Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Entraînement à la propreté

Par Deborah M. Consolini, MD, Jefferson Medical College;Alfred I. duPont Hospital for Children

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

L'apprentissage de la propreté comprend la reconnaissance de sa capacité à être propre et le franchissement des différentes étapes de la propreté: discussion, déshabillage, évacuation, habillage et lavage des mains. La plupart des enfants peuvent apprendre à contrôler leurs défécations entre 2 et 3 ans et les mictions entre 3 et 4 ans. Vers l'âge de 5 ans, l'enfant peut aller seul aux toilettes. Chez l'enfant de 4 ans, Incontinence urinaire chez l'enfant pour l'incontinence d'urine (énurésie) et Incontinence des selles chez l'enfant pour l'incontinence de selles (encoprésie).

La clé d'un apprentissage de la propreté réussi réside dans la reconnaissance des signes montrant que l'enfant y est prêt (habituellement entre 18 à 24 mois):

  • Les enfants peuvent rester secs pendant plusieurs heures.

  • Ils montrent un intérêt à s'asseoir sur un pot et à exprimer des signes visibles de la préparation d'uriner ou de déféquer.

  • Ils veulent être changés après les deux.

  • Ils peuvent replacer les choses là où elles doivent se trouver et peuvent comprendre et obéir à des ordres verbaux simples.

Les approches de l'apprentissage de la propreté doivent être cohérentes entre toutes les personnes qui s'occupent de l'enfant.

La méthode du temps est l'approche la plus fréquente. Une fois que l'enfant a montré qu'il était prêt, le parent discute avec l'enfant de ce qui va se passer, en choisissant les mots que l'enfant peut facilement comprendre et dire. Les enfants sont progressivement placés sur le pot ou chaise et s’assoient brièvement en étant complètement habillés; après ils apprennent à baisser leur pantalon et à s'asseoir sur le pot pendant 5 ou 10 min, puis à se rhabiller. Des explications simples concernant la finalité de l'exercice sont données de manière répétée et l'objectif est mis en place en mettant des couches mouillées ou sales dans le pot. Une fois ce lien entre le pot et l'évacuation établi, le parent doit tenter d'anticiper les envies d'uriner ou déféquer de l'enfant et apporter des encouragements pour la réussite de ces actions. L'enfant est également encouragé à utiliser le pot dès qu'il en ressent le besoin. L'enfant doit également apprendre à tirer la chasse d'eau et à se laver les mains après chaque exonération ou miction. Chez l'enfant qui a des horaires imprévisibles, ce type de procédure est difficile à suivre et l'apprentissage doit être retardé jusqu'à ce que l'enfant soit en mesure d'anticiper lui-même ses besoins. La colère ou les punitions en cas d'accidents ou d'échec sont contre-productives.

Un enfant qui refuse de rester assis sur le pot doit réessayer après un repas. Si le refus persiste pendant plusieurs jours, la meilleure stratégie consiste à repousser l'apprentissage de plusieurs semaines au moins. Une modification du comportement grâce à une récompense lorsque l’enfant fait ses besoins aux toilettes est une possibilité; une fois le modèle établi, les récompenses sont progressivement retirées. Les conflits de pouvoir doivent être évités, car ils entraînent souvent une régression par rapport à des progrès déjà accomplis et peuvent mettre à l'épreuve les relations parents-enfant. L'enfant ayant acquis la propreté peut également régresser lorsqu'il est malade, quand il a un problème affectif ou lorsqu'il souhaite plus d'attention, p. ex., à la naissance d'un petit frère ou d'une petite sœur. Le refus d'utiliser le pot peut également être la manifestation d'une manipulation. Dans ces situations, il est préconisé aux parents de ne pas forcer l'enfant, de l'encourager et, si possible, de lui accorder plus de soins et d'attention à d'autres moments qu'à ceux où il est question de faire ses besoins sur le pot.