Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Problèmes comportementaux chez l'adolescent

Par Sharon Levy, MD, MPH, Harvard Medical School;Children's Hospital, Boston

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'adolescence est le moment où se développe l'indépendance. Généralement, les adolescents exercent leur indépendance en remettant en cause les règles de leurs parents, ce qui conduit parfois à ne pas les respecter. Les parents et les soignants doivent distinguer des erreurs occasionnelles de jugement d'un certain degré de comportement incorrect qui nécessite une intervention professionnelle. La gravité et la fréquence des infractions sont des guides. Par exemple, les orgies d'alcool, l'absentéisme ou les vols récurrents sont beaucoup plus graves que les épisodes isolés de ces mêmes activités. D'autres signes d'alerte comprennent une baisse des résultats scolaires et des fugues. Les adolescents qui provoquent des blessures graves ou utilisent une arme lors d'une bagarre présentent un problème particulièrement préoccupant.

Comme les adolescents sont beaucoup plus indépendants et plus mobiles que les enfants, ils sont souvent hors du contrôle physique direct des adultes. Dans ces circonstances, le comportement des adolescents est déterminé par leur propre code moral et comportemental. Plutôt que de directement contrôler les actions de leurs enfants, les parents les guident. Les adolescents qui ont une relation chaleureuse avec leurs parents qui les soutiennent sont moins susceptibles d'adopter des comportements à risque, comme le sont ceux dont les parents leurs transmettent des attentes claires concernant les comportements attendus de leurs enfants et posent des limites homogènes et cohérentes.

La parentalité "autorisée" est un style parental dans lequel les enfants participent à l'établissement des attentes et des règles de la famille. Ce style parental, par opposition à la parentalité sévère ou permissive, est plus susceptible de promouvoir des comportements matures.

Les parents "autorisés" utilisent généralement un système de privilèges gradués, dans lequel ils concèdent aux adolescents de petits espaces de responsabilité et de liberté (p. ex., prendre soin d'un animal de compagnie, faire les tâches ménagères, nettoyer des vêtements, décorer leur chambre). Si les adolescents gèrent bien cette responsabilité sur un certain laps de temps, on peut leur accorder plus de privilèges. En revanche, les troubles du jugement ou le manque de responsabilité conduisent à la perte de privilèges. Chaque nouveau privilège exige une surveillance étroite par les parents pour faire en sorte que les adolescents se conforment aux règles convenues.

Certains parents et leurs adolescents s'affrontent sur presque tout. Dans ces situations, la question centrale est vraiment le contrôle. Les adolescents veulent sentir qu'ils contrôlent leur vie, et les parents veulent que les adolescents sachent que les parents continuent d'établir les règles. Dans ces situations, tous peuvent tirer profit de parents qui choisissent leurs batailles et concentrent leurs efforts sur les actions de l'adolescent (p. ex., aller à l'école et assumer ses responsabilités domestiques) plutôt que sur des expressions (p. ex., l'habillement, la coiffure, et les divertissements préférés).

Les adolescents dont le comportement est dangereux ou autrement inacceptable malgré les efforts de leurs parents peuvent avoir besoin d'une intervention professionnelle. L'abus de substances ( Drogues et autres substances utilisées chez les adolescents) est un déclencheur fréquent des problèmes de comportement et les toxicomanies nécessitent un traitement spécifique. Les problèmes de comportement peuvent aussi être un symptôme de troubles de l'apprentissage, de dépression ou d'autres troubles mentaux. Ces troubles nécessitent généralement un traitement médicamenteux ainsi que des conseils. Si les parents ne sont pas en mesure de limiter les comportements dangereux de leur enfant, ils peuvent demander l'aide du système judiciaire et qu'il soit affecté à un agent de probation qui pourra faire appliquer les règles raisonnables de comportement à la maison.

Troubles spécifiques du comportement

Les troubles destructeurs du comportement sont fréquents au cours de l'adolescence.

Le déficit de l'attention/hyperactivité (ADHD, Trouble d'hyperactivité/déficit attentionnel) est le trouble le plus fréquent de la santé mentale de l'enfance et persiste souvent à l'adolescence et à l'âge adulte. Autrefois considéré comme un trouble bénin de l'enfance, la recherche a montré des évolutions fonctionnelles à long terme défavorables chez les enfants chez qui a été diagnostiqué un déficit de l'attention/hyperactivité par rapport à leurs pairs. Une thérapie comportementale et un traitement médicamenteux permettent d'améliorer les résultats. Il convient de continuer à traiter et à suivre les patients adolescents chez a été diagnostiqués un déficit de l'attention/hyperactivité dans l'enfance. Bien que les troubles de toxicomanie soient plus fréquents chez les sujets atteintes de déficit de l'attention/hyperactivité, le traitement par des stimulants ne semble pas augmenter le risque de développer un trouble de l'usage de substances et peut même diminuer le risque. Il convient d'établir le diagnostic de déficit de l'attention/hyperactivité avec certitude avant de débuter le traitement car d'autres pathologies, comme une dépression ( Troubles dépressifs chez l’enfant et l'adolescent) et des troubles de l'apprentissage ( Difficultés d'apprentissage), peuvent se manifester principalement par des symptômes d'inattention et simuler un déficit de l'attention/hyperactivité. Dans certains cas, l'adolescent peut se plaindre de symptômes d'inattention pour tenter d'obtenir une prescription de stimulants, pour être utilisé comme une aide à l'étude ou à des fins récréatives. En raison du fort potentiel d'abus et de dépendance, les stimulants ne doivent être prescrits qu'après confirmation d'un trouble d'hyperactivité/déficit attentionnel.

D'autres comportements chez l'enfant comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites Troubles destructeurs du comportement. Ces pathologies sont généralement traitées par la psychothérapie de l'enfant et des conseils et un soutien pour les parents.

Violence

Les enfants se livrent parfois à des confrontations physiques et à des intimidations ( Violence chez l'enfant et l'adolescent : Intimidation violente). Au cours de l'adolescence, la fréquence et la gravité des interactions violentes peuvent augmenter. Bien que les épisodes de violence à l'école soient très médiatisées, les adolescents sont beaucoup plus susceptibles d'être impliqués dans des épisodes violents (ou plus souvent la menace de violence) à la maison et à l'extérieur de l'école. De nombreux facteurs contribuent à un risque accru de violence des adolescents, dont

  • Troubles du développement

  • Appartenance à un gang

  • Accès à des armes à feu

  • Prise de substances

  • Pauvreté

Peu de preuves sont en faveur d'une relation entre violence et défauts génétiques ou anomalies chromosomiques.

L'appartenance à un gang a été liée à des comportements violents. Les gangs de jeunes sont des associations spontanées de ≥ 3 membres, généralement âgés de 13 à 24 ans. Les gangs adoptent habituellement un nom et des symboles d'identification, tels qu'un style particulier de vêtements, l'utilisation de certains signes de main ou des graffitis. Certains gangs exigent des membres potentiels d'effectuer des actes de violence au hasard avant de les intégrer en tant que membres.

L'augmentation de la violence dans les gangs de jeunes s'explique, au moins en partie, par l'implication des gangs dans le trafic et l'usage de drogues, en particulier la méthamphétamine et l'héroïne. Les armes à feu et autres armes sont une caractéristique fréquente de la violence des gangs.

La prévention de la violence commence dès l'enfance par une discipline sans violence. Limiter l'exposition à la violence présente dans les médias et les jeux vidéo peut aussi aider parce que l'exposition à ces images violentes a été démontrée désensibiliser les enfants à la violence et amener les enfants à accepter la violence comme faisant partie de leur vie. Les enfants d'âge scolaire doivent avoir accès à un environnement scolaire sûr. L'enfant plus âgé et l'adolescent ne doivent pas avoir accès à des armes sans surveillance et on doit mettre en place des stratégies d'enseignement visant à éviter les situations à haut risque (p. ex., endroits ou situations où certains individus sont armés ou consomment de l'alcool ou de la drogue) et à réagir à des situations de tension ou à les désamorcer.

Toutes les victimes de violence des gangs doivent être encouragés à parler aux parents, aux enseignants, et même à leur médecin des problèmes auxquels ils sont confrontés.