyers dans le Wisconsin et le Haut-Midwest. Babesia duncani a été isolé chez des patients à Washington et en Californie. Une souche actuellement anonyme désignée MO-1 a été rapportée chez des patients dans le Missouri. D'autres Babesia sp transmises par différentes tiques, infectent l'homme dans les régions européennes. En Europe, B. divergens est la principale cause de babésiose chez les patients splénectomisés.

Les tiques Ixodes infectées par Babesia sont parfois co-infectées par Borrelia burgdorferi (cause de la maladie de Lyme), par Anaplasma phagocytophilum (cause de l'anaplasmose granulocytaire humaine) ou par B. miyamotoi (cause d'une maladie similaire à l'anaplasmose granulocytaire humaine).

Tique du cerf.

Symptomatologie

L'infection asymptomatique peut persister pendant des mois ou des années et rester infraclinique pendant toute son évolution chez des personnes par ailleurs en bonne santé par ailleurs, en particulier vers < 40 ans.

Lorsqu'elle est asymptomatique, la maladie débute généralement après 1 ou 2 semaines d'incubation par une sensation de malaise, une fatigue, des frissons, de la fièvre, une céphalée, des myalgies, des arthralgies qui peuvent durer plusieurs semaines. Une hépatosplénomégalie avec un ictère, une anémie hémolytique légère à modérément grave, une neutropénie discrète et une thrombopénie peuvent être observées.

L'infection est parfois mortelle, en particulier chez le patient âgé, le patient splénectomisé et celui qui souffre de SIDA. Chez de tels patients, la babésiose peut ressembler au paludisme à Plasmodium falciparum, avec fièvre élevée, anémie hémolytique, hémoglobinurie, ictère et insuffisance rénale. La splénectomie peut rendre symptomatique une parasitémie asymptomatique.

Diagnostic

  • L'examen en microscopie optique des frottis sanguins

La plupart des patients ne se souviennent pas d'une morsure de tique, mais ils peuvent résider dans une région où la maladie est endémique ou rapporter des antécédents de voyage dans une telle région.

Le diagnostic est habituellement établi par la recherche de Babesia dans les frottis de sang, mais la distinction avec les espèces Plasmodium peut être difficile. Les formes en tétrade (ou " en croix de Malte "), bien que peu fréquentes, sont spécifiques de Babesia et utiles pour le diagnostic. La sérologie et les tests PCR sont disponibles. La détection d'Ac par immunofluorescence indirecte à l'aide de l'Ag de B. microti peut être utile en cas de parasitémie modérée, mais elle peut être faussement négative en cas d'infection par d'autres Babesia sp.

Traitement

  • Atovaquone plus azithromycine

Le patient asymptomatique ne demande pas de traitement, mais le traitement est indiqué en cas de fièvre élevée persistante, de parasitémie qui augmente rapidement et d'hématocrite qui chute. L'association d'atovaquone 750 mg po q 12 h et azithromycine 500 à 1000 mg po 1 fois/jour pendant 7 à 10 jours, est aussi efficace que le traitement conventionnel par quinine et clindamycine mais entraîne moins d'effets indésirables. La posologie pédiatrique est atovaquone 20 mg/kg po bid associée à 10 mg/kg po d'azithromycine 1 fois/jour puis 5 mg/kg pendant 7 à 10 jours.

Comme alternative, il est également possible d’administrer de la quinine 650 mg po tid pendant 7 jours associée à de la clindamycine 600 mg po tid ou encore 1,2 g IV bid pendant 7 à 10 jours. La posologie pédiatrique de la quinine est de 10 mg/kg po tid plus clindamycine 7 à 14 mg/kg po tid.

L'exsanguinotransfusion a été utilisée chez les patients souffrant d'hypotension et ayant une parasitémie élevée.

Les personnes se trouvant dans des régions d'endémies doivent prendre des précautions contre les morsures de tiques ( Prévention des morsures de tiques). Les patients splénectomisés et atteints de SIDA doivent être particulièrement prudents.

Points clés

  • Les zones d'endémie de la babésiose aux États-Unis comprennent la côte et les îles du sud de la Nouvelle-Angleterre et du New Jersey ainsi que des parties de la partie supérieure du Midwest.

  • La babésiose va d'une infection asymptomatique légère à une maladie sévère mettant en jeu le pronostic vital (principalement chez la personne âgée et le sujet immunodéprimé).

  • Les symptômes ressemblent à ceux de la malaria, avec une fièvre prolongée, des céphalées, des myalgies et parfois un ictère.

  • Diagnostiquer par l'examen microscopique optique des frottis sanguins et parfois des tests basés sur la PCR.

  • Traiter les patients symptomatiques par l'atovaquone plus azithromycine.

Ressources dans cet article