Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Mutilations génitales féminines

Par Alicia R. Pekarsky, MD, SUNY Upstate Medical University, Upstate Golisano Children's Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La mutilation des organes génitaux féminins est souvent pratiquée dans certaines régions d'Afrique (habituellement Afrique du Nord ou Afrique Centrale), où elle est profondément ancrée dans certaines cultures. Elle est également effectués dans certaines parties du Moyen-Orient. Elle serait pratiquée car les femmes qui connaissent le plaisir sexuel sont considérées comme impossibles à contrôler, sont rejetées et ne peuvent se marier.

La moyenne d'âge des filles qui subissent une mutilation est de 7 ans et la mutilation est effectuée sans anesthésie. L'OMS a défini quatre principaux types de mutilations génitales féminines:

  • Type I: clitoridectomie, ablation partielle ou totale du clitoris et, dans de très rares cas, seulement du repli cutané qui entoure le clitoris (le prépuce)

  • Type II: excision-ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans ablation des grandes lèvres

  • Type III: infibulation, rétrécissement de l'orifice vaginal en coupant et en repositionnant les lèvres pour créer une occlusion à l'exception d'une petite ouverture pour les règles et l'urine

  • Type IV: autres, toutes les autres interventions néfastes causées aux organes génitaux féminins à fins non médicales (telles que perçage, incisions, grattage et cautérisation des organes génitaux)

Dans le cas de l'infibulation, les jambes sont par la suite souvent liées l'une à l'autre pendant plusieurs semaines. Traditionnellement, les femmes infibulées sont ouvertes durant leur nuit de noces.

Les séquelles de la mutilation génitale peuvent comprendre hémorragies peropératoires ou postopératoires et infections (y compris le tétanos). Chez la femme infibulée, des infections urinaires et/ou gynécologiques récurrentes et les cicatrices sont possibles. Les femmes qui ont subi des mutilations génitales peuvent faire des hémorragies importantes à l'accouchement. Les séquelles psychologiques peuvent être sévères.

Les mutilations génitales féminines pourraient être en train de diminuer du fait de l'influence de certains leaders religieux qui plaident contre cette pratique et de l'opposition croissante de la part de certaines communautés.