Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Contraception et grossesse chez les adolescentes

Par Sharon Levy, MD, MPH, Harvard Medical School;Children's Hospital, Boston

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Beaucoup d'adolescents ont une activité sexuelle, mais peuvent ne pas être pleinement informés sur la contraception, la grossesse et les maladies sexuellement transmissibles, y compris l'infection à VIH. Une impulsivité, un manque de planification et l'utilisation concomitante de drogues et d'alcool réduisent la probabilité que les adolescents puissent utiliser des systèmes de contrôle des naissances et des protections de barrière.

Toutes les méthodes contraceptives de l'adulte peuvent être utilisées par les adolescentes ( Revue générale de la contraception). Le problème le plus fréquent est la compliance (p. ex., oublier de prendre des contraceptifs oraux quotidiens ou les arrêter complètement, souvent sans y substituer une autre forme de contrôle des naissances). Bien que les préservatifs masculins soient la forme la plus fréquemment utilisée de contraception, il existe encore des idées qui empêchent leur utilisation cohérente (p. ex., que l'utilisation du préservatif diminue le plaisir et interfère avec "l'amour romantique"). Certaines filles sont hésitent également à demander à leurs partenaires masculins d'utiliser des préservatifs pendant les rapports sexuels.

La grossesse peut être une source de stress émotionnel important chez l'adolescente. Les adolescentes enceintes et leurs partenaires ont tendance à abandonner l'école ou la formation professionnelle, aggravant ainsi leur statut économique, abaissant leur estime de soi, et détruisant leurs relations personnelles. Les adolescentes (qui représentent 13% de toutes les grossesses aux États-Unis) sont moins susceptibles que les adultes d'obtenir des soins prénataux, ce qui amène des grossesse à évolution défavorable (p. ex., des taux plus élevés de prématurité). Les adolescentes, en particulier les très jeunes et celles qui ne reçoivent pas de soins prénataux, sont plus susceptibles que les femmes à la vingtaine de subir des problèmes médicale pendant la grossesse, comme une anémie et une pré-éclampsie. Les nourrissons de mères jeunes (en particulier les mères de < 15 ans) ont plus de risque de naître prématurément et d'avoir un faible poids de naissance. Cependant, avec les soins prénatals appropriés, les adolescentes plus âgées n'ont pas plus de risque de problèmes de grossesse que les adultes issus de milieux similaires.

L'avortement ( Avortement provoqué) ne supprime pas les problèmes psychologiques d'une grossesse non désirée, pour l'adolescente ou son partenaire. Des crises émotionnelles peuvent se produire lorsque la grossesse est diagnostiquée, lorsque la décision d'avorter est prise, immédiatement après l'avortement, à la date où l'enfant serait né, et aux anniversaires de cette date. Des conseils et une éducation délivrés par la famille sur les méthodes contraceptives, à la fois pour la jeune fille et son partenaire, peuvent être très utiles.

Les parents peuvent avoir des réactions différentes quand leur fille leur déclare qu'elle est enceinte ou lorsque leur fils dit qu'il a mis une fille enceinte. Les émotions peuvent aller de l'apathie à la déception et à la colère. Il est important que les parents expriment leur soutien et leur volonté d'aider les adolescents dans ses choix. Les parents et les adolescents ont besoin de communiquer ouvertement sur l'avortement, l'adoption et la parentalité, toutes options difficiles à gérer pour l'adolescent. Cependant, avant de révéler une grossesse aux parents, les praticiens doivent dépister l'éventuelle existence d'une violence domestique, car révéler une grossesse peut mettre des adolescents vulnérables à risque accru.