Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Hypercalcémie néonatale

Par Nicholas Jospe, MD, University of Rochester School of Medicine and Dentistry

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

L'hypercalcémie est définie par une calcémie totale > 12 mg/dL (> 3 mmol/L) ou ionisé > 6 mg/dL (> 1,5 mmol/L). La cause iatrogénique est la plus fréquente. Des signes digestifs (p. ex., anorexie, vomissements, constipation) et quelquefois une léthargie ou des convulsions peuvent survenir. Le traitement consiste en une perfusion IV de sérum physiologique associée à du furosémide et parfois à des bisphosphonates, des corticostéroïdes, voire à de la calcitonine.

Étiologie

La cause la plus fréquente est

  • Iatrogène

Les causes iatrogènes, sont en général liées à un excès de Ca ou de vitamine D, ou à un défaut d'apports de phosphates, qui peuvent résulter d'une alimentation prolongée avec un lait artificiel mal préparé ou du lait de vache contenant trop de vitamine D.

Les autres causes comprennent une hypoparathyroïdie maternelle, une cytostéatonécrose, une hyperplasie des parathyroïdes, une anomalie de la fonction rénale, un syndrome de Williams et des causes idiopathiques. Le syndrome de Williams comprend un rétrécissement aortique supravalvulaire, un faciès elfique et une hypercalcémie dont la physiopathologie est inconnue; les enfants peuvent aussi être petits pour l’âge gestationnel et l’hypercalcémie peut être retrouvée au cours de la petite enfance, disparaissant habituellement vers l'âge de 12 mois. L'hypercalcémie néonatale idiopathique est un diagnostic d'exclusion et est difficile à différencier du syndrome de Williams. L'hyperparathyroïdie néonatale est très rare. La nécrose des graisses sous-cutanées (cytostéatonécrose) peut survenir après un traumatisme sévère et provoquer une hypercalcémie qui guérit généralement spontanément. Une hypoparathyroïdie ou une hypocalcémie maternelle peuvent provoquer une hyperparathyroïdie fœtale secondaire, avec des anomalies de la minéralisation osseuse du fœtus (p. ex., ostéopénie).

Symptomatologie

Une symptomatologie peut être observée lorsque la calcémie totale est > 12 mg/dL (> 3 mmol/L). Ces signes peuvent être une anorexie, un reflux digestif, des nausées, des vomissements, une léthargie, des convulsions ou une irritabilité généralisée, et une HTA. L'autre symptomatologie comprend une constipation, des douleurs abdominales, une déshydratation, une intolérance alimentaire et un retard de croissance. Certains nouveau-nés présentent de vagues signes de douleurs musculaires ou articulaires et une faiblesse. En cas de cytostéatonécrose, on observe parfois des nodules violacés fermes sur le tronc, les fesses ou les jambes.

Diagnostic

Le diagnostic est établi par la mesure de la calcémie totale.

Traitement

  • Sérum salé isotonique IV, associé à du furosémide

  • Parfois, corticostéroïdes, calcitonine et bisphosphonates

Une augmentation importante de la calcémie peut être traitée par administration de sérum physiologique à raison de 20 mL/kg IV plus furosémide 2 mg/kg IV et, si l’hypercalcémie persiste, par des corticostéroïdes et de la calcitonine. Les bisphosphonates sont également de plus en plus utilisés dans ce contexte (p. ex., étidronate po ou pamidronate IV). Le traitement de la cytostéatonécrose comprend l’utilisation d’une préparation lactée pour nourrissons, pauvre en Ca; une hydratation, du furosémide, de la calcitonine et des corticostéroïdes selon l’importance de l'hypercalcémie. L'hypercalcémie fœtale liée à une hypoparathyroïdie maternelle peut être simplement surveillée sans traitement spécifique, parce qu'elle guérit généralement spontanément en quelques semaines. Le traitement des hypercalcémies chroniques comprend une préparation lactée pour nourrissons pauvre en Ca et en vitamine D.