Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Spasme du sanglot

Par Stephen Brian Sulkes, MD, Professor of Pediatrics, Division of Neurodevelopmental and Behavioral Pediatrics, Golisano Children’s Hospital at Strong, University of Rochester School of Medicine and Dentistry

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Un spasme du sanglot est un épisode au cours duquel l'enfant arrête involontairement de respirer et perd conscience pendant une courte période, aussitôt après un événement effrayant, bouleversant ou après une expérience douloureuse.

Les spasmes du sanglot se produisent chez 5% des enfants bien portants. Ils apparaissent généralement au cours de la première année de vie avec un pic à l'âge de 2 ans. Ils disparaissent à l’âge de 4 ans dans 50% des cas et à l’âge de 8 ans chez 83% des enfants. Les autres peuvent continuer de faire des spasmes jusqu'à l'âge adulte. Les spasmes du sanglot ne semblent pas être des facteurs de risque d'épilepsie vraie, mais ils peuvent être associés à un risque accru d'évanouissement à l'âge adulte. Il existe 2 formes des spasmes du sanglot:

  • La forme cyanotique: la forme cyanotique, la plus fréquente, se produit lors d’un accès de colère ou en réponse à une remontrance ou un autre événement bouleversant.

  • La forme pâle: la forme pâle succède généralement à une expérience douloureuse, telle qu’une chute avec choc sur la tête, mais peut faire suite à des événements suscitant peur ou effroi.

Les deux formes sont involontaires et facilement distinguées des courts moments, peu habituels, au cours desquels des enfants têtus retiennent leur respiration volontairement. Ils reprennent toujours une respiration normale après avoir obtenu ce qu'ils veulent ou lorsqu'ils se sentent mal parce qu'ils ne sont pas parvenus à obtenir ce qu'ils désiraient.

Pendant un épisode cyanotique, l'enfant suspend sa respiration (sans nécessairement en être conscient) jusqu'à la perte de connaissance. Généralement, l'enfant crie, expire et arrête de respirer. Immédiatement après, l'enfant commence à devenir bleu puis il perd conscience. Une convulsion de courte durée peut survenir. Après quelques secondes, la respiration reprend, la peau retrouve sa couleur normale et l'enfant reprend connaissance. Il peut être possible d'interrompre un spasme à son début en plaçant un linge froid sur le visage de l'enfant. Malgré le caractère effrayant de l'épisode, les parents doivent essayer d'éviter de renforcer le comportement qui est à l'origine de celui-ci. Lorsque l'enfant récupère, les parents doivent continuer à appliquer les règles de la maison. Distraire l'enfant et éviter les situations qui induisent des colères est une bonne stratégie. L'apnée cyanotique répond au traitement par le fer, même en l'absence d'anémie et au traitement d'une apnée obstructive du sommeil (si présente).

Dans la forme pâle, la stimulation vagale ralentit fortement la fréquence cardiaque. L'enfant arrête de respirer, perd rapidement conscience, devient pâle et hypotonique. Si le spasme dure plus de quelques secondes, le tonus musculaire augmente et une convulsion et une perte des urines peuvent survenir. Après le spasme, le cœur s'accélère à nouveau, la respiration reprend et la conscience revient sans aucun traitement. Cette forme étant rare, un bilan plus approfondi du diagnostic et un traitement peuvent être nécessaires si les spasmes se produisent fréquemment. Un ECG et un EEG simultanés peuvent permettre de différencier les causes cardiaques et neurologiques.